Eden, A New Beginning


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vilain petit canard a trouvé un jouet ... { Pv Vanille }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Vilain petit canard a trouvé un jouet ... { Pv Vanille }   Jeu 5 Juin - 14:00

    La nuit. Il se passe tellement de choses lorsque le soleil se couche que Quentin ne trouvait que très rarement le soleil et cette nuit n'était pas une exception à la règle. Assis dans son lit qui était le plus confortable que l'on pouvait trouver en dehors d'Eden, il venait de sniffer un peu de cocaïne comme il le faisait depuis quelques soirées. Non pas qu'il était complètement incapable de bouger mais simplement qu'il se sentait serein surtout qu'il n'y avait pas vraiment de souci aux alentours du moins selon lui. Un petit sourire aux lèvres, il balançait sa main devant ses yeux et il lui semblait qu'elle se décomposait au fur et à mesure que les heures et les minutes passées. Houla. Ca, c'était un trip comme il n'en avait jamais eut. Fermant les yeux, le chef du camp des renégats se redressa subitement, il passa une main contre son visage comme si cela lui rendait un semblant de dignité : combien de temps n'avait-il pas prit une bonne douche, ne s'était-il pas rasé ? Peut-être que la vie en ville lui manquait pour finir ? Plutôt mourir que retourner au sein de ces gens hypocrites et mauvais. Il souleva la sorte de toile qui lui servait de porte pour se retrouver face à un feu de bois que les renégats avaient fait pour essayer de faire chauffer quelques mets qu'il préparait avec attention ... chacun pour soi. Dès lors que Quentin sortait alors que ce n'était pas prévu, tout le monde se demandait si quelque chose n'allait pas s'abattre sur leur tête. Il cherchait quelque chose, quelqu'un des yeux ... Lorenzi Verona aspira à ce qu'il l'appelle mais ce ne fut pas elle une fois de plus. Les choses ne changeaient pas. Il y avait tout du moins des choses qui ne changeraient jamais et c'est ce qui permettait aux survivants de ne pas se sentir trop decontenencé. Un large sourire aux lèvres et c'est ainsi que Quentin brisa ce silence froid et opressant.

    « Vanille. Suis-moi ... -il avait déjà fait volte face mais voyant personne se presser alors qu'il avait parfaitement croisé son regard, il prononca à nouveau en levant d'un air désinvolte sa main Vanille tu me suis ou tu préfères que je vienne te chercher par les cheveux ... Putain on a pas toute la nuit. »

    Quentin était déjà de nouveau dans sa tente et soupira avant de se servir un verre d'alcool en attendant que son invité arrive. Et bien quoi ? Il était humain, il était un homme, il était un survivant, il était un chef et elle n'avait pas payé son droit d'entrée chez les renégats. Il venait tout simplement de s'en souvenir enfin il venait surtout de se souvenir de son parfum, cette odeur qui l'enivrait parfois. Quentin n'avait jamais été romantique mais la présence de femmes le rassuraient, il les aimait, il les vénérait et cette jeune femme avait ce je-ne-sais-quoi qui lui donnait envie de recueillir son dernier souffle, de la tuer pour qu'elle ne soit que pour lui ... rassurez-vous, il n'en fera rien pour la simple et bonne raison qu'elle pouvait lui être utile. Elle était plutôt le type de son frère : douce, caline, fragile ... Elle lui serait bientôt utile mais il fallait qu'elle se décoince un peu à vrai dire ... Lui montrant d'un vague signe de main son lit, il l'invitait pour ainsi dire à y prendre place. Buvant son verre d'un cul sec, il se retourna pour lui faire face et la regarder. Admirable ? On aurait put croire en la regardant que la bonté et la vertu existaient mais si elle était ici, avec lui c'est qu'elle n'existait pas plus que Dieu. Le jeune homme croisa les bras avant de prendre une légère inspiration : signe qu'il allait se mettre à parler.

    « Vanille ... Vanille ... Vanille. -son intonation de voix baissait légèrement avant qu'il ne se reprenne soudainement tu as remarqué que c'est grâce à moi que tu es en sécurité, que tu trouves une nouvelle famille, que tu es protégée, que tu as à manger, un lieu où dormir et de quoi te défendre ... et surtout que personne n'abimerait ce si joli minois. »

    Il parlait d'un air amusé mais il s'était approché d'elle au fur et à mesure et tenait le visage de la jeune femme entre ses mains et lui caressait doucement la joue. Oh comme il s'aimait quand il agissait de la sorte. Un sourire machiavélique aux lèvres, il fronca les sourcils avant de replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

    « Bref ... tu me dois tout ce que tu as et pourtant je ne me souviens pas que tu m'ais remercié ... Je ne me souviens pas t'avoir vu me remercier. Cette épidémie t'aurait fait oublier les bonnes manières ? Cela me surprendrait de toi, sweety.

    Il esquissa un doux sourire avant de lacher son visage pour faire quelques pas en arrière. Quentin était un grand joueur, il aurait été tortionnaire s'il y avait eut une véritable guerre. Il était bizarre, horrible, pervers, vicieux et tout le monde le detestait. Comment apprécier quelqu'un qui se moquait d'elle de la sorte ? Impressionante tout de même cette prestation... Puis son visage se noircit. Se noircit terriblement pour ne laisser place à aucun sentiment. Un visage froid. Il serra les poings, perdit son sourire et voilà qu'il changeait du tout au tout et qu'il se transformait en monstre. Sa réponse, sa réaction allait jouer sur le coeur du jeune homme qui allait certainement laisser exploser cette rare au fond de son coeur ... une fois de plus, Vanille serait son souffre douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Vilain petit canard a trouvé un jouet ... { Pv Vanille }   Ven 6 Juin - 6:08

Des craquements de bois dans le feu que faisaient les renégats ce soir-là pour cuire de la viande que certains avaient chassé pour se nourrir. C'était primitif, comme attitude, et c'était la raison pour laquelle Vanille mangeait très peu, encore moins de viande. Elle n'aimait pas sortir en forêt pour aller la chercher, et se contentait de repas complets lorsqu'elle entrait dans ses fameuses crises de rage. Les gens riaient autour, certains racontaient leurs exploits de la journée, d'autres manigançaiente des plans ou parlaient en mal des autres. On reluquait de temps à autre une des femmes présentes autour du feu et on passait des commentaires. Si elle sentait que l'on parlait d'elle d'une façon ou d'une autre, Vanille remettait sa capuche timidement avant d'arrêter d'écouter, fixant les flammes qui léchaient les buches de bois. Tout était si calme, elle s'était habituée aux petits bruits du soir. Les trouvaient même rassurants, lorsqu'elle ne dormait pas et restait près du feu. Elle aimait même jusqu'à bien parfois espionner les petites histoires, regarder lorsque soudainement Sven s'approchait du camp. Bien sûr, Marshall n'était jamais loin, alors elle se contentait de contempler de loin. Ce soir, ni l'un ni l'autre de ce duo n'était présent. Quentin non plus, il n'avait pas fait sa sortie ce soir-là, et n'avait aucune raison de la faire. Verona irait peut-être le rejoindre dans sa tente pour faire elle ne savait quoi plus tard, s'il la réclamait. Lorsque Quentin réclâmait une femme dans sa tente, ce n'était jamais bon signe. Sauf pour elle. Elle n'avait jamais eu à subir ce que les autres avaient vécu avant elle. Il la protégeait, sans doute, et elle devait se sentir privilégiée. Après tout, il n'avait encore jamais abusé d'elle, ne la battait pas et la torture mentale qu'il lui faisait subir concernait uniquement Ethan et sa supposée mort. De temps à autres, elle se mettait à haïr Quentin pour lui avoir caché qu'il était toujours en vie, simplement à Eden. Elle n'aurait malheureusement pas le temps d'y penser ce soir-là. Ou plutôt, elle pourrait peut-être éventuellement en parler à l'un des principaux concernés. Un silence de mort régnait soudainement sur le campement. Un bruissement se fit entendre.

La porte de sa cabane s'était ouverte. Elle le devinait de par la simple attitude. Plus personne n'osait parler, et Verona semblait river son regard avec envie vers la cabane. Vanille y était éloignée et soudainement une frayeur l'envahit. Il cherchait quelqu'un, et personne ne s'était encore relevé pour se diriger vers la tente de Quentin. Elle cachait son visage de sa capuche, espérant qu'elle ne serait pas réclamée. Elle ne se sentait pas d'attaque à affronter Quentin. Il était le chef et elle n'était qu'une pauvre gamine, après tout. Il pourrait faire une seule bouchée d'elle, s'amuser à ses dépends. Elle le savait très bien. Lorsqu'il prononça son nom, on aurait cru qu'il lui faisait des menaces de mort. Elle se mit à trembler, nerveuse, et aggrippa sa mèche de cheveux avec nervosité, tortillant celle-ci autour de son doigt. Pourquoi est-ce qu'elle était appelée? Qu'avait-elle fait? Elle eut la fatale idée de lever les yeux et c'est ainsi que les ténèbres croisèrent la lumière. Les yeux bleu clair de Vanille s'assombrirent à la teinte noisette de ceux de son chef et lorsque celui-ci prononça son nom, elle n'osa pas bouger de crainte de ne pas être capable d'avancer, paralysée par la peur. Elle hocha la tête négativement, tremblante, et elle entendit des murmures, des gens qui commentaient. On ne refusait rien à Quentin, encore moins lorsqu'on lui devait tout. Elle ne le vit pas lever la main et c'était peut-être mieux ainsi, pour ne pas la faire paniquer plus qu'elle n'avait déjà peur de ce qu'il pourrait faire. Il lui lança une nouvelle menace et lorsqu'il lui dit que si elle ne venait pas, il irait la chercher par les cheveux, elle ferma les yeux et prit une grande inspiration. Elle se leva et regarda en direction de la cabane, la toile tanguait encore légèrement, signe qui voulait dire qu'elle devait se diriger avec lui dans la cabane. Tremblante, elle jetta un dernier coup d'oeil aux gens assis et qui attendaient de voir ce qui se passerait dans les prochaines secondes. Innutile de dire que certains espéraient la voir morte ou tabassée par Quentin, car elle ne méritait peut-être que ça. Elle ne prenait part à rien, se montrait fuyante et bénéficiait de protection de la part de Quentin. Tout ça sans devoir faire quoi que ce soit. Elle s'engloutit dans la cabane, croyant au début à une descente aux Enfers.

Elle détailla la salle d'un bref coup d'oeil et apperçu Quentin qui buvait. Elle était heureuse qu'au moins il ne la fasse pas boire. Elle avait en horreur l'alcool et n'aurait jamais osé toucher à son verre, et elle ne savait pas ce qu'il aurait pu lui faire pour qu'elle le termine dans ces cas-là. Il semblait de bonne humeur ce jour-là. Peut-être que les choses seraient calmes. Peut-être qu'il serait plus gentil. Peut-être aussi que cela cachait bien des choses... Elle stressait, à présent, se demandant ce qu'elle avait pu faire pour mériter ça. Elle souhaitait à présent être morte, tout comme ses parents, où être restée à sa tente bien sagement, ou mieux. Être allée à celle d'Andrew. Ou de Sven. Non, Andrew l'aurait certainement protégée. À la façon dont il lui avait parlé de Quentin, il y avait quelques temps... Elle poussa un soupir, jetant un regard à Quentin qui termina à ce moment-là son verre cul sec. Les choses commençaient maintenant... Le regard de la petite fille blonde s'assombrit. Il lui montrait son lit, comme si c'était très banal, comme si c'était forcément normal. Elle devinait ce qu'il voulait et savait qu'elle n'aurait pas le choix de faire ce qu'il lui dirait de faire. Vanille se dirigeait donc vers l'installation, tremblante comme une condamnée à mort se serait dirigée vers l'échaffaud. Elle avait baissé son regard et elle le releva pour que son regard croise celui de Quentin durant une fraction de seconde, le temps qu'elle s'assoit -presque- sur le lit timidement. Elle resta debout, il avançait déjà vers elle, répétant son prénom sur un ton de voix autoritaire. Ses paroles lui rappelaient quelqu'un.

Son père. Les larmes lui montèrent aux yeux mais ne coulèrent pas. Elle ne devait pas pleurer, ne devait pas lui montrer à quel point elle était en fait faible et n'en valait pas la peine. Elle ne méritait pas d'être là, il se donnait tout ce tord pour rien. Il lui disait que c'était grâce à lui qu'elle s'était trouvée une nouvelle famille. Une famille qui la détestait. Que c'était grâce à lui qu'elle était nourrie. C'était faux, elle ne mangeait plus ou presque. Il lui disait qu'elle était en sécurité grâce à lui. Elle ne le croyait pas. Ce qu'il disait, ce qu'il lui prétendait, tout ça était faux. Il ne voyait pas ce qui se passait dehors. Il ne voudrait pas voir non plus si elle le lui disait. Il s'en moquerait... Comme les autres. Même qu'il s'en moquerait encore plus. Lui, il avait autre chose à faire que de protéger une gamine. Elle frémit lorsqu'elle sentit les doigts contre sa joue. Il caressait sa joue. Elle savait où il voulait en venir, pourquoi est-ce qu'il persistait à se montrer joueur? Pourquoi faisait-il ça? Il n'en avait pas besoin. Il lui souriait et Vanille avait peur, ne le montrant pas, tentant d'avoir l'air le plus neutre possible même si son regard se faisait fuyant. Il la lâcha finalement. Pas pour très longtemps. Il fit glisser une mèche de cheveux derrière son oreille et reprit son visage entre ses mains. Elle croisa son regard une dernière fois avant de fermer les yeux et de soupirer. Pourquoi n'était-elle pas atterie à Eden? Pourquoi avait-il fallu qu'elle tombe sur Quentin, qu'elle lui fasse aveuglément confiance comme à son père? Elle souffrirait ce soir. Mentalement ou physiquement, elle souffrirait elle pouvait le prédire. Elle pinça les lèvres et déglutit, effrayée alors qu'il reprenait la parole. L'épidémie, 'sweety' , les bonnes manières...Il était démoniaque. Elle baissa les yeux et fit signe que 'non' de la tête. Non, elle n'avait pas oublié les bonnes manières.

Il esquissa un sourire doux, presque chaleureux avant de reculer et de lâcher son visage pour de bon. Il recula de quelques pas et son expression sereine sur son visage se transforma en quelque chose de nettement moins agréable. Il semblait à présent furieux, puis enfin son visage ne revêtit aucune expression. Glacé, il serrait les poings. Vanille, elle, restait immobile, ne sachant pas quoi faire. Elle murmura à Quentin, comme si elle espérait le calmer un peu :


"Je vais faire ce que tu veux, Quentin, pour te remercier. Promis."

Elle le regarda avec de l'inquiétude dans le regard. Elle savait bien ce qu'elle devait faire. Elle devait faire ce que Verona venait faire toutes ces nuits où elle lui tenait compagnie. Elle devait faire comme toutes ces filles faisaient avec tous les hommes du campement. Elle devait simplement agir comme une autre, se disant que tout passerait bien assez rapidement si elle se laissait faire sans dire un mot. Vanille s'assit sur le lit et enleva ses chaussures, reculant sur le matelas timidement jusqu'à arriver au sommier. Elle enleva sa veste toute seule et la jetta près du lit, gênée, ne voulant pas croiser le regard de Quentin. Elle portait comme haut un simple top à bretelles qui laissait deviner ses courbes. Elle ne portait jamais de soutien-gorge, en fait elle n'en avait simplement jamais eu et n'avait jamais pu en trouver à sa taille. Elle faisait très bien sans, alors elle ne se plaignait pas. Elle jetta son pantalon par terre, et cacha du mieux qu'elle le pouvait les cicatrices gênantes entre ses jambes, regardant Quentin dans les yeux, inquiète de savoir si ce qu'elle faisait était une bonne chose ou non. Elle eut un frisson, il commençait à faire froid et le vent entrait dans la cabane par la toile qui servait de porte. Elle ne pensa pas à demander avant et se glissa sous les couvertures du chef des renégats, lui jettant un regard d'enfant effrayée.

"Quentin?...Personne ne va entrer, n'est-ce pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vilain petit canard a trouvé un jouet ... { Pv Vanille }   Mar 10 Juin - 17:55

    Plus on discute, plus on observe Quentin et plus la comparaison avec un démon est justifiée. En effet, cette personne était réellement quelqu'un de mauvais et qu'il n'était capable d'aucune chose bénéfique. C'était l'incarnation du mal, du vice et de tout ce qui s'y rapporte. La jeune femme était quant à elle l'incarnation d'une naïveté angélique presque agaçante. Elle était belle, gentille, douce, elle fuyait chaque conflit et n'avait jamais un mot plus haut que l'autre. Ils étaient parfaitement opposés et c'est peut-être la raison pour laquelle Quentin la trouvait louche, il la considérait comme une traitresse potentielle qui pourrait ruiner chacun de ses plans et il se disait qu'il devait la convertir à sa croisade pour ne plus avoir à s'inquiéter d'elle. Elle comprennait vite. Elle comprennait beaucoup trop vite cette petite. Quentin avait toujours préféré les ignares, les imbéciles aux personnes futées qui étaient un danger pour lui et son but ultime. C'est pourquoi il eut une sorte de « tilt » dans son esprit qui lui fit prendre conscience qu'elle était réellement à surveiller et qu'elle pourrait facilement se laisser convaincre par ce beau Nicholas au grand coeur si un jour elle le croisait sur son chemin. A chaque pas qu'il faisait vers elle, il voyait sur son visage qu'elle le considérait comme un prédateur prêt à lui sauter dessus pour l'attaquer. Il voyait dans son regard cette crispation qui prouvait le sentiment de panique qui s'emparait de Vanille.

    Quentin jouait avec elle, il jouait avec les sentiments de la jeune femme. Elle était trop fragile et c'est ce qu'il appréciait. Il aurait pu lui offrir davantage de sécurité mais au lieu de cela, il la laissait dans la cage aux lions pour qu'elle puisse apprendre à se défendre et à devenir quelqu'un d'utile à ses yeux. Elle était certes différentes de Lorenzi Verona et de quelques autres damoiselles qui auraient été prêtes à tout pour séduire, pour montrer et prouver à Quentin qu'elles étaient faites pour être de son côté, pour se battre contre Eden et pour être dans sa couche ... mais lui, ne voulait que Vanille et sa timidité. Non qu'il voulait la détruire, il voulait la voir se laisser doucement consumer. C'était là une attraction et un divertissement plutôt interessant et amusant et il s'en frottait déjà les mains lorsqu'en posant une de celles-ci sur la joue de Vanille, il sentit chacun de ces muscles se contracter sous ce simple toucher. Oh comme il était puissant et comme il aimait ce sentiment.
    Quentin passait du jeune chef plutôt sympathique au monstre en un quart de secondes. C'est ce qui le rendait vraiment inquiétant et incompréhensible, on ne savait jamais ce à quoi il pensait, ce qu'il manigencait et on ne pouvait pas lire dans ses pensées. C'était surprenant mais ô combien intéressant de l'étudier ce jeune homme. Vanille se mit alors à prendre la parole et ce qu'elle dit ne put que faire délicatement rire Quentin qui ne s'attendait pas à une telle remarque. Elle ferait tout ce qu'il voudrait, pour le remercier. Oh quelle brave demoiselle ! L'inquiétude qui se lisait dans le regard de cette jeune femme était en quelque sorte son énergie, il se nourrissait de ce simple sentiment.


    « Voilà qui est bien plus poli de la part d'une jeune femme. »

    Répondit-il d'un simple trait.
    Quentin ne dit plus rien et se retourna pour reposer son verre d'alcool près de la bouteille et lorsqu'il se retourna pour voir la panique dans les yeux de sa victime, il la vit en train de s'effeuilleter. Elle ... il ne s'attendait pas à quelque chose d'aussi facile, d'aussi rapide. Arquant un sourcil, il ne pouvait que sourire ... un sourire en coin qui faisait naître une effrayante fossette sur le coin de sa joue. Quentin balaya ce corps mutilé du regard et ne put que sentir une drôle de sensation au creux de son estomac. Qu'était-ce ? Ces cicatrices lui rappellaient quelque chose et il ne préférait pas y porter son regard mais plutôt regarder le délicat et tendre visage de Vanille qui se glissa sous les couvertures à cause du courrant d'air qui pénétrait dans la tente de Quentin. Il s'approcha alors de ce lit diabolique, il s'y assit et ne put que perdre son sourire en entendant les paroles de Vanille. On aurait cru avoir à faire à un enfant ... une petite fille de sept ans à peine et ... la seule personne contre qui il ne pouvait rien c'était un enfant. Il ne pouvait pas même s'il était le plus cruel du monde. Il lui caressa alors délicatement le visage avant de lui dire avec un sourire presque chaleureux sur les lèvres :


    « Personne ne rentrera ... Ce soir, tu es en sécurité Vanille. Tu n'as pas à avoir peur ... »

    Comment osait-il de telles choses alors qu'il était le diable ? Quentin s'effeuilleta rapidement sans pour autant être en tenue d'Adam. On pouvait découvrir sur son torse et dans son dos de nombreuses marques de blessures qui dater de longtemps ou alors très récente ... Nicholas lui avait causé quelques dégats mais rien de bien important selon Quentin qui avait bien plus amoché son frère. Il se faufila sous la couverture épaisse avant de se mettre sur le côté pour regarder cette jeune femme qui tremblait comme une feuille.

    « Tu as peur ? »

    Murmura t-il alors à quelques centimètres du visage de la jeune femme. Il attendait une réponse, il espèrait entendre la réponse qu'il attendait ... Il espèrait qu'elle étai morte de trouille, c'était quelque chose qui le rendrait complètement fou. Quentin préférait tout de même des jeunes femmes plutôt timides que farouches comme certaines renegats qui l'effrayaient plus qu'autres choses ... il esperait que cette jeune femme le craignait comme le Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Vilain petit canard a trouvé un jouet ... { Pv Vanille }   Jeu 12 Juin - 17:24

Il aurait tout aussi bien pu lui dire 'bon chien Vanille, gentil toutou' . C'était ainsi qu'elle agissait. Elle se comportait comme un chien fidèle à son maître. Elle était le chien de Quentin, cette nuit-là. Elle étouffa un sanglot lorsqu'elle commença à se déshabiller. Son père. Il lui faisait penser à son père de par son attitude imposante. Elle ne pouvait rien lui refuser, sachant que si elle refusait, elle recevait des claques. La jeune fille renifla et elle termina de se dévêtir sur le lit de Quentin, juste au moment où celui-ci se retourna. Il la contemplait, ce qui n'était déjà là pas très agréable, et il souriait. De façon démoniaque, de cette manière qui voulait tout dire et qui lui avait maintes fois fait si peur dans le passé. La raison pour laquelle elle avait préféré se tenir dans les foules plutôt que seule dans les petites rues. Un regard qui voulait dire bien des choses, et qui la fit frissonner. Le vent froid n'avait pas aidé, et elle se glissa sous les couvertures du lit de Quentin, nettement plus confortable que le sien. Elle y aurait certainement dormi convenablement, mais se doutait que ce n'était pas pour dormir qu'il la faisait venir ici. Elle pouvait toujours espérer certes, mais lorsqu'il s'approcha d'elle sur le lit et s'assit, elle devina que ce n'était certainement pas pour la border qu'il le faisait. Il sembla perdre son sourire par contre lorsqu'elle lui demanda si quelqu'un entrerait. Elle ne voulait pas voir d'autres renégats dans la tente, sachant pertinament que si les autres renégats venaient dans la tente, les rumeurs se perpéteraient rapidement au campement et Dieu seul savait ce que pourrait lui réserver les prochaines nuits à partir de là. Les larmes aux yeux, elle tenta de se ressaisir lorsqu'il lui caressa le visage, essayant probablement de lui montrer qu'il pouvait être un tant soit peu doux avec elle. Il semblait vouloir la convaincre qu'il n'était pas dangereux, ce qui était impossible à croire même si on était la personne la plus naïve du monde. Elle ne lui faisait pourtant pas confiance, même s'il lui disait que personne n'entrerait dans la tente et que ce soir, elle n'avait pas à avoir peur. C'était un mensonge, ça aussi. Elle était avec un des hommes les plus dangereux du campement, le chef qui plus est, et elle ne devait pas avoir peur?

Elle frissonna lorsqu'il se mit à se déshabiller face à elle. Vanille ferma les yeux et se tourna sur le côté, écoeurée. Elle ne voulait pas avoir à se résigner à faire ce genre de choses. Pas pour lui, ni pour personne d'autre. Elle avait vu beaucoup trop d'autres femmes qui le faisaient et qui s'en tiraient avec des blessures, des coups, et parfois qui finissaient après quelques mois à en mourir après avoir mené une grossesse à terme. Les règles du jeu ne devaient pas être différentes ici. Elle ferma les yeux de plus belle et sentit que Quentin se couchait près d'elle. Vanille se mit à trembler et le sentit près d'elle. Assez près pour le sentir respirer, pour sentir sa peau la frôler de temps à autres. Il lui demanda si elle avait peur, elle hésita avant de répondre. Que dire dans ce temps-là? La vérité, ou mentir? Prétendre qu'elle ne devait pas avoir peur parce qu'il disait qu'elle ne devait pas avoir peur? Elle ne lui répondit pas du tout, se contentant d'hocher la tête en signe de 'oui' . Il ne la verrait que remuer la tête, mais il serait assez près pour l'entendre murmurer. Elle répéta, murmurant cette fois-ci, qu'elle avait effectivement un peu peur. Elle était maintenant aux aguets, attendant une réaction. Elle ne voulait pas qu'il la touche, sachant qu'elle serait à nouveau blessée. Qu'elle aurait alors une cicatrice de plus. Elle sentit le contact de son corps contre le sien à travers ses vêtements. Frémissant involontairement, elle tenta de s'éloigner de lui et de prendre le moins de place possible, voulant s'effacer et s'enfuir à la fois. Il devait comprendre. Elle ne serait pas capable de faire ça, elle n'était pas à la hauteur. Vanille prit finalement son courage à deux mains et se tourna, tombant nez à nez avec le chef des renégats, trop près d'elle sous les couvertures. Elle regrettait de ne pas avoir gardé son pantalon et sa veste, regrettait d'être en petite tenue avec son 'patron' . Elle murmura, baissant le regard sur la couverture pour ne pas avoir à le regarder dans les yeux :


"Je...Ne me fais pas mal, Quentin, s'il te plaît. C'est tout ce que je veux."

Elle ferma les yeux et les rouvrit, manquant de s'endormir, sachant que si elle le faisait elle se prendrait certainement des baffes. Elle bâilla et lui murmura:

"Je suis au courant, pour Ethan. Je ne dirai rien."

Elle se redressa légèrement et termina de se dévêtir, jettant son sous-vêtement sur le sol ainsi que le petit haut blanc. Elle se recoucha, se cachant du mieux qu'elle le pouvait, honteuse de ce qu'elle s'apprêtait à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vilain petit canard a trouvé un jouet ... { Pv Vanille }   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vilain petit canard a trouvé un jouet ... { Pv Vanille }
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le syndrome du vilain petit canard
» Vilain p'tit canard devenu cygne
» Zelda II : The Adventure of Link, le vilain petit canard
» Petit canard boiteux.
» le petit canard - réponse aux blagues sur les belges :-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden, A New Beginning :: • Outside • :: Camp des Renégats :: Cabane de Quentin-
Sauter vers: