Eden, A New Beginning


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soif de vivre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Soif de vivre.   Sam 24 Mai - 13:14

Ma dernières halte en pays «civilisé», enfin si on pouvait encore appeler ça comme ça, un pauvre patelin avec deux tondu et trois pèlerins, datait maintenant d'une semaine et demi.
J'aurais préféré avoir oublié la notion du temps mais ce n'était pas le cas. Neufs jours pour être exacte que je n'avais pas rencontré âme qui vive depuis que j'avais quitté cette gargote dans laquelle un type complètement pété à l'absinthe (avec qui je m'étais torché la gueule en règle) m'avait indiqué de prendre la direction du sud pour trouver cette foutue ville que je recherchais depuis trop longtemps...
Maintenant un an et trois mois que Max et Jim avaient quitté cette foutue terre... et que je arpentais seule ces foutues routes...


Putain qu'est-ce que vous pouvez me manquer les mecs...

Soufflais-je pour moi même avant de tirer une autre longue bouffée sur ma cigarette. Je regarda la lumière rougeoyante de la cendre incandescente illuminer avec plus de force grâce à la lumière déclinante du soir tombant.
J'avais trouvé refuge dans un petit cirque de rochers qui m'avait permis de passer la journée un peu à l'ombre et sans trop de danger, en plein milieu d'un désert dont je ne connaissait pas le nom. J'avais gardé la notion du temps mais pas trop de l'espace, je ne savais même pas dans quel bled de quel état je me trouvais exactement mais les noms n'avait plus vraiment d'importance dans la sombre époque dans laquelle on tentait tant bien que mal de survivre.
Je racla le fond de la boite de lentilles en conserve avec ma cuillère avec un bruit métallique et enfourna la dernière bouchée sans trop d'appétit avant de porter la boite à mes lèvres pour en récupérer les dernières gouttes de jus avec une grimace. C'était dégueu mais j'avais soif.
Je termina ma cigarette avec un peu plus de plaisir... notion subjective... et me releva, époussetant mon vieux jean délavé pour en retirer la poussière de sable sans conviction, regardant l'horizon où j'avais bien l'impression que les contours d'une ville se dessinait.
Etait-ce enfin Eden ou encore une autre ville fausse-piste-version-trou-perdu ? En tout cas avec un peu de chance j'y trouverais un de quoi me réapprovisionner. C'était la dernière conserve... Je passa mon doigt à l'intérieur pour récupérer tout ce que je pouvais et m'attela, enfilant mes fringues; une chemise d'homme au bas mot dix fois trop large et une veste en cuir marron aux coudes élimés mais de bonne facture, qui avait visiblement aussi pas mal vécu, par dessus mon simple débardeur noir et mon vieux jean délavé bleu foncé, agrémenté de quelques accrocs et dans un état de propreté qui laissait je l'avoue à désirer....
Je lassa mes rangers et enfila ma casquette en velours côtelé marron à fond mou façon «gavroche», la visière bien enfoncée sur les yeux, avant de rentrer mes cheveux à l'intérieur. Quelques mèches de cheveux bruns dépassaient légèrement mais cet accoutrement, en plus des traces de saletés volontaires sur mon visage et l'absence de maquillage, suffisait à me faire passer pour un jeune homme en général et me garantissait ainsi un peu plus de tranquillité. Être une petite nana en solitaire c'était pas toujours le meilleur plan par ici et même si je n'avais rencontré que des coyotes et des rats jusqu'ici, je n'étais jamais à l'abri d'une mauvaise rencontre. «Prudence est mère de sûreté» de plus on m'avait mise en garde à propos de cette région, apparemment des groupes hostiles occupaient les lieux. J'espérais fortement ne pas avoir à tomber sur eux, je risquais pas de tenir la distance...
J'attrapai mon sac et vérifia que tout s'y trouvais bien comme je le faisais à chaque fois: «Callaghan» le calibre dont le reflet métallique était reconnaissable, ma petite trousse à outils, ma flasque dont le glouglou était attirant mais pas raisonnable, mon lecteur de musique dont les piles étaient à plat, mon piteux livre de Boris Vian, des paquets de clopes, le zippo de Max et une bouteille d'eau qui était le centre de mes préoccupations.
Ca faisait plus de deux jours maintenant qu'elle était vide, c'était la raison pour laquelle j'avais choisi de voyager de nuit. Les journées étaient beaucoup trop chaudes et la fraîcheur des nuits me permettraient de tenir plus longtemps. Mais à présent «plus longtemps» semblait déjà avoir perdu pas mal de valeur en bourse...
Je fixa la silhouette de ce qui me semblait être des constructions humaines au loin et avança dans cette direction avec conviction.


*J'espère que ce n'est pas si loin que ça me semble être... et que ce n'est pas une hallucination causée par un déshydratation plus grave que ce que j'imagine déjà!*

Je marcha ainsi à une bonne cadence, la soif me tiraillais, j'avais beau avoir mangé, les lentilles n'étaient pas vraiment l'aliment le plus gorgé d'eau... je rêvais déjà d'une énorme pastèque ou d'une bonne bouteille de limonade fraîche...

Comme si ces trucs pouvaient encore se trouver quelque part dans ce monde pourri !

La limonade à la rigueur, peut être... enfin bref, je me contenterais tout aussi bien d'un grand verre d'eau que je laisserais couler dans ma gorge avec délice ! On apprécie réellement les choses que quand on en a vraiment manqué ça c'est indéniable!

Ca faisait déjà plusieurs heures que j'avais repris la route et cette foutue silhouette de ville me semblait toujours trop loin. Je butta contre une touffe de végétaux et m'écroulai dans la poussière.
Je râla et resta là quelques minutes trop épuisée et assoiffée pour avoir la force de bouger.


Oh nooon, je suis près du but j'en suis sure !! Allez debout les morts ! C'est pas le moment !

Je retira mon sac en bandoulière et sortit la flasque en hésitant quelques secondes. L'alcool c'était pas le must pour se réhydrater, bien au contraire mais d'un autre côté il pouvait faire oublier la soif... et il semblait ne pas me rester grand chose d'autre, je n'avais plus qu'à espérer que cette ville ne serait pas une ville déserte.
Je porta fébrilement le goulot de la flasque à mes lèvres. Un fort goût de rhum mêlé à je ne sais même plus trop quel alcool envahit mon palais et le liquide me brûla la gorge mais apporta une sorte de réconfort... je pris une autre goulée généreuse et me releva pour reprendre ma marche, plus décidée que jamais d'atteindre cette foutue ville.
Je ne trébucha plus mais ma marche se fit de moins en moins assurée au fil des heures qui avançaient et de l'alcool que je continuait à ingurgiter à petites gorgées me monta doucement mais sûrement à la tête, me faisant perdre conscience de tout le chemin parcouru, du temps qui passait, des pas que j'alignais dans la poussière, de la fatigue et jusqu'à ma soif, ça c'était un bon point. La seule chose qui restait dans mon esprit était le dessin de la ville se découpant sur le fond de ciel étoilé.


Castor... Castor et Polux... au dessus de l'Eden... me montrent la route...!

Dis-je sans même réellement me rendre compte que les mots dépassaient mes lèvres. Je venais simplement de me rendre compte que la constellation des gémeaux trônait au dessus de la ville parmi la multitude d'étoiles, et ce spectacle me ravissait.
Elle se rapprochait insensiblement mais elle se rapprochait, enfin, moi je m'en rapprochais et plus ça allait et plus je reprenais espoir ! Ou alors c'était encore une fois un résultat de l'euphorie dû à l'alcool, ça je semblais ne pas en manquer.
Je passa tout la nuit à marcher ainsi vers cette ville et au petit matin je fus enfin arrivée devant une immense clôture visiblement infranchissable et particulièrement dans mon état. Je m'écroula là, totalement épuisée, à bout de forces.
Je rampa pour me rapprocher et tapa des coups ridicules mais des coups tout de même contre le treillis métallique, le faisant teinter d'un son qui me semblait sortit d'outre tombe sur une petite longueur, tout en balbutiant des mots faibles, autant dus à l'épuisement qu'au fort taux d'alcoolémie, sans compter que l'intérieur de ma bouche semblait avoir été bourrée de papier absorbant.


S'il vous plait... laissez moi entrer...

Gémissais-je avant de sentir des larmes couler contre mes joues sales, traçant des traînées blanches sur celles-ci. Ces larmes étaient autant dues à mon épuisement qu'à mon soulagement et à ma joie.
J'avais trouvé n'est-ce pas ??
Je tapa plus fort et les larmes redoublèrent mais ma voix parvint à un ton plus audible.


Laissez moi entrer !!! Je vous en prie !

Je devais avoir l'air pitoyable, ça me ressemblait tellement peu! Mais en fait je n'en avais strictement rien à faire!
J'avais le sentiment que j'avais enfin trouvé ce que je cherchais, j'avais réussi à tenir ma promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Dim 25 Mai - 18:20

Andrew avait passer la journée dans sa tente, pas qu’il était devenu le plus gros flemmard du monde, juste que sa nuit allait s’avérer très remplie. Il ne s’agissait ni de chasse, ni d’une mission enfin si une mission personnelle, celle qu’il n’arrivait pas à remplir depuis quelques semaines : sa recherche de Nicholas dans Eden. Déjà qu’Eden était une ville impossible d’accès à un renégat mais en plus y chercher quelqu’un rendait les choses encore plus compliqué, c’est sûrement pour cette raison qu’il ne l’avait pas encore retrouvé… Si seulement il était parti plus calmement, il aurait sûrement pensé à poser plus de question et ne serait pas ce pétrin en ce moment ! Malheureusement AJ était beaucoup trop impulsif, les événements qui avaient précédé son départ d’Eden n’avait pas du tout arranger cela.
Résultat ? Il devait faire des visites discrètes dans la ville, risquant sa couverture voire pire sa vie ! Il avait décidé il y’a quelques jours, qu’il irait ce soir, cette nuit, il n’y aurait pas grand monde dans les rues et les ivrognes seraient de sortie, rien de tel pour apprendre des informations précieuses sur son objectif.

20 heures : il est temps de partir, il ne fait pas encore nuit mais le temps qu’il rejoigne Eden, il le sera et la garde commencera à être renforcé.
A peine deux heures plus tard, le voilà aux portes d’Eden, closes bien sûr, heureusement pour lui il avait vécu 3 ans dans la ville et connaissait chaque failles de celle-ci. C’est comme ca qu’il réussit à s’introduire à l’intérieur. Comme d’habitude, il avait mis sa capuche sur la tête, s’était attaché les cheveux ne s’était pas rasé depuis une bonne semaine, il en fallait peu pour ne pas reconnaître un homme.

La nuit fut longue et ennuyante. C’est vrai que ca faisait plaisir de retrouver la civilisation et un bon bar surtout quand on payait avec l’argent d’un autre. Peu de renégat avait de l’argent, il avait dû en voler à la première tête en l’air qu’il avait croisé, avec quelques pièces, il faisait déjà beaucoup moins « étranger ».
Hélas, ces petites joies ne duraient qu’une nuit et les seules informations qu’il entendit c’était sur quelle femme était la plus facile à mettre dans son lit, des critiques sur les traqueurs, des remarques belliqueuses sur les renégats et bien sûr quelques insultes bien placé. Finalement peut être que les renégats étaient plus soudé que les Edeniens…
Le soleil allait faire son apparition dans l’heure qui suit, les bars et autres institutions louches commencent à fermer, si la relève ou quelqu’un dans le genre, lui demande des papiers-comme généralement on en croisait à chaque sortie de bar- il serait bien dans la merde. Vaincre un petit groupe n’était pas difficile mais toute une ville qui le considérait comme un traitre, c’était impossible.

Il ressortit par le même endroit qu’il était rentré, AJ avait bien fait attention à ne croiser personne et surtout à ne pas se faire voir. C’est là qu’il entendit quelqu’un, il se mit derrière les fourrés et remarqua une personne qui marchait en essayant d’être silencieux, pas gagné, il pensait qu’il aurait à faire à quelqu’un de la garde mais non… Un renégat. Un renégat ? Qu’est ce qu’il faisait ici ? Il l’avait suivit ? Lui qui croyait avoir fait le plus gros…
Il ne pouvait pas se permettre une quelconque erreur sinon ca en était fini de lui. Il longea la ville pour se diriger vers le désert –tout en évitant son « compagnon »-, lieu qui était devenu son domaine depuis ses dernières années. Il allait se décoller des limites de la ville quand il entendit une voix, instinctivement il sortit son arme et jeta un œil aux alentours. Rien ? Il n’avait pas assez bu pour divaguer et n’était pas assez fatigué pour ca non plus.
Andrew allait repartir quand il entendit le bruit d’un coup et à nouveau une voix, cette fois il cibla tout de suite la voix, elle n’était qu’à une dizaine de mètres de lui. Le jour commençait à se lever, putain c’était vraiment pas le moment. Il croyait ne pas avoir à faire à pire mais si, l’autre renégat avait sûrement entendu la voix de la jeune femme.


Merde !

AJ couru vers la personne qui était à terre, elle avait l’air mal en point, tant pis pas le temps de jouer aux scouts, il la prit par dessous les bras pour la trainer un peu plus loin dans un autre fourré. Il se tapit derrière celui-ci, il aurait aimé que la jeune femme tombe dans les vaps pour qu’elle arrête de pousser des gémissement, il n’eu d’autre choix que de mettre sa main sur sa bouche et son arme sur sa tempe.

Tais-toi…

Il fit l’effort de ne pas l’agresser pour pas qu’elle se rebelle même s’il doutait qu’elle en serait vraiment capable mais il valait mieux ne pas tenter.
Le jeune homme regarda le renégat, passer pas loin et appuya le canon sur la tête de son otage pour bien lui faire comprendre que si elle disait quoi que ce soit, c’était fini. Heureusement, le jour se levait et le renégat n’avait d’autre choix que de partir, enfin heureusement n’était pas le terme le plus approprié. Le jour se levait, les portes allaient s’ouvrir et les gardes sortirent.
Il était coincé !


Putain de merde

Andrew se maudissait de ne pas être parti plus tôt, de ne pas avoir émit l’hypothèse qu’il pourrait avoir à faire à une situation de ce genre. Il regarda la jeune femme, il faisait encore sombre et il avait l’avantage de la voir mais pas réciproquement grâce à sa capuche.

Ne crie pas sinon je me verrais obliger de tirer !

Il enleva sa main de la bouche de son otage, elle n’avait pas l’air en grande forme, il se demandait bien ce qui lui était arrivé.

Qu’est ce que tu foutais devant la ville? Et c’est quoi ton nom ?

Elle ne devait pas être d’Eden sinon pourquoi elle serait dans un état pareil ? Peut être l’attaque de renégat…Impossible elle ne serait pas en vie ou du moins ici.
AJ faisait attention à ne pas élever la voix pour ne pas être repéré et aussi à ce qui se passait aux alentours, il connaissait les heures de ronde et il savait qu’il y’en avait une qui n’allait pas tarder à arriver, rien à dire sa bonne étoile était toujours absente… Pourtant ca fait déjà quelques années qu’elle aurait dû rentrer de vacances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Dim 25 Mai - 19:30

J'entendis un son... dans le lointain, comme à travers un voile de ouate. Mais si, c'était bien un bruit qui différait du silence du désert!
Des pas, j'entendais des pas glisser sur le sol ou j'étais à présent avachie. Quelqu'un arrivait pour me venir en aide alors que je commençais à désespérer, m'imaginant déjà crevée bêtement aux portes de ce que j'avais tant cherché.
Je me concentra pour rester bien éveillée, pas question de tomber dans les vapes à présent.
J'ouvris les yeux, les contours étaient flous mais la silhouette se mouvait bien devant mes pupilles vitreuses.
Un pâle sourire éclaira mon visage alors que l'homme se penchait vers moi. Je reconnus son genre plus à sa voix qu'au peu d'information que me donnait ma vision.
Je voulu lui parler mais mes cordes vocales parvinrent seulement à émettre un gargouillis sec et douloureux qui ressemblait plus à un râle grotesque. Je grimaça.
Il me souleva du sol sans ménagement, m'appuyant comme un personnage de guimauve sur son épaule, me soulevant comme un fétus de paille. Je tenta de bouger les jambes, me reposer par terre et marcher pour l'aider mais mes pas dérapèrent dans le vide et les pauvres moulinets qui brassaient l'air et griffaient le sol ne risquaient pas de lui être d'une grande assistance, je me laissa donc faire, m'abandonnant totalement à lui alors qu'il me menait vers un buisson non loin.


*Quoi ? planqués dans un buisson mais... non !*

Je commença à protester par les simples gémissements rauques qui m'étaient permis et en commençant à faiblement gigoter pour tenter de me détacher vainement de on étreinte mais c'est alors qu'il mit sa main sur ma bouche et que je sentis la texture froide et métallique trop bien connue d'un canon d'arme à feu contre ma tempe alors qu'il m'ordonnait de me taire d'une voix autoritaire.
Mes yeux s'écarquillèrent et je cessa de bouger, émettant un dernier gargouillis étouffé par sa main avant de totalement me taire.
Dans d'autres circonstances j'aurais probablement tenté de reprendre le dessus, de me défendre mais là c'était peine perdu ! Un canon sur la tempe aide souvent à la réflexion rapide.

Etait-il un gars sans vergogne qui avait repéré que j'étais une femme et qui plus est une proie facile ? Non... le bandeau qui enserrait ma poitrine était toujours en place, je sentait sa compression écourter ma respiration, ma casquette quand à elle semblait sur le point de libérer ma chevelure.


*Non, pas ça, faites que ce ne soit pas pour ça !!*

Ma vision revenait peu à peu, je ne voyais toujours aucun détail mais les contours étaient plus marqués et les couleurs plus franches malgré le voile gris de l'aube. L'adrénaline aide à tout !
C'est alors que je le vis guetter plus loin, restant caché derrière les buisson. Je fronça les sourcils, m'émettant plus aucune résistance. Faisait-il ça à cause d'un danger imminent ? Je tendis l'oreille et entendis une autre série de pas dans le sable.
Peut être, mais ses manières ne me plaisaient guère !!
Les pas s'éloignèrent rapidement et l'homme se tourna vers moi. J'étais allongée sur ses genoux dans une position peu confortable, mes mains s'agrippaient à l'un de ses bras qui enserrait les miens pour ne pas que je bouge tandis que l'autre tenait toujours l'arme pointée contre ma tête. Il me suffisait de lever les yeux pour le voir.
Je plissa les yeux, cligna en fronçant des sourcils pour parvenir à déchiffrer les lignes de son visage mais c'était peine perdue, il semblait avoir une capuche... ce qui n'était encore une fois pas pour me rassurer.


Andrew : Ne crie pas sinon je me verrais obliger de tirer !

Je fis un faible non de la tête. De toute façon même si j'avais voulu, ma gorge inflammé par les derniers essais m'indiquait que le bruit ressemblerais plus au bruit d'un ballon qui se dégonfle lentement, alors autant jouer la carte de la coopération.
L'homme enleva la main de ma bouche mais me laissa dans cette position.


Andrew : Qu’est ce que tu foutais devant la ville? Et c’est quoi ton nom ?

Voilà qu'il me posait des question !!

*Il est marrant lui !!*

Je fronça les sourcils et tenta de lui répondre mais évidemment les seuls sons que je prononçaient étaient inaudible. Et super douloureux !!!
Je porta une main à ma gorge et tenta de lui montrer que je crevais de soif mais ça aurait été plus facile s'il n'avait pas entravé mes mouvements. Je me contenta donc de le fixer en émettant des borborygmes inutiles.
Si j'avais pu attraper Callaghan j'aurais peut être eu une chance de reprendre le dessus, je détestait me trouver dans cette position de soumission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Dim 25 Mai - 20:44

Avec la jeune femme dans les bras, il était maintenant sûr de qui était son otage, même avec tous les efforts qu’elle y’avait mis, sa silhouette ne pouvait qu’être celle d’une femme ou d’un jeune adolescent mais peu d’homme ont un visage aussi féminin. Peu importe son sexe, elle avait faillit le faire tuer et là il essayait de sauver sa peau, c’est tout ce qui comptait.

Il attendit toujours sa réponse mais rien ne vint, comme si elle n’avait pas de voix, peut être était elle muette. Il était mal barré pour connaître ses intentions, tant pis, maintenant qu’il l’avait embarqué dans cette affaire il ne pouvait plus reculé et la laisser s’en aller du moins pas tout de suite.
AJ grogna un peu, il n’avait pas les réponses à ses questions en plus de ca, les ombres commençaient de plus en plus à disparaître et le jour devenait plus présent à chaque minute. Les buissons n’allaient pas le cacher longtemps, quelqu’un d’assez observateur les verrait. Et en plus elle ne lui répondait, si elle faisait parti de la relève, on ne tarderait pas à remarquer son absence. Bon d’après toute logique, elle était en dehors de la ville et à terre, peut être depuis un bon moment, elle n’avait rien d’un soldat.


Bon j’irais pas très loin avec toi apparemment !

Il poussa un long soupir, il regarda la place du soleil puis aux alentours, toujours pas cette ronde. Il n’avait quand même pas changer les heures ? Ca m’étonnerait, il avait prit d’observer les rondes, la semaine dernière, ca ne datait pas de longtemps.

Qu’est ce que je vais faire de toi maintenant, tu me comprends au moins ?

Andrew fronça les sourcils, cette situation commençait à l’énerver sérieusement, pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi elle n’était pas arrivé le lendemain ? Quand lui serait tranquillement dans sa tente entrain de dormir ou à la chasse. Non ben non bien sûr que non, pourquoi toujours lui ? Il se sentait persécuté en ce moment.
Il se décala de la jeune femme pour qu’elle soit totalement à terre, elle n’avait pas l’air au top, il lui mit une petite tape sur la joue en faisant une grimace. AJ allait se relever quand il remarqua l’arme qu’elle portait à sa ceinture, une menace potentiel. Il prit son pistolet et enleva le chargeur prenant soin de faire pareil avec la balle qui se trouvait déjà engagée dans le canon. Il remit l’arme à coté d’elle, pas besoin de l’emporter avec, il avait déjà assez d’arme et s’il recroisait la jeune femme avec sa propre arme, elle se souviendrait de qui il était.


Ne m’en veux pas.

AJ lui montra le chargeur avant de le mettre dans sa poche, il remit sa capuche bien en place et se leva à demi pour aller faire le tour du coin de la ville. De là il verrait la garde approcher. S’il partait maintenant dans le désert, il était sûr de se faire voir, il n’y avait pas une ombre de rocher suffisant pour se cacher avant les prochains 500 mètres.
Une fois arrivé au coin, il vit de loin trois personnes qui marchaient, une bonne chose, les heures n’avaient pas changé, il serait donc libre de partir dans une quinzaine de minutes. Il jeta un œil derrière lui, la jeune femme toujours au sol. Qui pouvait elle être ? Les hommes qui marchaient n’avait rien de gens cherchant quelque chose ou quelqu’un.
Andrew revint vers son otage qui n’en était plus vraiment un, elle semblait plus malade qu’autre chose, l’idée d’une nouvelle épidémie lui vint en tête. Non fallait arrêter d’être parano, de toute façon il avait survécu à la première, il pouvait bien survivre à une deuxième.

Il regarda la femme allongée au sol et se remit à accroupit à coté d’elle, il se rappela les gestes qu’elle avait fait quand il lui avait parlé mais rien n’était censé, rien de clair surtout pour quelqu’un qui venait de se faire « capturer ».
C’est là qu’il sentit l’alcool qui émanait d’elle, elle était ivre ? Non mais c’était quoi ce bordel ? Depuis quand les Edeniens allait se saouler en dehors de la ville ? Et surtout où ca ? Dans le camp des renégats ? Il fouilla la jeune femme pour trouver quelque chose, ses gestes étaient précis et il faisait bien attention à ne pas aller trop loin dans ses contacts, pas besoin d’être pris pour un pervers.
Rien d’intéressant, mais elle avait bien consommé de l’alcool, la flasque confirmait cette hypothèse. A cette vue il poussa à nouveau un soupir, c’était moche de voir quelqu’un d’ivre et surtout une femme. Enfin avec tout ca, il n’était pas avancé, il savait désormais que c’était une ivrogne c’est tout.

La garde était passé depuis une minute, il avait pris soin de mettre sa main sur la bouche de son otage, ne prenant aucun risque. Il était temps d’y aller.


Il est temps de se quitter ma belle !

Andrew sortit des fourrés jetant un œil partout où il le pouvait, personne, il eu un sourire qui s’estompa rapidement. La jeune femme était blessé ou malade ou peu importe mais elle était seule sans pouvoir parler, dans un coin ou personne ne pourrait la trouver, la ramener devant l’entrée était trop dangereux. La ramener au camp avec lui ? N’importe quoi !
Pas le choix, il avait bien trop de conscience, sûrement son passé de traqueur qui persistait, il aurait voulu dans ces cas là, être un renégat à 100%, ne rien ressentir. Bon, il la prenait avec et après ? Rien, il ferait en sorte qu’elle puisse marcher et qu’elle reparte d’où elle vienne … Adjugé. Le jeune homme revint sur ses pas et fronça les sourcils.


Tu vas me faire tuer…J’en suis sûr.

L’homme la prit sur ses épaules et se dirigea vers le désert, au bout de 30 minutes de marche, il s’arrêta près d’un massif rocailleux. Elle n’était pas super lourde mais il crevait de soif, le soleil tapait et elle était tomber dans les pommes…. Quoi ? Tomber dans les pommes ? AJ prit son pou et constata qu’il était faible, il n’avait plus le choix, il devait rentrer au campement. Il espérait ne croisait personne.
Dans l’heure, il se retrouva dans sa tente avec le jeune femme, il avait contourné le camp, pour se retrouver directement à l’est, là où se trouvait sa tente. Il avait croisé quelques personnes mais aucune n’avait fait de remarque, après tout il faisait ce qu’il voulait.
Bref, AJ laissa les pans de l’entrée ouvertes pour laisser entrer la lumière puis il allongea la jeune femme sur son lit, il vu que ses lèvres étaient sèches, signe qu’elle devait avoir soif –il ne se doutait pas à quel point il pouvait avoir raison à ce moment- et il alla chercher une bouteille d’eau pour lui en renverser sur le visage, la réveiller un peu pour lui faire boire ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Dim 25 Mai - 21:56

Andrew : Bon j’irais pas très loin avec toi apparemment !

Il regarda de nouveau les alentours et reporta son attention sur moi. Il me voulait quoi à la fin, il attendait quoi ? Il avait bien une gourde, de l'eau !! J'avais tellement soif qu'il m'aurait craché à la gueule je crois que j'aurais été heureuse !

Andrew : Qu’est ce que je vais faire de toi maintenant, tu me comprends au moins ?

Je roula des yeux avec désespoir. Mais il ne comprenait décidément rien ce type !!

*J'ai soif !! Je crève de soif !!! Et merde t'es pas doué mon gars ! Je t'en supplie comprend !! Foutue gorge!*

Je recommença à porter mes main à ma gorge, à mes lèvres mais j'étais même épuisée pour ces simples gestes qui j'en convient ne devaient pas être très compréhensibles.
Mon corps s'affaissait de plus en plus et ma vision passait par des moments assez nets avant de se brouille et de redevenir correcte. Si ce type ne me donnait pas quelque chose à boire rapidement j'allais peut être y passer !


*Moi qui pensais que ce gars allait me venir en aide, que j'étais sortie d'affaire!*

Une tache noire se formait devant mon iris et je me concentra pour garder les pieds sur terre. La tache s'estompa... pour un temps.
Il me déposa sur le côté, je n'étais qu'une loque, je me sentais si faible, alors que ça aurait été le moment pour retourner la situation, mon corps avait décidé de me lâcher. MERDE !!
Ma tête se posa sur le sol et la casquette glissa laissa libre mes cheveux. J4en avais rien à foutre, il avait capté que j'étais une nana et puis si il avait voulu faire quoi que ce soit il se serait pas gêné tout ce temps... sans compter que j'en venais à avoir de sérieux doutes quand à mon espérance de vie dans l'état actuel des choses!
Ma tête roula et du sable se déposa contre ma joue pâle. Mes yeux se fermaient doucement, c'est alors que je reçu une gifle.
J'ouvris instantanément les yeux pour fixer l'homme avec un regard égaré avant de lâcher l'affaire en regardant le ciel qui se paraît déjà de couleurs.


*Si tu veux me regarder crever je t'en prie reprend ton flingue ça ira plus vite !*

Pensais-je étrangement blasée. Je m'étais encore une fois foiré, trop d'illusion sur cette terre providentielle et je n'avais qu'à m'en prendre à moi!
C'est alors qu'il se mit à me fouiller, me vola Callaghan avant d'en retirer le chargeur et de le reposer à ôté de moi.


*Ca c'est gentil !*

Pensais-je avec cynisme.

Andrew : Ne m’en veux pas.

*J'en ai rien à foutre! Laisse moi crever en paix !*

Je ne tentais même plus de m'exprimer, notre dialogue ne se faisait que dans ma tête, lui devrait se contenter d'un monologue !
Il se leva et se barra... je ne pus m'empêcher d'avoir une petite pointe de regret tout de même. Je n'avais jamais aimé la solitude, même si je m'y était contraint depuis quelques temps maintenant.
Ma solitude fut de courte durée, il revint finalement alors que je me demandais ce qu'il pouvait bien me vouloir à la fin !


Il s'approcha de moi et sembla vouloir m'examiner de plus près. Je le vis renifler l'odeur d'alcool qui devait émaner de moi. Ca c'est sur je devais être sacrément sexy!
Puis il poursuivre sa recherche, me fouillant de nouveau sous mon air faiblement offusqué (je ne pouvais pas exprimer beaucoup mieux).
Je tenta de nouveau de parler pour protester mais je n'avais même pas suffisamment de salive pour lubrifier mes cordes vocales!


*Hey tu pourrais au moins attendre que j'ai passé l'arme à gauche avant de me dépouiller !! Crevard !*

Il prit ma flasque me regarda et soupira. J'avais envie de lever les yeux au ciel!

*Mais non je suis pas une alcoolique notoire !! Okay je crache pas sur la bibine quand j'en ai l'occasion mais non là non !!*

Ca me faisait plutôt chier que les dernières idées que quelqu'un puisse avoir de moi soit "pauvre fille"! Foutu Eden ! Voilà où ça m'a mené de t'avoir cherché ! C'était bien la peine...

Il avait mis inutilement sa main devant ma bouche, je n'avais pas compris pourquoi, avant de me chuchoter des mots à l'oreille.

Andrew : Il est temps de se quitter ma belle !

*Hey de quel droit tu m'appelle comme ça ?? C'est ça barre toi ORDURE !!!*

Pensais-je avec force, comme si j'espérais avoir subitement des dons de télépathie, alors qu'il me tournait le dos pour s'éloigner.
Mon regard se porta de nouveau sur le ciel dont les moutons de nuages blancs semblaient avoir commencé une ronde, une danse au dessus de moi. L'air vibrait, mon champs de vision passait du noir à la couleur et je commençais à délirer.
Je revoyais l'homme, lui souriait dans mon délire, je lui aurait bien "tchéqué" la pince tiens ! Il se pencha sur moi, je fronça les sourcils.


Andrew : Tu vas me faire tuer…J’en suis sûr.

Je souris et fronça les sourcils. Puis il me souleva de terre pour me mettre sur ses épaules.

*Attends, c'est pas un délire ? Tu me joue quoi là ? Mais qu'est-ce que tu fais ?*

Le soleil levé me frappa en plein sur le visage maintenant que je n'étais plus à l'abri du buisson, le mouvement de ses pas me faisait tanguer et mes bras balaient le long de son corps. Je les fixaient, suivant leur balais incessant et hypnotisant. Il ne me fallut pas beaucoup plus de dix minutes de marche pour basculer dans l'inconscience.

Je fus sortie de ma torpeur par de l'eau qui coulait sur mon visage. J'avais ressentis le premier contact avec l'élément salvateur comme un électrochoc et mes yeux s'étaient instantanément ouverts ainsi que ma bouche qui tentait insatiablement de happer la moindre goutte à sa portée.
Il me redressa et porta l'eau à la bouche.
Je me délecta du liquide coulant au début douloureusement mais toujours délicieusement dans ma bouche, sur ma langue, dans ma gorge.
Je leva les yeux vers lui et lui jeta un regard gratifiant. Enfin il avait compris !! Il avait mis le temps mais ce simple instant valait toute l'attente du monde !
J'engloutis goulûment le liquide et bientôt je sentis la force de porter mes mains à la bouteille dont les trois quarts étaient déjà descendus dans mon gosier sans même que je reprenne correctement ma respiration.
Je repoussa la bouteille quelques secondes et toussa gracieusement, ayant évidement avalé de travers, le bandage autour de ma poitrine m'empêchai de reprendre correctement ma respiration mais j'en avais rien à faire, j'avais le temps pour respirer maintenant que j'avais bu.
Je me laissa retomber en arrière et me calma un peu avant de regarder le type.


Vous...

Le mot prononcé d'une voix très rauque se termina en étranglement, je toussa de nouveau et repris sur une voix encore anormalement grave et basse qui partait parfois dans les aigus de façon assez comique.

...avez mis le temps!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Dim 25 Mai - 23:22

Andrew laissa la bouteille entre les mains de la jeune femme, elle avait l’air de très bien se débrouiller toute seule puis il allait attraper une crampe s’il l’aider à boire toute l’eau. Elle avait vraiment soif, c’était peut être pour ca qu’elle était tombé dans les vapes ou même qu’elle était au sol quand il l’avait aperçut. En ce moment elle n’avait rien de quelqu’un de malade, au contraire, elle avait de l’énergie, faible mais qui ne faisait que d’augmenter de seconde en seconde, plus elle buvait plus l’énergie revenait. L’eau était vraiment la dernière chose à laquelle il aurait pensé, ca expliquait peut être l’odeur d’alcool qu’elle avait sur elle, à sa place il aurait fait la même bêtise de boire, de l’alcool pur tellement il aurait eu soif, le problème l’alcool déshydrate s’il n’est pas mélangé avec quoi que ce soit d’autre, sûrement l’erreur de la jeune femme. Ca expliquait aussi qu’elle n’est pas pu lui décocher un mot, il n’était jamais arrivé à un état de soif pareil mais pouvait très bien imaginer les effets destructeurs que le manque d’eau pouvait avoir sur l’organisme et même l’esprit de la personne. Peut être avait elle déliré avant d’arriver au portes d’Eden, de toute manière ce n’était pas ses affaires. Andrew ne devait pas oublier ca.
Il entendit enfin le son de sa voix et pour lui confirmer une chose qu’il n’avait pas vu et qu’il regrettait vraiment : sa déshydratation. Il eu un léger sourire en coin invisible pour elle et soupira amusé. Elle le prenait bien au moins, ca se trouve elle avait frôler la mort et voilà qu’elle faisait de l’humour, on aurait dit lui. AJ ne pouvait pas trop s’en vouloir, même s’il l’avait remarqué plus tôt, il n’avait rien sur lui pour lui donner à boire, après tout, à Eden ce n’est pas l’eau ou les diverses boissons qui manquent et c’était rare qu’un citoyen se trimballe avec une bouteille sur lui.

Sa capuche était toujours sur sa tête, il était à contre jour, donc aucune chance qu’elle voie son visage et c’était beaucoup mieux ainsi, après tout il ne savait toujours pas qui elle était. Si elle était une traqueuse, peu importe ce qu’il avait fait pour elle, elle voudrait le tuer sans hésitation, ce n’était pas dans son plus grand intérêt.
Il se releva de son lit qui était à même le sol, un simple matelas d’une dizaine de centimètres d’épaisse –déjà le grand luxe ici- il alla chercher une autre bouteille d’eau et la posa à coté d’elle avant de s’asseoir plus loin sur les deux briques empilées qui lui servait de chaise.


Maintenant que tu peux parler, on va éclaircir quelques petites choses.

AJ sortit une cigarette de son paquet à proximité et l’alluma, la femme illumina son visage pendant quelques secondes avant qu’il disparaisse à nouveau. Il regarda la jeune femme et lui jeta le paquet de clope. Ca n’arrangeait pas la soif, c’est sûr mais maintenant que l’eau était à disposition, peut être avait elle envie d’une bonne cigarette pour se remettre de ses émotions.

Question simple, c’est juste par sécurité, qui es tu ? Es-tu d’Eden ? Et qu’est ce qui s’est passé pour que je te retrouve dans un état pareil ?

Beaucoup de question pour quelqu’un qui venait à peine de retrouver la voix mais c’était essentiel pour lui, il devait savoir, savoir à quoi il se préparait, savoir qui il logeait dans sa tente et qui il avait aidé. Il avait assez pris de risque en 24 heures pour le mois à venir, non seulement il était entré dans Eden, il avait failli se faire avoir par un renégat mais en plus il avait ramener une preuve qu’il était à Eden.
D’ailleurs il devait penser à une excuse, trouver une histoire, pourquoi elle était là, qui était elle, pour les autres, les questions allaient vite fusées. Andrew se gratta la barbe de quelques jours en réfléchissant et constata qu’il était temps de se raser, maintenant qu’il avait été faire un tour dans son ancienne cité.


On s’est rencontré en forêt !

Dit il sans attendre une quelconque réponse de Lou, il devait la mettre au courant, n’importe qui pouvait débarquer dans sa tente et demander qui elle était. S’il ne donnait pas de réponse valable, non seulement elle allait en subir les conséquences mais lui aussi. Pas question qu’il l’ait ramené jusqu’ici pour qu’elle se fasse maltraité par ses compagnons et lui qu’il se fasse tué.

Après qu’on se soit battu, je t’ai ramené ici.

Il fronça les sourcils, toujours perdu dans son histoire, histoire à laquelle il ne devait pas donner trop de détails sinon ca serait trop parfait et devait en donner assez pour que ce soit crédible.

T’étais inconsciente, tu n’es pas d’Eden, ca va de soi, ne mentionne même pas la ville. C’est tout…je crois. Je te demande pas que de faire ca pour moi mais aussi pour toi, si tu veux repartir d’ici, fais moi confiance cette histoire et mieux que l’original.

Andrew décolla ses coudes de ses genoux pour se redresser et tirer sur sa cigarette. Le décor était planté, aucune autre erreur ne pouvait se présenter maintenant. A moins que…qu’elle soit une renégate ?! Il manquerait plus que ca, ca m’étonnerait assez, il avait cru entendre qu’elle voulait qu’on la laisse entrer dans Eden, aucun renégat n’aurait fait ca –à moins d’une stratégie de Quentin- et on aurait pas laissé rentré l’ombre de quelqu’un y ressemblant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Lun 26 Mai - 0:42

Maintenant que ma vue et le reste de mes sens étaient revenus à un niveau plus acceptable en même temps que mon énergie je porta mon regard sur ce qui m'entourait pour savoir où mon "sauveur à retardement" m'avait emmené.
C'était visiblement une tente, pas le grand luxe, un pauvre matelas collé au sol, un équipement de misère mais qui composait un stricte minimum... j'avais connu bien pire pendant mon périple mais une chose était sur. On ne devait pas être dans la ville devant laquelle je m'étais écroulée. Il y avait des vraies habitations là bas.
Je porta mon attention sur lui pour tenter de voir à qui j'avais à faire mais il avait une capuche. Normal que je n'avais jamais pu voir son visage autrement que par un ovale sombre. Je fronça des sourcils et reporta mes lèvres à la bouteille pour l'achever.
J'avais l'impression de ne jamais avoir bu quelque chose de plus merveilleux dans ma vie. Le manque donne aux choses un éclat particulier.
L'homme se leva, me donna une autre bouteille et alla s'asseoir sur... un siège improvisé, je ne le quittais pas des yeux.
Je déboucha la bouteille et recommença mon travail de réhydratation plus tranquillement que tout à l'heure.


Andrew : Maintenant que tu peux parler, on va éclaircir quelques petites choses.

Je tendis le bras et leva mon index pour lui demander d'attendre un peu.
Visiblement il n'en démordrait pas mais je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance. Comment en être sur quand on a en face de sois un type qui ne veux pas montrer son visage ?
Il s'alluma une cigarette et je tenta de percevoir une information de ses traits lorsque la flamme illumina son visage mais l'instant fut trop bref pour que j'enregistre autre chose qu'une barbe négligée depuis un petit moment.
J'eus subitement envie d'une cigarette et songeais à l'interpeller pour lui en taxer une lorsqu'il balança le paquet dans ma direction.
Je le pris et sortis une cigarette avant de récupérer mon zippo dans mon sac pour l'allumer, sans cesser de regarder ce gars qui m'intriguait.
Il était quand même sacrément louche et je ne savais pas bien comment je devais réagir. Je souffla une bouffé de fumée avec délectation avant de remettre le goulot de la bouteille à mes lèvres, attendant la suite
.

Andrew : Question simple, c’est juste par sécurité, qui es tu ? Es-tu d’Eden ? Et qu’est ce qui s’est passé pour que je te retrouve dans un état pareil ?

Un mot fit tilt dans mon esprit et je cessa de boire. "Eden"... alors c'était bien ça ? J'y était quand même arrivée ?? Mais alors pourquoi me demandait-il si "j'étais d'Eden" ?
Mes pensées étaient encore un peu confuse, je n'eus pas le temps de lui répondre quoi que ce soit qu'il reprit la parole
.

Andrew : On s’est rencontré en forêt !

Je haussa les sourcil surprise. Ce type perdait les pédales ? J'avais à faire à un amnésique ou il avait seulement un grain ?
Je ne dis rien,; attendant la suite, buvant tranquillement pour retrouver un maximum de mon énergie en cas d'affrontement et pour gagner du temps. Je ne savais toujours pas ce que je devais lui répondre, mais déjà je sentais que mon estomac ne tarderait pas à saturer, j'avais bu trop vite pour un réceptacle qui avait été vide de tout trop longtemps et s je freinais aps un peu j'allais finir par tout dégueuler sur son absence de sol au sens architectural du terme.
Il continua son délire.


Andrew : Après qu’on se soit battu, je t’ai ramené ici.

Il fuyait de la cafetière là !! Battu ?? S'il avait une explication à ces foutaises il allait falloir être convainquant pasque je commençais à m'inquiéter quand à son état mental !
Je reposa la bouteille et tira sur ma cigarette une nouvelle longue bouffée.


Andrew : T’étais inconsciente, tu n’es pas d’Eden, ça va de soi, ne mentionne même pas la ville. C’est tout…je crois. Je te demande pas que de faire ça pour moi mais aussi pour toi, si tu veux repartir d’ici, fais moi confiance cette histoire est mieux que l’original.

Okay... il était visiblement dérangé ou m'avait emmené dans un guêpier pas possible. Je restais calme, j'avais eu à faire face à des situations bien pourries auparavant.
Je ne répondis rien à par un petit reniflement qu'il devrait prendre pour un "j'ai saisi"
Un petit silence s'installa et je ne cessais de le regarder, alors j'ouvris de nouveau la bouche et la voix qui en sortit ressemblait déjà beaucoup plus à la mienne.


T'es un grand brûle ou un truc comme ça ?

Dis-je faisant référence au fait qu'il masquait son visage, ne me gênant pas pour le tutoyer naturellement.
Je tira sur la cigarette en le regardant, inspirant longuement...
Foutu corset improvisé! Ca devenait chiant! De toute façon il ne servait plus à rien, il avait cramé ma couverture!
Je passa ma main sous mon T-shirt et sans me découvrir retira l'épingle de sûreté, le tissus se détendis et les tours commencèrent à se défaire. Je respirais déjà mieux, ça faisait du bien.


Max !

J'avais pris l'habitude de donner ce nom aux gens que je croisais depuis que mes compagnons étaient tombés et que je me retrouvais seule. Ca m'apportait un genre de réconfort un peu morbide peut être.
Ce gars ne dérogeait pas à la règle mais je ne comptais pas lui mentir pour le reste, ça n'avait aucune espèce d'intéret.


Je m'appelle Max. Officiellement pauvre voyageur un peu paumé, ça arrive. On s'est rencontré en forêt, on s'est battu je t'ai foutu quelques rosses mais t'as fini par avoir le dessus, et carrément me foutre ko (je fis une petite grimace, peu convaincue tout de même) c'était plutôt un combat inégal de toute manière!
Sachant que j'étais dans un sale état t'as décidé de pas me laisser bouffer par les rats -grand seigneur- mais dès que je vais aller mieux tu va me foutre dehors avec un coup de pied au cul ? C'est ça ?


Dis avec calme. Je fis une pause et repris sur un ton exactement semblable mais la voix de plus en plus naturelle.

Je m'appelle Max. Officieusement je suis une pauvre voyageuse un peu paumée à la recherche d'une ville qui m'a souvent parut être un conte... celle dont je ne connais officiellement même pas le nom... Mais pas de bol j'ai eu la mauvaise idée de ne pas connaître la région, je suis passée par le désert et un peu trop têtue j'ai continué mais mes réserves ont diminués un peu trop vite et je me suis retrouvée à marcher seulement la nuit pendant environs trois jours sans flotte... c'est pas le pied.
La suite tu la connais, j'essayais de rentrer pour trouver de l'assistance, des renseignements sur La ville en question ou peut être celle-là même avec un peu de chance...


Je haussa les épaules et fis une petite moue d'impuissance en levant les sourcils.

Ca te va ou je me fais crucifier sur place ? Par contre pour ton histoire, je suis sure que quelques petites droites feraient un peu plus crédible, moi ça va j'ai déjà une sale tronche... quoi que, je ne sache rien de la tienne!

Dis-je avec un petit sourire détendu, attendant visiblement qu'il se présente lui aussi... il me semblais que j'avais un droit légitime a des explications. Au pire je savais tanner les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Lun 26 Mai - 23:47

Andrew ne comprit pas toute de suite sa remarque sur les grands brûlés, pourquoi elle lui disait un truc pareil ? Sa capuche était un simple moyen de prévention, il ne savait pas qui elle était et c’était beaucoup mieux ainsi. Il réagit ensuite qu’elle y faisait allusion, il fit une grimace qu’elle ne put voir avant de tirer sur sa cigarette, ce n’était pas la peine de protester, il ne ferait que rentrer dans son jeu et ce n’était pas à son avantage, pas aujourd’hui alors qu’il ne connaissait pas d’un poil son interlocutrice.
Tiens ? Qu’est ce qu’elle faisait ? On aurait dit qu’elle voulait se débarrasser de quelque chose. En effet la jeune femme avait glisser sa main sous son haut et tenter d’enlever quelque chose en dessous, sûrement pas une arme, sinon il l’aurait remarqué en la transportant. Il ne comprit pas réellement de quoi il s’agissait juste qu’apparemment ca lui avait fait du bien vu l’expression qu’émanait de son visage. A aucun moment il ne pouvait se douter à quel point elle voulait se faire passer pour un membre du sexe opposé, il savait que les femmes n’étaient pas les mieux traitées dans ce monde mais de là, à se faire passer pour un homme, il n’avait jamais vu de telles choses pourtant la casquette qu’elle portait aurait dû lui mettre la puce à l’oreille.

C’est là qu’elle lui jeta son prénom en pleine figure, comme si ce dont elle s’était débarrassée sous son haut, lui avait permis de lui dire. Max ? Un prénom qui allait bien avec le type de personnalité qu’elle montrait c'est-à-dire très asexuée. Elle lui raconta sa propre histoire à sa façon, il comprit qu’elle voulait se faire passer pour un homme, Andrew ne savait pas si ca allait être crédible, si les personnes à l’entrée du camp l’avait détaillé ils s’étaient sûrement aperçu de la supercherie tout comme lui en la rencontrant.
AJ fit un signe de tête pour acquiescer à sa réponse qui s’avérait plus rhétorique qu’autre chose, un renégat bien gentil de l’avoir aidé à se rétablir n’allait pas non plus lui offrir le gîte et le couvert indéfiniment. C’était à Eden qu’on voyait ca et encore.
Elle continua sur sa lancée en lui expliquant pourquoi elle avait atterri dans cet état aux portes d’Eden. Tout s’expliquait un peu mieux et s’emboîtait, son histoire avait l’air logique et sans failles, elle disait sûrement la vérité. En tout cas ca concluait le mystère Eden, elle n’était jamais rentré dans Eden mais y comptait bien donc toutes les précautions qu’il avait prises n’étaient pas faites dans le vide.
Ca lui rappelait des souvenirs de voir quelqu’un qui cherchait Eden la ville de tous les rêves, le dernier espoir sur terre et passons tous les autres surnoms stupides qu’on avait pu lui donné. Il avait aussi été dans son cas, il y’a six ans en arrière, les choses avaient bien changé. Quelque part ce le faisait sourire de voir l’innocence de la jeune femme face à la nouvelle vie qu’elle attendait à Eden, si seulement ca pouvait être aussi bien qu’on se l’imaginait…Pourtant dès la première semaine on comprenait que nos rêves resteraient des rêves et qu’il faudrait s’habituer au « un peu plus » de confort qu’elle offrait.

Andrew sortit de ses pensées en entendant parler de droites et de plus de réalisme ainsi que de l’allusion certaine à son visage, ben voyons et puis quoi encore ?! Il poussa un léger soupire avant de soutirer une autre bouffée à sa cigarette et de l’apprécier dans le silence.


Tu n’as pas besoin d’en savoir plus.

C’était mieux ainsi, elle n’avait pas besoin de connaître son visage pour lui parler ni même pour boire et se reposer. Tout ca était obsolète.

D’après ce que j’ai compris, tu veux rentrer dans Eden ? Donc tu n’as pas besoin de voir mon visage ni même de savoir qui je suis. Une fois que tu seras rentrée dans la ville, il vaut mieux que tu oublies ton passage ici. Les renégats et les édeniens ne s’entendent pas trop si tu vois ce que je veux dire…

Il ne pouvait pas savoir si elle venait de loin et si elle avait entendu parler de la querelle qui opposait les deux camps depuis plusieurs années. Enfin vu son périple et le peu de réserve qu’elle avait sur elle, soit elle venait d’un coin où les ressources étaient dures à trouver soit elle venait de très loin et les avait épuisé depuis un moment.
AJ se leva et tira une dernière bouffée sur sa cigarette avant de la jeter par la sortie qui était toujours ouverte, de toute manière il était tôt et il était sûr que personne ne se pointerait dans sa tente déjà parce qu’il n’avait aucunes affinités ici et parce que la seule personne qui avait essayé de s’y introduire avait pris une rouste publique. Le jeune homme se dirigea vers un sac et en sortit une ration, rien de bien étonnant mais il lui jeta.


Il faut que tu reprennes des forces, tu peux rester ici jusqu’à demain mais demain à l’aube je t’accompagnerais à la sortie du désert. Cette fois j’essayerai de faire en sorte que tu atteignes les portes sans t’évanouir.

Le son de sa voix se fit plus amusé que sérieux, ce n’était pas super ce qui lui était arrivé mais ca faisait parti des aléas de la vie et il valait mieux s’en amuser plutôt que de le prendre mal.
Il alla s’appuyer contre le baril d’eau pas loin, c’est là qu’il sentit quelque chose de rigide sur la fin de sa colonne vertébrale, ce n’était pas ses Beretta, ils étaient justes en dessous de ses bras. Non mais il s’agissait bien d’une arme : celle de la jeune femme, il la retira de sa ceinture pour l’examiner. Un 9mm –vidé de son chargeur- comme un autre, rien de très particulier enfin pour lui.
AJ lui montra l’arme et la posa derrière lui, elle pourra la récupérer quand ca lui chante, de toute manière il ne pourrait rien faire de plus avec que ce qu’il ne faisait déjà avec ses propres pistolets.


Je te donnerais le chargeur plus tard, mesure de sécurité.
En attendant tu souhaites peut être quelque chose de particulier ?


Pas qu’il soit le meilleur des hôtes, juste qu’elle méritait bien qu’il fasse cet effort pour une fois, elle revenait de loin et bientôt elle allait entrer dans Eden, son conte de fée qui n’en était pas du tout un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Mar 27 Mai - 0:40

Andrew : Tu n'as pas besoin d'en savoir plus.

Mon sourire s'effaça pour laisser place à une mine boudeuse volontairement exagérée.
Il n'y portait pas attention... enfin, j'en savais rien, c'était frustrant de ne pas voir ses yeux.
Il poursuivit, toujours aussi grave.


T'es pas un marrant toi!

Andrew : D’après ce que j’ai compris, tu veux rentrer dans Eden ? Donc tu n’as pas besoin de voir mon visage ni même de savoir qui je suis. Une fois que tu seras rentrée dans la ville, il vaut mieux que tu oublies ton passage ici. Les renégats et les édeniens ne s’entendent pas trop si tu vois ce que je veux dire…

Non... je ne vois pas non.

Dis-je d'une voix assez blasée mais en réalité il éveillait ma curiosité. C'était quoi ce bins ?

Andrew : Il faut que tu reprennes des forces, tu peux rester ici jusqu’à demain mais demain à l’aube je t’accompagnerais à la sortie du désert. Cette fois j’essayerai de faire en sorte que tu atteignes les portes sans t’évanouir.

Dit-il avec un pointe visible d'amusement. Si ça pouvait le faire marrer...
Il venait de me balancer un truc à manger que j'ignora, le laissant choir sur le matelas.
Je ramassa mes jambes et les entoura de mes bras sans cesser de fixer le type attendant sagement la fin du programme qu'il semblait avoir bien calculé. J'étais juste un peu surprise qu'il me laisse scouater son antre jusqu'au lendemain.
J'allais le remercier pour l'hospitalité avec mon flegme habituel lorsqu'il se déplaça et sortit Callaghan de derrière son dos. Mon regard se reporta sur l'arme avec une expression moins neutre.
De quel droit il l'avait pris ? Cette arme était à moi !! Je l'avais vu en retirer le chargeur ça ne m'avait déjà pas beaucoup plu mais je pouvais le comprendre, par contre là...


Hey ! C'est à moi ça !

Il me le montra et le reposa derrière lui, je compris le message et passa ma langue sur mes lèvres, réfrénant mon envie de me jeter en avant pour récupérer le calibre.
Hors de question de montrer quelque mouvement de faiblesse et pourtant... Je le récupérerais. Cette arme était à moi, elle appartenait à mon passé, au passé auquel je tenais beaucoup et il était hors de question que je la laisse à qui que ce soit, si "sauveur à retardement" puisse-t'il être.


Andrew : Je te donnerais le chargeur plus tard, mesure de sécurité.
En attendant tu souhaites peut être quelque chose de particulier ?

Je haussa les épaules.

Ouaip'... je voudrais comprendre! Visiblement le tableau imprimé sur les prospectus était un photo-montage. Cette ville est aussi pourrie que n'importe quelle ville de ce foutu pays ? Alors pour une fois que je tombe sur un gars qui pourrait m'en dire plus.

Je marqua une petite pause.

Et je veux savoir à quoi tu ressemble ! Même si tu dois pas me donner ton nom !
Enfin, l'un ou l'autre quoi !
...
Et... du chocolat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Mar 27 Mai - 11:39

La jeune femme émit une demande assez surprenante, elle voulait comprendre ce qui se passait ici, mais d’où venait elle ? Ils parlaient tout deux la même langue et aucun accent de transparaissait dans sa voix, lui avait on fait croire qu’Eden était la ville où tout le monde vivait comme il voulait, c’était le bonheur complet ? Apparemment sa métaphore sur un prospectus affirmait ce qu’il pensait.
Andrew n’avait pas envie de gâcher son plaisir, elle n’avait encore jamais mis les pieds dans la cité…Mais d’un autre coté elle se rendrait vite compte par elle-même qu’Eden n’était pas le paradis sur terre. Son intention fut reprise par une autre réflexion tout aussi surprenante, elle voulait voir son visage ? Pour quoi faire ? C’est vrai que pouvoir voir son interlocuteur était toujours plus aisé. Lui donner un nom était plus simple, un faux nom aurait très bien fait l’affaire néanmoins, ils étaient en début de journée et avoir sa capuche sur la tête tout au long paraîtrait suspect par rapport au camp. Un dilemme se proposa donc à lui : lui donner un faux non et ne pas lui révéler son visage ou lui montrer ?! Il reportait cela à un peu plus tard préférant répondre à ses interrogations sur Eden en premier lieu.


Eden n’est pas une ville comme une autre, elle est plus équipée, plus organisée, plus civilisée mais elle a aussi des inconvénients, ne rêves pas trop, tu risquerai d’être déçue. Si on ne vit pas tous à Eden c’est qu’on a nos raisons.

Il laissait entrevoir les difficultés qui se posaient à chacun des hommes qui pouvaient y mettre le pied, les renégats avaient plusieurs raison d’y n’être jamais aller ou d’en être parti mais ce n’était pas un bon exemple à donner à Max, tous étaient tellement obsédé par le combat qu’il faisait contre les édeniens qu’ils en avaient sûrement oublié la raison de leur réticence.
AJ passa sa main sur sa pseudo-barbe qu’il avait hâte de raser, puis réfléchit, il n’avait toujours pas répondu à sa demande concernant son identité et s’il allait lui chercher du chocolat plutôt ? Comme si on trouvait ca à l’épicerie du coin.


Pour le chocolat, c’est impossible, je n’en ai pas ici et je me demande même si quelqu’un au camp en a.

Ce genre de luxe devait plutôt se trouver à quelques kilomètres de là, à Eden, ben ca faisait un bon point pour Eden enfin si on aimait le chocolat.

Quand à moi…

Il laissa un court silence s’installer, sûrement parce qu’il n’avait pas encore trouver de solution au problème qu’elle lui avait posé, en même temps il n’était pas obligé de répondre à ses attentes mais pour le moment les choses se passaient bien alors autant continuer dans ce sens. Après un soupir il reprit :


J’ai les cheveux mi long, presque blond, les yeux foncés. Ca ira je suppose. Ah et tu peux m’appeler…

Comment elle pouvait bien l’appeler ? Andy ? Il détestait ce surnom. AJ ? Les initiales étaient faciles d’être remis en place quand on connaissait son prénom. Félix? Ouais, non autant s’appeler Médor aussi.

AJ simplement.

A coup sûr elle ne le connaissait pas surtout si elle n’était pas d’Eden, il n’était pas une star là haut alors même si elle y rentrait maintenant, il y’avait peu de probabilité pour qu’elle entende parler de lui. De plus si Vanille venait faire une escapade dans sa tente ce soir pour un quelconque cours de combat, elle l’appellerait de la même façon et ainsi il n’y aurait aucune confusion entre les prénoms. C’est d’ailleurs là qu’il réagit que cette dernière ne connaissait même pas son vrai prénom…Peu importe ce n’était pas le plus important surtout maintenant dans cette situation.

Il releva la tête vers la jeune femme, toujours assise sur son matelas, elle n’avait pas touché à la ration, c’est sûr que le chocolat était meilleur mais elle allait devoir s’en passer. Bref il avait maintenant quelques règles à établir pour cette journée qui allait s’annoncer très longue.


Dernières petites choses : tu ne sors pas de la tente, tu ne cris pas –même si je doute sérieusement que ca puisse attirer l’attention- ne me fais pas un coup en douce, j’ai pas envie de te surveiller toute la journée en plus ca serait à ton désavantage. Pour finir lave toi !

Andrew eu un large sourire amusé, elle sentait la transpiration et la crasse mais il ne pouvait pas lui en vouloir, ca faisait sûrement des jours qu’elle voyageait et n’avait pas pu prendre soin d’elle, ce qu’il comprenait totalement :quand on voulait survivre on passait à autre chose qu’à l’odeur qu’on pouvait dégager…Ca expliquait pourquoi aucun rat du désert ne l’avaient attaqué.

Y’a de l’eau là il tapotta sur le tonneau derrière lui où se trouvait son l'arme de son interlocutrice un bout de tissu dans le coin, ca suffira je pense. Je vais attendre que tu ais fini devant la tente.

Le jeune homme se rapprocha d’elle pour ramasser son paquet de cigarette –dont avait profité Max un peu plus tôt- et le mit dans sa poche, il lui fallait bien une distraction le temps qu’il attende la demoiselle. Même si elle se présentait comme un homme, elle devait être comme toutes les femmes, à prendre son temps pour prendre soin d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Mar 27 Mai - 15:14

Andrew : Eden n’est pas une ville comme une autre, elle est plus équipée, plus organisée, plus civilisée mais elle a aussi des inconvénients, ne rêves pas trop, tu risquerai d’être déçue. Si on ne vit pas tous à Eden c’est qu’on a nos raisons.

J'imagine...

Dis-je en haussant des épaules, cessant subitement de le fixer pour une fois. Mon regard partait dans le vide pour se porter sur un point invisible qui semblait se situer en dessous du sol de la tente, j'étais perdue dans mes pensées.
Je n'étais pas vraiment une idéaliste... enfin si, au fond de moi, mais j'avais toujours gardé les pieds sur terre. Se créer sois même des illusions c'est se décevoir sois même, la vie s'acquittait déjà suffisamment de cette tache pour ne pas avoir à en rajouter.
Mais "plus équipée, plus organisée" et surtout "plus civilisée" me suffisaient à prétendre avoir tenu ma promesse... Je ne cherchais pas un monde parfait mais un monde meilleur que celui que j'avais déjà côtoyé depuis le début de l'épidémie et enfin de compte, quand on y réfléchissait le challenge n'était pas difficile à réussir.
Il suffisait d'y mettre un peu de bonne volonté mais je n'avais entendu parler de nul autre endroit qu'Eden où les hommes aveuglés par leur soif de pouvoir avaient tenté de faire des efforts.


*J'ai trouvé à présent... alors pourquoi je me sens si mal à l'idée de passer ces clôtures ?*

Andrew : Pour le chocolat, c’est impossible, je n’en ai pas ici et je me demande même si quelqu’un au camp en a.

Je reporta doucement mon regard vers lui et lui souris gentiment en dénégant de la tête pour lui dire de laisser tomber. Je n'étais pas sérieuse quand je lui avais demandé du chocolat. Dire des conneries à tout bout de champs c'était ma façon de communiquer...
Du chocolat je n'en avais vu que dans trois "villes" dans lesquelles j'étais passée. A la dernière je n'avais malheureusement pas eu l'occasion, ni même vraiment l'envie, de le faire glisser dans mes poches, alors je n'avais pas espéré en trouver ici!


Andrew : Quand à moi…

Il laissa passer un silence et j'appuya ma joue sur mes genoux, attendant la suite avec curiosité.

*Ah, l'homme mystère va t'il enfin tirer son masque ?*

Pensais-je avec amusement mais je ne me serais permise de le couper pour rien au monde à ce moment précis.

Andrew : J’ai les cheveux mi long, presque blond, les yeux foncés. Ca ira je suppose. Ah et tu peux m’appeler…
AJ simplement.

Je haussa les sourcils, surprise et un peu déçue.

Alors c'est tout ? Bon... je m'en contenterais... AJ !

Dis-je avec une petite moue. Il avait du bol que je sente de plus en plus la fatigue me peser et avec elle mon esprit borné s'émoussait légèrement.

AJ : Dernières petites choses : tu ne sors pas de la tente, tu ne cris pas –même si je doute sérieusement que ca puisse attirer l’attention- ne me fais pas un coup en douce, j’ai pas envie de te surveiller toute la journée en plus ca serait à ton désavantage. Pour finir lave toi !

La fin de sa phrase me surpris et mon rire amusé s'éleva dans la tente alors que je rejetais ma gorge en arrière pour mieux en profiter.
Que c'était bon de rire !! Une semaine et demi que je n'avais eu de contact avec personne, ça me faisait vraiment du bien.


Ah ça !! Ca marche, ce sera avec plaisir ! Faut croire que j'avais commencé à m'habituer à l'odeur !!

Dis-je en ne disposant d'aucune class dont une nana digne de ce nom est censé faire preuve naturellement. J'avais vraiment traîné trop longtemps dans un univers strictement masculin.
AJ se pencha vers moi pour récupérer ses cigarettes et je ne pus m'empêcher de fixer le visage que je ne voyais pas, bouillant à l'idée de tendre la main pour la repousser, ce que je ne fis pas.


*Blond ?? Cheveux mi longs ? Je l'aurais imaginé brun ténébreux, le stéréotype du gars solitaire qu'on voyait dans les TV film à deux balles...*

J'avais beau y ajouter la barbe négligée, les yeux sombres et tenter d'imaginer le tout des centaines de visages flous s'offraient à mon esprit et il m'étais impossible de réellement en visualiser un seul à apposer sur cette voix et ces initiales.

Il sortit de la tente et je me releva, la bande de gaze défaite tomba au sol, libérant totalement ma poitrine, ce qui de toute façon avec mes vêtements larges ne faisait pas une différence importante ! Je n'avais pas que le nom et le comportement androgyne, je n'étais pas une des représentation les plus probantes de féminité plantureuse!
Je tira sur mon T-shirt pour en observer les états de propretés avec une petite grimace.


*Ouai bein il a pas tort hein... la douche ce sera pas du luxe!*

Je laissa glisser mes vêtements à terre et me dirigea vers le baril de flotte, en retira Callaghan que je détailla quelques secondes en soupirant un peu.
Le bout de mon doigt effleura une petite partie en bas de la crosse, rendue un peu rugueuse par deux petits traits et demis gravés par une lame de couteau. Je la regarda avec un air un peu m"lancolique et replaça le calibre dans mon sac.
Non, ce flingue je ne l'abandonnerais à personne, parce que personne d'autre n'avait eu la joue rougie à cause de ces deux petits traits et demi.

Je trouva un bout de tissus comme il me l'avait dit, mis de l'eau dessus et trouva même un piteux bout de savon avec lequel l'enduire.
Je commença par mon visage, le rinça et me sentis déjà mieux avec cette couche de crasse en moins sur le minois.


*C'est une bonne idée que de me laver... je pourrais sortir de sa tente qu'il aurait probablement du mal à me reconnaître!!*

Pensais-je en riant légèrement.
Je me lava le reste du corps et les cheveux avec attention... Trois jour dans le désert que je n'avais plus de flotte à boire mais légèrement plus que je n'avais rencontré un point d'eau pour pouvoir me baigner !!
Je pris selon moi tranquillement mon temps et ne fut en définitive ni vraiment lente ni vraiment rapide.
Je trouva une "serviette de toilette" et me sécha avant de m'étirer de tout mon long satisfaite, puis me dirigea vers mes fringues.
Je les regarda et fis une grimace. Mon regard embrassa la pièce et j'avisai un T-shirt d'AJ avec un sourire, ne me préoccupant même pas de savoir que ça ne se faisait pas, je laissa retomber mes fringues au sol et attrapa le vêtement.

Il devait mesurer pas loin d'un mètre 90 selon moi alors du haut de mon pauvre mètre 65 ce T-shirt ferrait une parfaite tunique.
Je l'enfila, les manches m'arrivaient presque aux coudes et le bas tombait jusqu'à mi-cuisse. Ce serait bien suffisant!
Pui je retourna vers l'entrée en ébouriffant mes cheveux mouillés avant de gratter doucement à la toile cirée, persuadée qu'il était probablement resté devant, afin de lui faire signe qu'il pouvait entrer.

Je l'accueillis avec le sourire et aucune gêne quand au fait de lui avoir piqué ses fringues. Hey, mieux valait ça que de l'attendre à poil, et remettre mes fringues auraient équivalut à ne pas du tout m'être lavée !


T'aurais une bassine ou un truc du style pour laver mes fringues ? Si je n'ai que jusqu'à demain matin autant que je fasse ça maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Mar 27 Mai - 23:34

Elle dit qu’elle devrait se contenter d’AJ, en même temps elle n’avait pas d’autres choix, c’était déjà bien qu’il lui ait donné surtout que c’est le nom qu’il donnait à chaque fois qu’il se présentait, peu de personne le connaissait sous le nom d’Andrew et encore moins son nom de famille mis à part les traqueurs. C’était peut être pour ca qu’il ne le donnait jamais il voulait tirer un trait sur cette période, il avait tellement cette impression qu’elle était son passé et que jamais il ne la retrouverait alors qu’à l’origine c’était prévu… Les choses n’allaient jamais dans le sens où on le voulait de toute manière, la bonne étoile invisible d’Andrew lui confirmait tous les jours, la preuve, elle était entrain de lui parler alors qu’il aurait dû être entrain de dormir. La jeune femme n’était pas une si mauvaise chose mais elle n’était pas non plus prévue dans son programme de la journée, de plus il aurait pu se faire tuer à cause –indirectement- de son alcoolisme sévère et de sa soif.

Max se mit à rire à sa remarque, ben au moins elle n’avait pas mal pris sa réflexion, tant mieux parce que ce n’était pas du tout son but, pour une fois qu’il ne cherchait ni à provoquer ni à blesser quelqu’un, ca marchait même mieux. Peut être qu’il allait se reconvertir…Y’avait pas un poste plus marrant chez les renégats ?
Il sourit quand elle lui dit qu’elle s’était peut être habitué à l’odeur, c’était vraiment… charmant. Le jeune homme lui adressa un soupir amusé avant de sortir de la tente et de s’allumer une nouvelle cigarette, le tronc d’arbre juste à coté lui servirait de siège le temps qu’elle ait fini voire de lit si jamais elle mettait beaucoup trop de temps et c’est ce qui arriva. Pas qu’elle était longue, juste qu’il n’avait pas dormi de la nuit et son lit l’appelait tellement fort qu’il avait envie de la laisser vaquer à ses occupations pendant qu’il ronflerait à réveiller Eden, même s’il ne ronflait pas.
En fait, c’est ce qui se passa, il s’accouda sur son genoux, la tête contre sa main et la cigarette dans l’autre, il n’eu même pas le temps de la finir qu’il s’était déjà mis à somnoler laissant la pauvre cigarette se consumer seule. Il était toujours assez alerte pour entendre le moindre bruit suspect autour, d’ailleurs le camp commençait à se réveiller, les bruits habituels s’élevaient et les engueulades commençaient déjà, la condition parfaite pour dormir.
C’est lorsqu’il entendit des pas se rapprocher qu’il ouvrit les yeux presque en sursautant, l’adrénaline était montée d’un coup et il avait l’impression d’avoir un tigre en lui mais c’était simplement la jeune femme qui s’était approchée de l’entrée pour lui dire qu’il pouvait venir. Combien de temps elle avait mis ? Peu importe pour lui c’était passé très vite et ca avait sûrement dû lui faire du bien. Il lâcha le mégot qui traînait toujours entre ses doigts et se frotta les yeux avant de rentrer dans sa tente.

Il mit quelques secondes avant de se rendre compte qu’elle portait son t-shirt et seulement son t-shirt, il arqua un sourcil, rah qu’est ce qu’il avait horreur qu’on touche à ses affaires, enfin bon elle avait eu raison de faire ca. Elle alait pas se trimballer à poil, surtout pas ! Elle qui aimait cacher ses formes et se faire passer pour un homme, elle devait adorait son t-shirt, il convenait parfaitement à toutes ses exigences.


???

Andrew resta sur place avant de traduire sa demande, le réveil était plus difficile qu’au départ. Il devait vite se remettre d’aplomb parce que s’il commençait à se laisser emporter, il allait vite être épuisé toute la journée et ce n’était pas la journée pour ca.

Euh non, généralement on va au point d’eau un peu plus loin mais tu te doutes que je peux pas te laisser sortir, surtout comme ca !

Il fit une légère grimace qui cette fois pouvait très bien être vu par Max, il se trouvait tourné à un quart de l’entrée et la lumière exposé son visage ou du moins une moitié de celui-ci. Bien sûr il n’y avait pas fait attention, ce n’était plus une priorité pour lui, le sommeil qui le tenaillait était la chose la plus importante contre laquelle il devait luter.

Pour le haut ca va déjà apparemment, maintenant le bas…

Sa remarque fut marquée par une pointe d’ironie avant qu’il ne soupire ne sachant pas quoi lui offrir comme solution de secours, il n’allait quand même pas lui faire la lessive ? Il avait une tête à faire ca peut être ?! AJ regarda autour de lui et vu les cartons empilés, ceux qui contenaient de l’alimentation mais aussi des vêtements, il n’y avait pas jeté un œil depuis qu’il les avait volé au convoi pour Eden. Il en prit un et le fit tomber violement par terre avant de l’ouvrir, c’était bien des fringues, mais d’homme, peut être le deuxième, mais même résultat, les autres était remplit de rations en tout genre donc pas la peine d’essayer.

Il ne te reste qu’une solution.

Andrew se redressa et alla chercher une ceinture à lui avant de lui tendre avec un large sourire, elle n’avait pas le choix et quelque part ca l’amusait. Quelqu’un qui avait survécu au désert et qui maintenant était dans l’incapacité de pouvoir s’habiller, plutôt ironique.

Trouve toi un pantalon et bricole un truc avec la ceinture. Je ne vois pas d’autres solutions.

Le jeune homme haussa les épaules, l’air amusé qui se dessinait sur ses traits était impossible à deviner visuellement mais quelqu’un qui avait assez d’intuitions pouvait facilement comprendre et imaginer son visage en ce moment.
Son regard se porta sur le tonneau d’eau dont le couvercle supérieur était maintenant vierge, elle avait donc récupéré son arme, pas très surprenant, après cette observation, il alla s’installer sur ses briques-siège dos à elle.


Je me demande ce que je vais bien pouvoir faire de toi toute la journée…Te faire une visite guidée serait un peu suicidaire, aller à la chasse serait trop dangereux… En gros on est coincé ici jusqu’à demain matin alors à moins que tu comptes dormir jusqu’à demain à l’aube, je pense que la tente sera la seule chose que tu verras de la journée…J’espère que ma déco te plaît dans ce cas.

C’est vrai, il n’allait pas rester là toute la journée à se regarder dans le blanc des yeux, en plus lui pouvait le faire mais ce n’était pas réciproque, sa capuche empêchait ce genre de distraction. Passons à une solution suivante…Poker ? Hum oui pourquoi pas. Ca restait une solution envisageable et ca faisait passer de bonnes heures. Il la laissa bien au chaud dans un coin de sa tête.
Andrew tourna légèrement le visage pour lui adresser la parole, il n’avait pas pour habitude de tourner le dos aux personnes à qui il parlait et encore moins aux étrangers qui pourraient être une menace potentiel.


Dis moi… Une fois à Eden tu feras quoi ? Tu as prévu comment t’en sortir là haut ?!

Comme dans toute ville, il y’avait des différence de classe, des gens qui vivaient dans la rue et des gens qui vivaient dans ce qu’on pouvait appeler des palaces même si c’était bien loin du sens de l’appellation d’autre fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Mer 28 Mai - 0:50

Lorsqu'il revint dans la tente je remarqua qu'il avait l'air assez dans les vapes. Je le réveillais ??
Possible, j'étais crevée aussi. Du bruit au dehors m'intriguait cependant, je ne savais pas où j'étais mais j'imaginais bien que de lui demander de plus amples explication quand à cette endroit n'aurais mené à rien. Je commençais à connaître un peu mon hôte pour savoir qu'il ne répondrait pas.
Je tenta de regarder un peu le paysage lorsqu'il ouvrit la "porte" mais à part d'autres tentes je ne vis rien. Je jugea que je devais me trouver dans un campement quelque part dans les environs d'Eden... Ca ne m'avançait pas à grand chose.


AJ : Euh non, généralement on va au point d’eau un peu plus loin mais tu te doutes que je peux pas te laisser sortir, surtout comme ca !

Je souris gentiment, relevant un sourcil amusé. Non, c'était pas dans mes plans de me balader à moitié à poil dans un milieu apparemment hostile en plein réveil !
C'est alors que je fus surprise par la vision partielle de son visage. Il grimaçait de façon comique à la lumière de l'ouverture et je pouvais voir la moitié de son visage.
Mon sourire s'élargit sur un air satisfait mais je ne fis aucun commentaire...


Il me dit qu'il me fallait quelque chose pour couvrir mes jambes avec un ton un brin ironique et je jeta un coup d'oeil à mes genoux pâles tout en passant une main dans mes cheveux avant de relever les yeux vers lui avec un haussement d'épaules.
Moi je m'en fichais, cette tenue m'allait très bien mais si ça le dérangerait alors je n'allais pas le contrarier.
Je le suivais des yeux alors qu'il bouscula des cartons dont il ne connaissait apparemment même pas la contenance. L'un comportait des fringues de mecs, l'autre des vivres en tout genre.
Je laissa retomber mes bras en faisant claquer mes mains sur mes cuises d'un geste de fatalité.


Je ne pense pas qu'il y ait là dedans un truc à ma taille ! Tant pis !

Il se releva et se dirigea vers un autre coin de la tente. Je me poussa pour le laisser passer et décida qu'il était préférable que j'aille m'asseoir.
Je me laissa retomber mollement sur son lit et il revint vers moi avec une ceinture et me la tendis avant de me dire de me "bricoler un truc avec un pantalon".
Maintenant que j'avais vu une partie de son visage il m'était aisé de l'imaginer avec une mine amusée.
Je haussa un sourcil, pris la ceinture et soupira avant d'aller réccupérer un pantalon.


T'aurais pas des bretelles tant que t'y es ? Je suis sure que ce serait carrément plus tendance !

Dis-je avec ironie tandis qu'il allait s'asseoir dos à moi. Je fronça les sourcils. Il avait décidé d'être super convenant envers moi dans son attitude ou il était super coincé ? Qu'est-ce que j'en avais à fiche qu'il me voit enfiler un pantalon de mec ? Et pour une fois je ne le trouvais pas très prudent, j'avais une ceinture dans les mains et il aurait été facile pour moi de l'étrangler avec, sans parler d'autres multiples possibilités!

*Je devrais faire, rien que pour l'emmerder !*

Pensais-je amusée. Je pris un pantalon, fis une grimace en le prenant à bout de bras pour mieux le regarder et le fis glisser sur mes jambes.

AJ : Je me demande ce que je vais bien pouvoir faire de toi toute la journée…Te faire une visite guidée serait un peu suicidaire, aller à la chasse serait trop dangereux… En gros on est coincé ici jusqu’à demain matin alors à moins que tu comptes dormir jusqu’à demain à l’aube, je pense que la tente sera la seule chose que tu verras de la journée…J’espère que ma déco te plaît dans ce cas.

Ouai c'est super conceptuel, la tendance du dépouillement absolu j'adore !!

Dis-je en exagérant volontairement le dernier mot comme une caricature de critique d'art.
Je me mis de nouveau à rire, je trouvais toute cette situation particulièrement burlesque !!


Je ne compte pas dormir jusqu'à demain, peut être pas non mais je t'avoue que je piquerais bien un somme... Je te dérangerais pas pendant quelques heures comme ça !

Je releva le T-shirt et coinça le bas sous mon menton, découvrant mon ventre pour passer la ceinture dans les passants. Il allait falloir sacrément serrer si je ne voulais pas que le pantalon ne fasse que me tomber sur les chevilles!

Il tourna la tête sur le côté pour me parler alors que je m'escrimais à me contorsionner pour passer la ceinture à l'arrière, la mine concentrée, langue tiré et sourcils froncés. Je devais être comique mais sa position ne lui permettait pas d'apprécier la scène à sa juste valeur.


AJ : Dis moi… Une fois à Eden tu feras quoi ? Tu as prévu comment t’en sortir là haut ?!

Je redevins sérieuse quelques secondes, cessant de sourire et un voile triste passa rapidement sur mon visage sans qu'il ne puisse le voir.
Mon but avait été de trouver Eden, c'était chose faite. Pour la suite je ne connaissais absolument pas le programme parce que j'avais toujours refusé d'y penser.
Ca signifiait m'arrêter quelque part... cesser d'avancer toujours et avoir tout le temps pour me retourner sur mon parcours, avoir tout le temps de repenser à tout... Et ça je n'en avais pas vraiment envie!
Je fis une petite moue et me remis en mode "euphorique" et pris une voix détachée. Je n'étais pas encore tout à fait arrivée alors ça ne comptais pas !


Non. J'aviserais sur place, je me débrouillerais comme d'hab' !


Je parvins à installer correctement la ceinture et tira dessus à l'extrême pour la fermer sur le dernier oeillet et regarda le résultat.

Voilà, la décence te permet de te retourner... moi aussi d'ailleurs !

Dis-je pour me moquer gentiment de lui.


Je dois ressembler à Charlie Chaplin !

M'esclaffais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Jeu 29 Mai - 17:31

Andrew ne pensait pas qu’une femme qui venait presque d’être prise en otage verrait les choses de cette manière, elle avait le sourire et riait même, elle gardait son humour à tout épreuve, il savait que beaucoup d’autres personnes, surtout des femmes auraient vu les circonstances d’une autre manière. Peut être qu’elle ne voyait que le fait qu’il l’ai sauvé, enfin quelqu’un d’autre aurait pu le faire…ou pas. Peu importe, c’était aussi bien qu’elle prenne tout comme cela, ca simplifiait grandement sa tâche.
Elle lui annonca qu’elle ne savait pas comment se débrouiller une fois entrée dans la cité qu’il lui était interdite. Intérieurement, il espérait qu’elle saurait trouvé le moyen de se débrouiller, de s’en sortir et de ne pas finir à la rue, comme beaucoup d’autres personnes qu’il avait vu franchir les portes d’Eden. Tout le temps qu’il avait été à l’intérieur de la vielle, il n’avait jamais réalisé la difficulté qu’il pouvait y’avoir à y accéder et y a survivre, lui il était là depuis le début, quand la population était encore très rare et qu’on pouvait rouler à toute vitesse dans les rues avec un 4x4 sans avoir peur d’écraser qui que ce soit… Les temps avaient bien changé depuis son arrivé… Peut être que bientôt il allait faire passer un examen à l’entrée à cause de l’excès de personne qui allait sûrement arriver un jour ou l’autre. D’ailleurs en y pensant c’était plutôt étrange de voir qu’aucune autre ville –de ce qu’il avait pu entendre- n’avait suivi l’exemple d’Eden, peut être sur d’autres continents ?! Ca laissait une lueur d’espoir pour la création d’une nouvelle civilisation.

Le moment n’était pas à pensé à un futur monde post-apocalyptique, la jeune femme lui dit qu’il pouvait enfin se retourner. Il avait simplement agit par réflexe, il avait bien sûr vu des femmes nues mais s’il pouvait éviter de passer pour un pervers, autant rester dans les convenances.
AJ se tourna pour la regarder de bas en haut et admirer le travail qu’elle avait fait avec un pantalon et une ceinture, il sourit amusé et haussa les épaules. Il ne savait pas qui était la personne à laquelle elle faisait allusion, pas qu’il ne soit trop jeune juste que son enfance s’était arrêté à ses 6 ans, après il n’avait jamais eu l’occasion de regarder la télévision ou même d’enrichir sa culture cinématographique. Enfin il imaginait très bien à quel genre de personne elle devait faire allusion, c’était peut être un personnage de dessin animé.


C’est déjà mieux que rien puis rien ne t’empêche de te promener nue, juste qu’une fois sortie de la tente tu risques d’avoir une dizaine d’homme se jetant sur toi.

C’était triste cette réalité, les renégats passaient pour des sauvages mais c’était ce qu’ils étaient en grande majorité. L’absence de règle attirait souvent mais une fois à l’intérieur on se rendait compte que la liberté était encore plus limité.
Il lui fit un regard amusé, il savait qu’en même temps il émettait une critique envers lui même, après tout il faisait parti du même camp que ses hyènes enfin ces hommes.


T’es pas mal, puis j’ai vu pire si ca peut te rassurer.

On faisait comme on pouvait quand on avait rien à se mettre même si cassait toute l’attirance qu’un homme pouvait avoir pour une femme, enfin là ce n’était pas le cas, c’est pour ca qu’il pensait qu’il y’avait vraiment pire.
AJ se leva et sortit de ses poches, quelques pièces, de quoi survivre un jour ou deux à Eden. Il les tenait de sa soirée où il avait volé un homme pour pouvoir passer sa nuit dans les bars et payer ses verres. Il lui tendit en levant légèrement les yeux au ciel, il n’aimait pas ce genre de comportement, déjà qu’il avait cette impression insupportable d’aider quelqu’un.


Vu ton pantalon, je pense que t’as assez de place pour les mettre, ca t’aidera un peu, une fois que t’y seras.

Il n’avait jamais pensé à prendre des économies quand il était parti d’Eden, sûrement parce qu’il savait que ca ne lui serait d’aucune utilité ici, puis si quelqu’un avait réussi à forcer son appart ainsi que l’endroit où il mettait son argent, il pouvait se rassurer en se disant que ca avait au moins été bénéfique pour quelqu’un. Valait mieux ne pas penser à qui.

Andrew alla s’asseoir dans un coin de la tente en prenant un de ses Beretta ainsi qu’un bout de tissu. Autant s’occuper, le temps qu’elle dorme, il pouvait en faire autant mais il savait qu’il n’y arriverait pas tant qu’elle ne céderait pas au sommeil. Il était peut être trop craintif mais c’était une habitude.


Prends mon lit, et repose toi, de toute façon on a le temps.

On s’approchait de 11heures du matin mais il ne devait que l’accompagner le lendemain matin. D’ici là il devait la faire entrer dans la cité, chose pas très difficile mais la présenter aux autorités en faction pour qu’elle puisse s’installer à Eden paraissait beaucoup plus difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Ven 30 Mai - 0:14

AJ : C’est déjà mieux que rien puis rien ne t’empêche de te promener nue, juste qu’une fois sortie de la tente tu risques d’avoir une dizaine d’homme se jetant sur toi.

Je crus déceler, ou imagina peut être (j'en venais à visualiser ses expressions mentalement d'après le ton de sa voix à défaut de pouvoir réellement les voir) un sourire amusé sur ses lèvres et ça me fit sourire tout en le fustigeant d'un regard faussement réprobateur.

Arrête tu risquerais de me tenter !

Dis-je avant de rire de nouveau.


AJ : T’es pas mal, puis j’ai vu pire si ca peut te rassurer.

Je fus surprise par cette réplique impromptue et ça se vit sur mon visage.
Je ne lui avais pourtant demandé aucun jugement de valeur, ne me posant même pas la question du "puis-je rester sexy en toute situation"! Mais mine de rien un compliment de la sorte ne peut que faire plaisir.


Pas mal ? Hum! Je n'en demandais pas tant !

Je le regarda intriguée se lever et fouiller dans ses poches. Il en sortit quelques pièces et me les tendis.

AJ : Vu ton pantalon, je pense que t’as assez de place pour les mettre, ca t’aidera un peu, une fois que t’y seras.

Mon sourire s'effaça quelque peu. Il m'avait vraiment aidé, il m'avait carrément sauvé les miches mais jusque là je n'avais pas eu l'impression d'avoir demandé la charité, ce n'avais jamais été mon style.
Je pouvais voler, tromper pour arriver à mes fins, partager avec mes compagnons d'infortune tout à fait naturellement mais pas accepter ça.
Je ne tendis pas la main pour récupérer les pièces et m'assis sur le lit en me laissant retomber en arrière.


Non merci, je n'ai pas besoin de lest ce pantalon tombe suffisamment bien à mon goût.

Je savais qu'il n'avait pas fait ça pour me rendre mal à l'aise, c'était de la gentillesse, il voulait m'aider... mais pas comme ça !
Je lui fis un petit sourire tout de même pour lui montrer que je ne lui en voulais pas vraiment et me rejeta en arrière pour m'allonger, ignorant toujours la main qu'il avait tendu et fermement décidée à ne pas faire autrement.

Pour le moment j'acceptais de bon coeur son hospitalité, j'acceptais d'être pour lui un certain fardeau et étais même plus qu'heureuse de nos échanges dont je profitais avec grand bonheur, ça me redonnais vraiment le moral.
Mais si j'étais restée jusque là c'était surtout parce que ça semblait être dangereux pour lui que je sorte et il était hors de question que je fasse des folies en mettant dans une mauvaise situation celui qui m'avait tant aidé. Mais je n'aimais pas "encombrer", qu'on se sente responsable de moi. J'étais responsable de moi même depuis déjà quelques temps.
J'avais d'ailleurs décidée depuis que j'avais repris mes esprit que dès lors que je pourrais sortir en toute sécurité, tant pour moi que pour lui, je le remercierais et continuerais à me débrouiller seule. Je ne comptais pas lui en demander plus, il avait déjà fait énormément.


*Faut-il que je lui explique ?*

Je décida que non. Pas pour le moment, mais s'il le fallait alors je pourrais lui dire, espérant qu'il ne le prendrait pas mal parce que je l'appréciait sincèrement et que je comptais bien ne pas en rester là. Ca faisait longtemps que je n'avais pas apprécié sincèrement quelqu'un.
Le visage de Max et de Jimmy me revinrent à l'esprit et je sembla me sourire à moi même mais ça ne m'étais pas adressé.


AJ : Prends mon lit, et repose toi, de toute façon on a le temps.

Je pencha la tête de côté pour le regarder. Il était de nouveau assis, une arme et un tissu dans les mains, visiblement pas décidé à dormir lui même alors que sa fatigue crevait les yeux.
Je défis la ceinture et releva le bassin pour faire glisser le pantalon sur mes jambes. Ce truc était bien trop raide pour être confortablement installé à dormir. Pour une fois que je pouvais me payer le luxe d'un peu de confort ! J'allais pas m'en priver.
Je l'abandonna par terre avant de glisser plus haut dans le lit afin d'être dans le bon sens, me mettant sur le côté pour lui laisser de la place. On devait bien avoir passé le cap des enfantillages qui empêchent un "garçon" et une "fille" de dormir dans le même lit !


Tu devrais te coucher aussi sinon tu vas dormir assis et avec ton arme dans les mains je pense pasque ce soit le must !
Je promet que je ferais pas de bêtise, de toute façon je risque pas d'aller bien loin sans pantalon comme tu l'as dit toi même.


Je fis une petite moue et reposa ma tête contre le matelas, les yeux toujours ouvert mais qui commençaient déjà à me piquer alors que mes paupières effectuaient des battements plus lents.
Oui j'avais vraiment très sommeil, mais j'étais bien décidé à ne pas l'empêcher de faire quoi que ce soit, s'il ne dormait pas je voulais bien lutter moi aussi...


*Mais peut être pas très longtemps...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Ven 30 Mai - 22:45

Andrew sourit en entendant qu’elle ne demandait pas tant, il n’était pas là pour lui faire des louanges non plus mais c’était toujours plus sympa de voir qu’on est pas un cas désespéré psychologiquement ou physiquement.
Il reprit les pièces qu’il venait de lui tendre, il comprenait très bien sa réaction à sa place, il aurait fait pareil rien que parce que son ego lui aurait crié dans l’oreille. Il jeta les pièces sur le tonneau d’eau ne faisant pas attention à celles qui tombèrent par terre. Elles n’avaient aucune importance à ses yeux, de plus avec l’expérience qu’il venait de vivre il était sûr de ne pas retourner à l’intérieur d’Eden avant un moment surtout que ces prises de risque ne menaient à rien. Toujours pas d’information ou soit elles étaient trop superficielles pour être prise en compte. Il haussa donc les épaules comme réponse à son interlocutrice.

AJ avait déjà commencé à nettoyer son arme quand il entendit le cliquetis si reconnaissable d’une ceinture, il leva un instant les yeux pour la voir se déshabiller, une nouvelle fois. Il fit mine de rien et continua sa tâche. C’est vrai qu’il était fatigué mais il était capable de tenir encore quelques heures avec une bonne réserve d’énergie. La soirée allait s’annoncer plus dure par contre.
La réplique de la jeune femme vint le surprendre, elle ne devait vraiment pas connaître les renégats pour l’inviter dans son lit enfin son propre lit pour dormir, il tourna la tête vers elle avec un sourire amusé. C’est cet instant qui lui fit vraiment réaliser à quel point Max était détendue comme si elle ne le craignait pas, d’un coté il ne savait pas du tout de quelle manière le prendre mais c’était le genre de question qu’il ne valait mieux pas se poser. Il s’était déjà trop remis en question aujourd’hui, son quota était dépassé.


C’est gentil de me faire de telles promesses.

Il prit un air faussement reconnaissant avant de rire et de continuer à nettoyer son arme, il ne doutait pas de la sincérité de la jeune femme mais c’était par principe. Enfin par principe il entendait que sa confiance en elle était beaucoup trop mince pour qu’il puisse dormir tranquillement à ses cotés.

Tu peux déjà pas te passer de moi, à tel point que tu peux pas dormir peut être?!

Andrew lui jeta un regard taquin avant de regarder son lit. C’était tentant il fallait l’avouer, puis franchement quel homme se gênerait de dormir avec une belle femme dans un lit ? Bon lui ok, mais les circonstances étaient différentes. Il avait envie de dormir mais tant qu’elle n’aurait pas fermer les yeux ca ne serait pas possible pour lui. D’ailleurs ca n’allait pas tarder à arriver, la jeune femme commençait déjà à fléchir, normal elle venait de frôler la mort et sortait sûrement de plusieurs jours de marche, de quoi mettre la personne la plus solide dans un état de loque. Elle, en plus, avait gardé son humour. Atout ultime même quand ca va plus. De ce coté, il lui ressemblait énormément, il avait toujours le mot déplacé, même arrogant mais toujours sur le ton de l’ironie quand il s’agissait de situation délicate.

J’espère que tu vas pas me demander de te border.

Il tourna la tête vers son interlocutrice, enfin ex-interlocutrice puisqu’elle avait les yeux fermés, soit elle dormait déjà soit elle était dans la phase « j’arrive plus à ouvrir les yeux mais j’écoute encore ». Ca n’avait plus d’importance, dès maintenant il allait la laisser tranquille.

Le jeune homme continua de nettoyer l’arme mais au bout d’une quinzaine de minutes, il ne put céder à la tentation de faire une pause. Il avait toute la journée pour ca et même faire l’inventaire du camp si jamais une chose pareille le tentait. Hélas, ses yeux restèrent peu de temps ouvert, il avait eu la bonne idée de ne pas allumer de cigarette et heureusement sinon l’odeur de la tente entrain de brûlé l’aurait réveillé à coup sûr.

Combien de temps passa ? Aucune idée. Juste que son manque de fatigué avait diminué, bon ok l’envie de se rouler dans une couette et de dormir pendant les prochaines 24 heures étaient toujours tentante mais maintenant il fallait ouvrir les yeux puis passer à l’étape suivante : décrisper les doigts de son arme qui se trouvait toujours dans une main. Elle avait eu raison ce n’était pas le must de dormir là. Elle ? Il ouvrit les yeux d’un coup pour regarder où elle se trouvait et elle était toujours dans le lit. Enfin ce qu’il pouvait en apercevoir, apparemment la lumière avait sérieusement baissé. Il ne faisait pas nuit pour autant.
Andrew se leva, non sans mal et non sans grimaces puis se dirigea à l’entrée de la tente sans essayer de faire de bruit. Il remarqua que le soleil était entrain de se coucher, il n’avait pas de montre mais il imaginait bien qu’il devait être dans les 18 heures et qu’il avait dormir un peu moins de 7 heures. C’était déjà bien assez.

AJ alla s’asseoir sur le tronc à l’entrée de sa tente et s’alluma une cigarette, celle qu’il appelait la « cigarette du réveil difficile », cigarette assez courante. Il poussa un soupir en se disant, que cette nuit n’allait pas non plus être de doux repos, il devait faire entrer Max à Eden à l’aube donc partir vers la fin de la nuit. Après ca, il était sûr que personne ne le verrait pendant les prochaines 48 heures à moins qu’on le sorte de son lit avec un pistolet sur la tempe et encore…
Ce soir, après avoir trouvé de quoi manger, si jamais elle se réveillait un jour, il prendrait le temps d’écouter son histoire, autant savoir pourquoi elle se trouve dans sa tente en ce moment même et non à l’intérieur de la cité ou d’une autre, pourquoi elle avait eu la stupidité de voyager seul -même si de ce coté il ne pouvait pas trop la critiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Sam 31 Mai - 1:43

Après ma dernière répliqua il me remercia pour ma promesse et se mit à rire.
Ca me faisait plaisir de l'entendre rire. Au départ il avait été si froid et distant... ce qui était une réaction normal en fait, c'était mes réactions par rapport aux autres qui semblaient en général sortir de l'ordinaire.
J'en avais conscience mais je préférais voir les choses comme je les voyais. Pas de prise de tête, je partais du principe que je n'avais un comportement d'animosité qu'envers les gens qui me donnaient des raisons pour ça... ou quand j'avais envie qu'on me foute la paix!
Je souris, fermant les yeux pendant une période un peu plus longue que la précédente et moins que la prochaine. Les bras de Morphée m'appelaient déjà trop fort même si j'avais beau lutter. J'étais vraiment trop épuisée !


AJ : Tu peux déjà pas te passer de moi, à tel point que tu peux pas dormir peut être?!

Je pouffa faiblement de rire et ouvris les yeux.

C'est que, j'ai oublié mon doudou dans mon ancien squatte !

Dis-je en riant gentiment avant de fermer de nouveau les yeux. C'était tellement agréable, le simple fait de fermer les yeux... ce qui ne voulait pas dire que je dormais pour autant !
Je replia les jambes vers moi et me recroquevilla un peu, allongeant mon bras vers mon sac resté à proximité, par habitude. Mais je me souviens que de toute manière Callaghan n'avait plus de chargeur alors je le laissa là où il était avant de mettre mes mains jointes sous ma tête, dans une position assez enfantine.


AJ : J’espère que tu vas pas me demander de te border.

J'émis un simple grognement amusé pour toute réponse, le sourire aux lèvres.
Il devait comprendre ce grognement par une de mes répliques humoristiques habituelles. Pas besoin de la prononcer, il devait m'avoir suffisamment côtoyé maintenant pour savoir le genre de connerie que j'aurais pu lui déblatérer en réponse.
Mon sourire resta affiché quelques temps sur mon visage mais déjà les sons s'éloignaient et je me sentais lentement dériver, portée tranquillement entre deux eaux. Je n'avais plus la même sensation palpable de mon corps et ma poitrine commença à se mouvoir à un rythme lent et régulier.
Je n'avais même pas eu conscience que je m'étais endormie, oubliant ma décision un peu trop prétentieuse de lutter contre la fatalité.

Je n'eus pas l'impression de rêver et si ça avait été le cas ils ne m'avaient pas perturbés, mais comme d'habitude quand je dormais sans avoir préalablement pris une énorme cuite, je me réveilla au bout de quatre heures précisément avec cette même sensation...


*C'est l'heure de mon quart...*

Comme à mon habitude j'ouvris les yeux, encore un peu aveuglée par les brumes du sommeil. Je chercha les silhouettes de Max et Jimmy mais ne les trouvaient pas.
Je détestais ce dur retour à la réalité qui me laissait chaque fois un goût amer. Ca faisait quelque temps maintenant que je roulais seule ma bosse mais ce "rituel" ne se dissipait pas.
C'était toujours seulement après que je prenais conscience de l'environnement où je me trouvais. Je me souvins de la tente, d'AJ.
Il dormait sur son "siège", son arme entre les mains... je souris gentiment.


*Il va avoir rudement mal au cou!*

Je m'empêcha d'aller lui retirer l'arme, sachant pertinemment qu'il était le genre de baroudeur à se réveiller à l'instinct dès lors que je me serais à peine approchée, probablement le genre de baroudeur aussi à me mettre son canon contre le front encore par réflexe... peut être même à tirer.
Je fis une petite moue, comme pour visualiser la situation. Oui, c'était fort probable ! Et non, je ne voulais pas d'un piercing entre les deux yeux.
Je ne bougea donc pas du lit, me décala simplement pour m'asseoir au bord, farfouilla silencieusement dans mon sac pour trouver mon paquet de cigarettes avant de m'en griller une. Vu l'odeur de clope qui régnait ici c'était pas ça qui allait le déranger...

Je regarda un peu autour de moi en recrachant doucement la fumée. La lumière était assez importante et je jugea qu'on devait être en début d'après midi. On entendait les bruits normaux d'un lieu de vie à l'extérieur. Je savais qu'il ne fallait pas que je bouge.
Je reporta mon attention sur AJ. Il avait la tête qui reposait sur le côté et je me laissa glisser au sol pour mieux le voir, plissant des yeux pour tenter de mieux l'apercevoir sous sa capuche. J'avançai la main vers lui mais arrêta rapidement mon geste inconscient. Je reposa ma main sur mon genoux et acheva tranquillement ma cigarette sans cesser de le regarder en silence.

Je me redressa ensuite et me remis en position pour me rendormir petit à petit, sachant que dans quatre heures viendrait de nouveau le réveil.

Ce fut évidemment le cas... comme à mon habitude je me réveilla quatre heures plus tard, cherchant les abonnés absent du regard avant de me rendre compte qu'un des absent aurait lui dû faire partit des présents.
AJ n'était plus là... je ne savais pas quand il s'était réveillé et ça m'indiqua qu'il avait dû être très silencieux... et que j'avais vraiment été en manque de sommeil pour ne pas me réveiller.
Je m'étira en baillant aux corneilles et regarda autour de moi. La lumière avait baissé. Je fis le calcul des quatre heures par rapport à mon appréciation de tout à l'heure et le résultat me sembla plausible. Fin d'après midi...


*Ce qui signifie que nos chemins vont bientôt se séparer.*

Je resta dans cette même position, les yeux ouverts, bien réveillée mais ayant envie de profiter encore de cette chaleur particulière et douillette qu'offre le sommeil, attendant tranquillement qu'AJ revienne. A part "rien" je n'avais pas grand chose à faire de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Sam 31 Mai - 16:12

Andrew fixait les autres renégats qui s’exerçaient à travers divers activité, tout le monde était occupé mais il remarqua tout de même qu’il y’avait moins de monde que d’habitude. Peut être qu’une mission en cours, dont il n’avait pas connaissance, avait réquisitionné une partie du camp ou peut être que c’était lui qui émettait de mauvaises hypothèses simplement. En tout ca lui faciliter la tâche pour ce soir, moins il y’avait de monde moins il y’avait de risque et il pourrait donc ramener Max à Eden sans avoir trop d’obstacle sur sa route. D’ailleurs en parlant de Max, il se pencha vers l’avant pour voir si il y’avait du mouvement dans la tente, aucun signe de vie à l’horizon, peut être dormait elle toujours. AJ devait donc faire attention à ne pas la réveiller. Il tira une dernière bouffée sur sa cigarette et se leva pour entrer dans la tente.
C’est lorsqu’il voulu ramasser l’arme nettoyée qu’il remarqua que son estimation de tout à l’heure était totalement fausse, la jeune femme était réveillée et elle le regardait, il lui adressa un signe de tête avant de remettre de l’ordre dans le coin qu’il avait pris pour un lit un peu plus tôt.


Bien dormi ?

Andrew lui adressa un regard et se dirigea vers les trois lampes à huile qui était dispersé dans sa tente. L’une près du tonneau à eau, l’autre accroché au « toit » de la tente et l’autre près de son lit et donc près de la jeune femme, même si elle apercevait le bas de son visage quelques secondes, ca ne lui suffirait pas pour l’identifier de toute manière. De plus il commençait en avoir marre de sa capuche, il n’avait qu’une envie c’était de l’enlever, de se raser et de s’attacher correctement les cheveux qui s’étaient accumulé dans sa nuque et lui provoquer quelques grattements.

J’espère que t’es en forme, tu vas en avoir besoin ce soir. Je t’ai transporté sur mon dos à l’aller mais au retour il n’en est pas question.

Son ton se fit amusé et son regard aussi à la différence que son regard lui était totalement inaccessible.

A la limite je pourrais toujours te traîner derrière moi en te tirant par la main ou mieux par les cheveux.

Il rigola en imaginant la scène, laissant une grande marque de passage dans le sable comme s’il était allé à Eden en luge. C’est sûr que la jeune femme n’apprécierait pas le voyage mais au moins elle arriverait à la ville, peut être avec quelques cheveux en moins mais ce n’était qu’un détail.
Andrew reprit un peu son sérieux et prit le réchaud pour le poser au centre de la tente, ben oui fallait bien qu’il mange surtout que l’homme crevait de faim, il n’avait bu que de l’alcool depuis ces dernières 24 heures, d’ailleurs il n’était pas le seul dans ce cas.


Le menu du jour…

Il s’entreprit à fouiller dans le carton de ration pour voir ce qu’il pouvait y’avoir, des conserves, des rations militaires et de la bouffe en poudre, super… quand on veut faire régime. Il prit la première qu’il lui vint et c’était des légumes, c’était parfait avec de la viande. Bon bien sûr il n’avait pas été à la chasse aujourd’hui et la seule chose qu’il pouvait proposer c’était de la viande séchée.


Biche et légumes, on se croirait presque dans une tente de luxe.


AJ sourit avant de s’asseoir et de faire à manger, quelque part il n’était pas du tout à l’aise sûrement parce que faire à manger, pour lui, n’était pas une activité très masculine et qu’une femme le voit le faire était plutôt dégradant. Son amour propre luttait en lui disant de manger simplement des barres de céréales ce soir mais son ventre avait envie d’un vrai repas, alors à bas l’amour propre et vive les légumes.

Va falloir que tu me racontes comment t’en es arrivée là. C’est pas une obligation mais je suis curieux de savoir comment l’idée folle de voyager seule t’es venue à l’esprit puis d’où tu viens.

Ses traits devinrent plus sérieux et il leva la tête pour croiser son regard, ce n’était pas une curiosité malsaine qui le pousser à lui poser ses questions juste que son passé montrerait quel genre de personne elle était vraiment. C’est vrai tout s’était bien passé aujourd’hui même s’ils avaient passé la moitié de la journée à dormir mais il ne pouvait tout de même pas lui accorder une confiance aveugle. En réalité ce qui l’inquiétait le plus c’est de la faire entrer dans Eden, peut être que c’était une psychopathe, qu’elle allait saboter Eden ou même le vendre en échange d’un peu d’argent. Toutes ces questions ne pouvaient pas quitter son esprit et il savait très bien qu’il ne dormirait pas tranquille une fois qu’il l’aurait ramener là haut. Toujours ce doute d’être trahis… C’était plutôt ironique pour celui qu’on surnommait le traître à Eden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Sam 31 Mai - 23:30

Je le vis rentrer dans la tente et me redressa en m'appuyant sur mon coude.
Il finit par voir que j'étais réveillée et me fis un signe de tête avant de me demander si j'avais bien dormis.
Je lui souris.


Oui très bien ! Et toi ? Pas trop mal au cou ?

Demandais-je avec malice pour lui prouver que j'avais eu raison.
Il se rapprocha de moi pour accéder à une lampe à pétrole et je vis son menton et sa lèvre inférieur, le reste restant comme toujours plongé dans l'ombre. J'avais l'impression ne voir son visage que par le principe du puzzle... morceau après morceau, et je tentais mentalement d'imbriquer chaque images les unes avec les autres pour avoir un tout... il me manquait encore quelques pièces...
J'avais encore une fois envie d'avancer la main vers lui pour avoir d'autres information... étrange comme on pouvait éprouver le besoin naturel de toucher quand on ne pouvait voir.
Je me redressa, m'asseyant sur le lit et ma main décolla avant de préférer se poser sur mon genou quand il reprit la parole sur un ton amusé.


AJ : J’espère que t’es en forme, tu vas en avoir besoin ce soir. Je t’ai transporté sur mon dos à l’aller mais au retour il n’en est pas question.

Ouha grand seigneur !! T'inquiète, ça devrait aller cette fois-ci !

Lui répondis-je avec un petit clin d'oeil.
Il venait de m'apprendre que ce camps était donc placé à bonne distance d'Eden... d'après ce qu'il m'avait dit de cette rivalité obscure entre les Edenniens et les gens d'ici ça me semblait logique... mais pourquoi avait t'il autant peiné pour me ramener ici ? Me laisser devant la clôture de la ville aurait peut être permis à quelqu'un d'autre de me voir et de me venir en aide... enfin... c'était très hypothétique tout ça. Dans tout les cas je ne lui en voulait certainement pas d'avoir fait ce qu'il avait fait !


AJ : A la limite je pourrais toujours te traîner derrière moi en te tirant par la main ou mieux par les cheveux.

J'éclatai de rire.

Pour ça il faudra préalablement me mettre ko et je crois pas que ce soit une bonne idée !!

Je me leva quand il s'éloigna de moi afin de remettre le pantalon et la ceinture d'Andrew de la même manière que la dernière fois. J'avais beau serrer au maximum les crans, le pantalon retombait sur mes hanches à la façon d'un baggy mais ça ne me dérangeait pas outre mesure, tant qu'il ne tombait pas plus bas...
Je m'approcha ensuite du baril d'eau pour en passer un peu sur mon visage et j'attrapa ensuite mon sac, farfouillant dans le fond pour trouver un petit crayon noir.
Pendant ce temps là il sortit un réchaud et chercha de quoi faire à manger.


Le menu du jour ? Vous n'avez pas de carte dans ce resto ? Mais c'est un scandale !!

Dis-je de manière théâtrale sans me retourner, penchée sur un petit miroir.

AJ : Biche et légumes, on se croirait presque dans une tente de luxe.

J'expédiai le khôl et le miroir dans mon sac et me retourna agréablement surprise et les yeux soulignés de noir.
Il m'avait montré que mon déguisement ne marchait pas des masses, je l'avais toujours su, c'était un bon truc pour passer assez inaperçu mais seulement à une certaine distance, alors autant me faire le petit plaisir d'avoir l'impression de retrouver un peu de féminité malgré ces fringues!


Ouha !! En fait je retire ce que j'ai dis le menu du jour nous conviendra très bien !

J'allai m'asseoir à côté de lui, regardant le repas avec envie.

Mais dis moi, en plus tu sais faire la cuisine ?! Mais tu serais presque l'homme parfait si tu avais un visage !

Je lui souris, satisfaite. J'avais laché l'affaire la veille... enfin, au matin, parce que j'étais trop crevée pour jouer la chieuse mais désormais j'étais bel et bien reposée !

AJ : Va falloir que tu me racontes comment t’en es arrivée là. C’est pas une obligation mais je suis curieux de savoir comment l’idée folle de voyager seule t’es venue à l’esprit puis d’où tu viens.

Il venait de me prendre au dépourvu et je perdis mon sourire trop brutalement pour pouvoir feindre correctement le détachement.

Oui tu es bien curieux je trouve !

Mon regard décrocha alors et je fixa le sol, haussant des épaules.

Je viens à l'origine du Colorado... Mais j'ai beaucoup voyagé, trop pour me rappeler de toutes les étapes.

Je marqua une petite pause avant d'ajouter.

Je n'ai pas toujours été seule. J'avais des compagnons de route mais certains évènements en ont décidés autrement.

Je fis un pauvre sourire en pensant à Noa, Max et Jim.
Noa... était-elle encore vivante quelque part ?
Je releva les yeux vers lui et un air un peu malicieux éclaira mon regard.


Va falloir te contenter de ça et si tu veux en savoir plus ça va devoir être donnant donnant mon petit pote !

J'imaginais qu'il préférerait lâcher l'affaire que de me raconter sa vie, dans le cas contraire... j'en aurais appris un peu plus sur lui ! J'aurais peut être même le droit de voir son visage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Dim 1 Juin - 19:41

Andrew lui jeta un regard noir mais sur le ton de l’ironie quand elle lui demanda s’il n’avait pas mal au cou, elle s’était donc réveillé avant lui ou peut être pendant son sommeil. Il fit un tour d’horizon du regard, par simple réflexe, pas qu’il croyait que c’était une voleuse mais les vieilles habitudes ont la peau dure. En tout cas rien n’avait l’air d’avoir été déplacé, elle s’était sûrement rendormi aussitôt.

Il se contenta de sourire en entendant que c’était une honte de ne pas avoir de carte, il n’avait jamais eu l’occasion de manger dans un restaurant, enfin si quand il était petit mais il n’en avait aucun souvenir aujourd’hui. C’était facile d’imaginer de ne pas avoir à faire la cuisine d’être servi… Enfin là ca ressemblait aussi bien à la prison, autant précisé qu’au restaurant il y’avait le choix et on se prenait pas de claque derrière la tête dès qu’un des détenus faisaient tomber de la bouffe par terre. Heureusement que l’épidémie s’était déclarée sinon il y serait encore, c’était égoïste mais dans un monde comme celui-ci, on fait pas dans l’humanitaire. AJ fit attention à reprendre un regard plus léger –comme si elle pouvait le voir- pour ne pas laisser transparaître ce qu’il pensait.


Tant mieux parce que tu n’as pas le choix.

C’était déjà bien qui cuisine et qu’il ne la bourre pas de barres céréales et de rations dégueulasses. Pour une fois qu’il partageait son repas, il avait autant bien faire les choses même si la nappe et les chandelles allaient manqué.
Il continuait toujours de cuisiner quand elle lui fit la pire remarque qu’on ne lui ait jamais faite, il leva la tête brusquement et aurait voulu l’étrangler pour ses propos. Ok ca aurait pu être pris comme un compliment mais non pas par lui, c’était dégradant, humiliant, il n’avait qu’une envie c’était de la jeter dehors. Pourquoi elle avait été obligée de lui rappeler qu’il savait faire la cuisine.


A ce moment là, heureusement pour toi que tu ne le vois pas.

Il grogna légèrement avant de rebaisser la tête sur le futur plat essayant d’oublier ce qui venait d’être dit. En tout cas, elle n’avait pas perdu la main en ce qui concernait son visage, toujours aussi désireuse de le voir, ca n’allait pas arriver de si tôt.

AJ se leva pour aller chercher de quoi mettre un repas, dedans, seul chose, une espèce d’assiette, son assiette et un mug, c’était pas très pratique mais ca ferait l’affaire pour ce soir, pour les couverts ca ira, deux cuillères. Il lui tendit les accessoires avant d’écouter son histoire.
Elle fut courte mais elle ne devait pas avoir envie d’en raconter plus, contrairement à ce qu’il voulait. Ca ne l’aidait pas vraiment à cerner Max, mais il devrait se contenter de ca, il savait lui-même que parler du passé n’était pas une chose évidente de nos jours et il comprenait qu’elle avait dû perdre des êtres chers au cours de son périple. C’est la vie, on s’en sort pas tous indemne. Max continua à parler et voulu l’appâté en lui disant que s’il voulait une suite ou plus de détails il devrait en faire autant, Andrew savait très bien ce qu’elle attendait mais elle pouvait toujours rêver pour voir son visage.


Pourquoi je m’en serais douté ?!

Dit il dans un soupir amusé avant de servir ce qu’était leur dîner. La viande séchée c’est pas super mais pour un homme comme AJ qui aimait la viande plus que tout, c’était impossible de ne pas en manger à chaque repas et comme il n’avait pas été à la chasse aujourd’hui, c’était la seule solution possible. L’homme alla s’asseoir par terre, adossé au carton histoire de manger tranquillement, il n’avait pas oublié la proposition ou plutôt le chantage qu’elle venait de lui faire.

Je suis Canadien de naissance pour le reste tout est trop compliqué, l’essentiel c’est que je suis arrivé à Eden il y’a 5 ans et j’y suis parti au bout de 3, rejoignant ce que tu vois ici. Ne t’inquiètes pas je ne te dis pas ca pour te décourager dans ta vision d’Eden.

Il eu un sourire amusé avant d’enfoncer une cuillère de légumes dans sa bouche. Ce n’était pas très prudent de lui révéler qu’il avait été d’Eden mais de cette façon il était sûr de lui montrer qu’il lui faisait confiance, bon ok ce n’était pas réellement le cas mais le principe est là.

C’est d’ailleurs pour ca, que quand tu seras là haut, jamais tu ne diras comment t’as réussi à atteindre la cité. Ni même ici.

Andrew releva la tête lui adressant un regard sérieux tout comme le ton qu’il venait d’employer, il n’était pas question qu’il se fasse avoir parce qu’il avait eu l’idée d’aider quelqu’un. Si jamais ca se savait dans Eden, la jeune femme serait expulsée, lui sûrement encore plus traqué, si ca se savait ici, il était mort.

Bref voilà t’en sais un peu plus sur moi alors j’attends la suite…

Son air reposé reprit le dessus laissant ce genre d’inquiétude à plus tard, une fois que tout serait réglé.
Il reprit la parole de suite, lui coupant par la même occasion, il la pointa à l’aide de sa cuillère.


Et cherche pas, ma capuche est bien où elle est et elle ne bougera pas de ma tête jusqu’à ce que tu sois dans cette cité ! Te prends pas la tête.

Au moins ca c’était réglé enfin il l’espérait parce qu’avec elle c’était pas gagné. Alors qu’il croyait qu’elle avait lâché l’affaire elle avait repris de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Lun 2 Juin - 23:29

Je l'avais vu reluquer les lieux très amusée lorsque je lui fis comprendre que je m'étais réveillée pendant qu'il dormait. Ca me fis sourire et je m'amusais beaucoup de le voir ainsi...
S'il savait que je n'avais même pas tenté de fouiller dans ses affaires mais que j'étais juste restée à me griller une cigarette en le regardant pioncer !!
Je me demandais quelque part moi même pourquoi je n'en avais pas profité pour fouiné partout. C'était pourtant mon genre, mais non !
Je me gardais bien de lui faire une remarque à ce sujet, préférant largement le laisser penser que j'avais glissé mon nez partout.


Je souleva un sourcil à sa réaction lorsque je lui fis des compliments sur ses talents culinaires. Quelle mouche l'avait piqué ?
Je ne répondis pas, le scrutant quelques secondes avant de baisser les les yeux vers le réchaud en me dandinant, un peu renfrognée.


C'était censé être un compliment...

Grommelais-je. Décidément il semblait m'être impossible de fermer ma gueule !
Il se leva et alla chercher la "vaisselle". C'était pas grand chose mais pour moi c'était grand luxe !
En général je mangeais directement dans les boites de conserves qui servaient également de casseroles sur les feux de camps, avec la seule cuillère à soupe qui traînait au fond de mon sac avec tout un tas d'autres saloperies. Le fait que ces éléments de vaisselles soient propre étaient déjà un mieux !

Il m'avait ensuite posé des questions sur mon passé ce qui avait dissipé le léger malaise. Je souris malicieusement lorsqu'il me dit dans un soupir amusé qu'il se doutait que je ne lâcherais pas l'affaire quant au fait d'avoir l'illustre honneur de voir son visage.
Puis il me surpris réellement en répondant à mon "défis".


Andy : Je suis Canadien de naissance pour le reste tout est trop compliqué, l’essentiel c’est que je suis arrivé à Eden il y’a 5 ans et j’y suis parti au bout de 3, rejoignant ce que tu vois ici. Ne t’inquiètes pas je ne te dis pas ca pour te décourager dans ta vision d’Eden.

Je pensais qu'il allait lâcher l'affaire en préférant se taire sur sa propre histoire que d'entendre la mienne mais nous semblions avoir ce côté casse-couilles en commun.

Je fis une petite moue et pencha la tête de côté, visiblement acculée. J'étais obligée de poursuivre...

C'est facile les "pour le reste tout est trop compliqué". Tu as triché ! Mais bon... ça semble te tenir à coeur.

Dis-je en le regardant intensément, qu'il comprenne bien l'allusion à ce qui me tenais à coeur à moi.
J'inspira profondément et reposa ma gamelle par terre, allongea le bras pour prendre une cigarette et l'alluma. J'avais faim mais je ne pouvais pas manger tranquillement en racontant ça... c'était incompatible !


Tu ne risque pas de me décourager d'entrer dans cette ville. J'ai fait une promesse.

Je fis une nouvelle pause et souffla longuement la fumée âcre, évitant volontairement de porter mon regard dans sa direction.

Comme beaucoup de gosses je me suis retrouvée orpheline. C'est dur pour des gosses de se retrouver livrés à eux même, mais j'ai eu de la chance. Un gars bien m'a pris sous son aile et on a fait un long bout de chemin ensemble... Il était comme... un père de substitution. Il m'a appris une tonne de trucs pratique alors que j'avais encore à peine l'ombre d'une poitrine ! A tirer avec une arme, à faire de coups en douce, à mentir... et aussi à courire !

Je souris à cette allusion qui m'en rappellait une centaine et tira de nouveau sur ma cigarette.

On a été rapidement rejoints par Jim'... On a entendu parler d'Eden et moi je voulais vraiment y aller. Mais ce n'était pas du goût de tout le monde alors on à continué notre route.
Mais les temps sont durs. Des enfoirés les ont descendus et j'ai promis... je leur ai promis de trouver Eden... voilà.


La fin de ma phrase avait été dit sur un ton plus bas, j'avais failli me griller mais c'était douloureux. Lui dire que c'était à Max que je l'avais promis aurait été lui dire que ce n'était pas mon prénom.
Je ne lui avais pas non plus parlé de Noa mais il n'avait pas besoin de savoir. En réalité j'avais "omis" tous les passages sur lesquels je me sentais une part de responsabilité. La disparition de Noa: si j'étais restée à ses côtés nous serions toujours ensemble... ou que ce soit. Si j'avais été avec Jim et Max peut être qu'ils seraient encore en vie... enfin en tout cas je serais également toujours avec eux... c'était très difficile à admettre !
Je repris l'assiette entre mes mains, attendis d'avoir trempé les lèvres puis engloutit deux cuillerées (me passant de tout commentaire... en même temps ça n'en vallait pas vraiment !) avant de relever les yeux vers lui avec un air évident d'attente. C'était son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Mer 4 Juin - 22:38

Ca avait beau devoir être un compliment, ca ne l’était pas pour lui, il s’était élevé dans un monde de macho où les femmes avaient rarement leur place et accepter mal le fait de jouer à la petite ménagère en faisant la cuisine. Ou toutes activités se rapportant traditionnellement à la classe féminine.
Elle n’avait pas l’air de s’attendre à ce qu’Andrew lui réponde clairement par un petit historique de son passé, sûrement qu’elle espérait encore voir son visage, comme quoi l’espoir faisait vraiment vivre. D’un coté, il ne pouvait niais que ca l’amusait de la voir aussi têtue et de savoir qu’il ne céderait pas de si tôt. Il arqua un sourcil quand il se fit insulter de tricheur et fit un sourire à son assiette de fortune, sourire imperceptible pour elle. En aucun cas il avait triché mais juste que les choses étaient trop compliquées pour être raconté, en plus il avait déjà pris le risque de lui dire qu’il venait d’Eden, maintenant il n’était pas de continuer dans cette lancé. Max continua son précédent récit et lui fournit des détails sur ses compagnons de voyage, elle en avait donc eu. Ca semblait logique par contre il se demandait leurs fins réelles, il s’imaginait déjà la jeune femme en finir avec eux ou les donner aux rats du désert mais vu sa tête et les émotions qui en dégageait, il devait avoir tout faux. Ou c’était une excellente comédienne.
AJ prit le temps de réfléchir à tout ce qu’elle venait de lui raconter, Eden était donc une sorte de promesse, plus qu’une envie, une promesse qu’elle allait tenir c’était peut être pour ca qu’elle arrivait à garder le moral. C’était cohérent et respectable.
Il prit une bouchée de la nourriture et releva la tête vers elle en sentant le silence qui s’était installé. Son regard voulait tout dire, l’homme fit une sorte de grimace puis un non de la tête. Pas question de continuer comme ca, il en savait assez et ne comptait pas raconter sa vie, pas à une inconnue ni même à personne d’autre, ca resterait enfuit au fond de lui, point final.

On arrête là.

Dit-il avec une simplicité qui aurait pu vexé la jeune femme. Il décida tout de même d’expliquer les raisons, enfin seulement une partie histoire de ne pas s’enfoncer trop loin dans les détails et de finir par lui raconter sa vie.

Je ne préfère plus penser au passé, la vie est bien mieux maintenant. Et j’espère pour toi que ca sera aussi ton cas à Eden.

En effet, malgré les cotés négatifs qu’il voyait d’Eden, c’était une bonne raison de vivre et non pas de survivre comme un peu partout sur la planète. Beaucoup de personnes y vivaient heureuse, sûrement même plus que l’inverse. Lui il pensait toujours aux mauvais cotés, histoire de mieux supporter son départ, de ne pas pensé à son passé et aux erreurs qu’il avait peut être commises, comme venir ici, simplement pour prouver qu’il valait mieux que ca. Tout n’était pas à regretté non plus mais tout était plutôt flou, c’est pour ca qu’en parler était difficile et le remettait en question donc c’était classé dans les sujets à éviter en priorité.

AJ finit son repas en beaucoup moins de temps qu’il fallu pour lui décrocher ses précédents mots, il sortit son paquet de cigarette et en alluma une, lui tendant le paquet en question par la suite. Il avait totalement oublié qu’elle disposait elle-même d’un paquet et à vrai dire ce n’était pas important, pour ce soir il était son hôte alors quelques cigarettes en plus ou en moins n’allaient pas le tuer.
Le jeune homme jeta un œil par l’entrée de la tente, pour voir où en était la nuit, et revint vers sa colocataire provisoire.


Tu veux procéder comment ce soir ?
Je veux dire par là, est ce que tu veux que je te fasse entrer dans la ville directement et je t’accompagne pendant une heure ou je te laisse à l’entrée et t’essayes de te débrouiller avec les gardes ?! Je te préviens que je ne pourrais rien pour les gardes, je suis un renégat et la seule manière qu’ils auront de communiquer avec moi, ca sera avec des balles.


Peu importe qu’il était ancien traqueur ou non, maintenant c’était un renégat doublé d’un traître, il n’était pas non plus au point de Quentin niveau haine mais il devait sûrement arrivé second sur la liste ou au moins dans le top 5 des gens à éliminer sans sommation. Se prendre une balle dans le dos… Quelle mort atroce, c’est sûr on souffre pas mais on ne sait même pas qui l’a tué et surtout on a eu aucune chance de se défendre. Bref pour revenir au problème principal de l’entrée de la jeune femme dans la cité.

Le réel soucis si c’est tu te fais refoulé, pour une raison quelconque, tu ne pourras plus entrer dans la ville après sans te faire traquer. Enfin peut être que si ca arrive, ils ne feront pas attention à ton visage mais…enfin c’est toi qui gère tes risques, c’est toi qui va vivre là haut après tout.

Il haussa les épaules et tira sur sa cigarette, il espérait qu’elle fasse le bon choix, par bon choix il entendait le choix qu’elle ne regretterait pas par la suite. Au pire il pourrait toujours l’accueillir ici pendant quelques jours mais rester dans une tente, enfermée 24h sur 24, ce n’était pas le grand rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Jeu 5 Juin - 23:08

Il avait écouté tout ce que je lui avais dit mais je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il avait pu en penser encore une fois à cause de sa "super capuche" ce qui était plus que jamais frustrant.
Je m'étais livrée difficilement... okay je n'avais pas tout dit et il ne m'avait pas forcé, mais j'avais toujours cette impression de parler à un mur.


*En même temps qu'est-ce que j'aurais pu attendre de sa part ? De la compassion ? Certainement pas...*

Du réconfort peut être, même si je n'osait me l'avouer. Il n'y avait eu personne pour me soutenir, pour me consoler... Même si je clamais que ce n'était pas mon style, j'étais incontestablement humaine... et pas si forte que je voulais bien le laisser entendre.

Il avait décidé de ne pas continuer le "jeu" et me le dit simplement, je haussa les épaules. A sa guise, mais il sembla tout de même vouloir se justifier.

AJ : Je ne préfère plus penser au passé, la vie est bien mieux maintenant. Et j’espère pour toi que ca sera aussi ton cas à Eden.

Je lui souris gentiment et replongea mon nez dans ma gamelle déjà plus qu'entamée, raclant le fond avec la cuillère.
C'était une gentille attention, je l'espérais aussi, mais je savais que je n'en étais pas spécialement convaincue même si je préférais ne pas y penser pour le moment...


Il alluma une cigarette et me tendis son paquet dans lequel je pris la cigarette offerte. J'en avais moi même, j'avais su faire mes réserves mais ça ne se refusait pas, rien que pour l'idée même du partage.
Je l'alluma et tira dessus. Elle avait un bon goût pour le coeur... celui du moment partagé qui je le savais n'allait pas durer. Il faisait déjà nuit.


AJ : Tu veux procéder comment ce soir ?
Je veux dire par là, est ce que tu veux que je te fasse entrer dans la ville directement et je t’accompagne pendant une heure ou je te laisse à l’entrée et t’essayes de te débrouiller avec les gardes ?! Je te préviens que je ne pourrais rien pour les gardes, je suis un renégat et la seule manière qu’ils auront de communiquer avec moi, ca sera avec des balles.

Il venait de me donner un nouveau renseignement. Je ne savais pas s'il s'en était rendu compte mais je l'enregistra avec le reste des données que je connaissais sur lui, enrichissant ma connaissance sur l'endroit où j'étais, la situation entre ce deux "camps" dont il avait déjà parlé et qui était mon hôte.
Un renégat ? Le terme était explicite. Si on avait été dans un film cliché au possible ce serait probablement le clan des "méchants".
L'idée était assez amusante sachant que j'avais plutôt une bonne estime de lui.
En même temps ça pouvait expliquer le fait que toute sortie m'avait été interdite... ils ne devaient pas tous être comme lui ces "méchants".


Je suis heureuse que tu me pose la question. Je ne veux pas t'ennuyer plus longtemps. Je suppose que ce sera mieux que tu me montre simplement le chemin.
Tu as déjà fait beaucoup et je ne t'en demanderais pas plus. Je suis une grande fille, je saurais me débrouiller !


Finissais-je avec un grand sourire et un clin d'oeil.

AJ : Le réel soucis si c’est tu te fais refoulé, pour une raison quelconque, tu ne pourras plus entrer dans la ville après sans te faire traquer. Enfin peut être que si ca arrive, ils ne feront pas attention à ton visage mais…enfin c’est toi qui gère tes risques, c’est toi qui va vivre là haut après tout.

Je hocha de la tête. En effet ils n'avaient pas l'air commode les videurs de cette boite ! Mais je n'étais pas inquiète.

Y'a pas de raison je suis une fille super sympa !!

Dis-je suis un ton volontairement léger avec un sourire exagéré.
Puis je redevins un peu plus sérieuse et laissa passer quelques secondes de silence avant de lui demander d'une voix sincère.


Je te reverrais après ?

Ce "après" avait étrangement une telle intensité fataliste. Comme si c'était une fin de tout plus qu'un début. Du moins le ressentis-je comme tel une fois que les mots avaient passés mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Johnson

avatar

Nombre de messages : 1103
Age du perso : 29 ans
A Eden depuis : Toujours
Humeur : Hargneuse
Date d'inscription : 25/04/2008

• Log Book•
About Love:
Relationship:
Esprit de combativité:
200/100  (200/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Jeu 26 Juin - 18:17

[Je clos parce c’est dur de continuer après autant de temps d’absence. On en refait un quand tu veux Wink ]


Andrew arqua un sourcil en entendant qu’elle pourrait se débrouiller, ah bon ? C’est bizarre qu’elle se soit retrouvée ici. Enfin il allait se passer de lui faire ce commentaire, ce n’était pas la peine de remettre une couche sur ca, à moins qu’elle en remette une sur son visage. D’ailleurs par simple réflexe, il rabaissa un peu l’avant de sa capuche.
Il se contenta donc d’acquiescer d’un mouvement de tête, presque comme si de rien n’était. Il lâcha sa cigarette pour ranger ce qui avait servit de repas ce soir et préparé le minimum vital pour la traversé du désert qui les attendait. Ce n’était pas super loin mais il valait toujours prévoir le pire pas comme certaine, histoire ne pas se retrouver dans des situations dangereuses…pas comme certaine.

Alors qu’il préparait son sac il entendit une question assez surprenante : « est ce que je te reverrais après ? » , AJ lui lança un sourire plus qu’amusé et se redressa pour lui faire face.


Non. Moi je te reverrai mais pas l’inverse. Tu aurais du mal à me reconnaître je pense.

Il rigola légèrement avant de se remettre au travail. Après quelques minutes de préparatifs, ils étaient prêts. Maintenant le tout était de savoir si le camp était assez vide pour faire un passage éclair et rejoindre le désert sans encombre. Emprunter un buggy était beaucoup trop voyant, ils se contenteraient donc d’y aller à pied.

Allez viens.

Après deux heures et demi à franchir le désert, chose qui s’avérait beaucoup plus rapide en temps normal était plus délicate lorsqu’il s’agissait de se balader avec une future édenienne. A éviter les patrouilles et autres, le temps se rallonger, Andrew en venait même à se demander s’ils atteindraient Eden avant le lever du jour. Ce fut presque le cas, du moins, on voyait la ville du point où ils étaient. Impossible d’aller plus loin, ils devaient se situer à à peine 700 mètres de la cité mais pour AJ ca s’arrêtait là. Des traqueurs faisaient le tour de la cité en 4x4 et ca aurait été dur de les esquiver.

Pas besoin que j’aille plus loin, à moins que tu comptes tomber dans les pommes devant la porte ou te perdre.

Il rigola et lui mit une tape sur l’épaule.

T’es une grande fille, t’arriveras à te débrouiller.

Andrew sortit une bouteille d’eau de son sac et lui mit dans la main, comme une dernière taquinerie. Il s’en alla, lui adressant un simple signe de main. Il était sûr de la recroiser un jour, après tout il passait du temps à Eden enfin surtout dans les rues et les bars, quelque chose lui disait qu’elle devait sûrement autant boire que lui.



[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou 'Max' Anderson

avatar

Nombre de messages : 231
Age : 30
Age du perso : 23 ans
A Eden depuis : peu
Humeur : à siffler une bonne bière. Tu m'accompagne ?
Date d'inscription : 23/05/2008

• Log Book•
About Love: Pardon ?
Relationship:
Esprit de combativité:
86/100  (86/100)

MessageSujet: Re: Soif de vivre.   Ven 27 Juin - 2:32

[Pas de soucis, je comprend très bien Wink. Sinon ouaip' pas de soucis, je reposterais avec toi avec grand plaisir !!]

Le repas était terminé et sonnait le glas d'un départ imminent.

AJ : Non. Moi je te reverrai mais pas l’inverse. Tu aurais du mal à me reconnaître je pense.

Répondit-il simplement à ma question quand à la possibilité de se revoir.
Je souris.


Je suis très physionomiste.

Lui dis-je un peu mystérieuse en lui faisant un clin d'oeil tout en touchant le bout de mon nez.
Il ne l'avait pas remarqué mais j'avais eu le loisir de voir parfois dévoilé quelques parcelles de son visage. Des détails que du fait de ma curiosité insatiable j'avais bien enregistrés en mémoire et me permettraient probablement de le reconnaître à visage découvert.

Les préparatifs de départ se firent rapidement, trop à mon goût mais je ne broncha pas et nous prîmes la direction du désert.
En sortant de la tente je resta totalement silencieuse, marchant à pas feutrés -je ne voulais pas lui attirer d'ennuis- mais je ne pouvais m'empêcher de détailler tout ce que je pouvais. S'il n'avait pas voulu que je vois cet environnement il aurait dû me bander les yeux...

Tout autour de sa tente se dessinaient les silhouettes d'autres habitations de fortunes similaires. Le camp des renégats.
Je ne savais pas vraiment ce que ça signifiait pour le moment, bien qu'il m'ait expliqué sommairement. Il n'empêche qu'en l'instant présent toutes ces histoires de rivalités me semblaient bien abstraites.

Je le suivis dans le désert, marchant côte à côte dans le silence. J'y mettais du mien et n'ouvris pas la bouche, m'ennuyant ferme par la même occasion. Lui devait trouver qu'il avait la paix...

La marche dans le désert dura un bon bout de temps mais pour une fois que le bruit de mes pas trouvait écho dans celui de quelqu'un d'autre -quand bien même aucune conversation ne venait rompre les bruits de la nuit- je ne trouva pas ce trajet interminable. A vrai dire, à la vue de la silhouette d'Eden j'aurais même souhaité que le chemin soit plus long.
Ses pas s'arrêtèrent et je stoppa également les miens, me tournant vers lui et son visage encore plus invisible qu'il n'avait pu l'être.


AJ : Pas besoin que j’aille plus loin, à moins que tu comptes tomber dans les pommes devant la porte ou te perdre.

Peut être que oui, je vais y réfléchir !

Dis-je en riants avant de me rapprocher de lui d'un pas, levant la main vers son visage. Si je ne pouvais pas voir peut être avais-je le droit de toucher ?

AJ : T’es une grande fille, t’arriveras à te débrouiller.

Je hocha de la tête silencieusement, le sourire toujours aux lèvres.
Il sortit une bouteille de son sac et la fourra dans ma main levée. Je baissa les yeux et regarda le "présent" en souriant de plus belle. Évidemment... c'était trop facile.
AJ s'éloigna et me fis un signe de main. Je le regardais partir puis fus prise d'une pulsion subite, d'une envie irrépressible de lui dire.


Je t'ai menti !!

Lui hurlais-je suffisamment fort pour qu'il m'entende, pas suffisamment pour risquer d'alerter qui que ce soit à moins que ce "qui-que-ce-soit" soit déjà proche de nous.

Je ne m'appelle pas Max. Mon nom c'est Lou ! A ton tour de me faire une révélation !

Continuais-je en direction de la silhouette qui s'éloignait déjà pour lui faire comprendre que je n'avais toujours pas lâche l'affaire. Il avait dû m'entendre mais ne me répondis pas.

Je m'en serais doutée.

Dis-je cette fois-ci pour moi même tout en souriant avec déjà un peu de blues.
Je fixais encore la direction dans laquelle il était repartit alors que sa silhouette avait déjà disparu puis fini par baisser les yeux et me retourner vers cette forme que je retrouvais pour la deuxième fois... ce qui semblait être à présent mon futur.
Je fis la grimace et me dirigea vers la ville... la bouteille d'eau fermement serrée dans le creux de ma main.



[POINT FINAL]


[HJ-Sorry pour le mélo... comment ça je casse tout ? Ouai Laughing-HJ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soif de vivre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soif de vivre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si aujourd'hui était votre dernier jour à vivre?
» Le gold farming ferait-il vivre plus d'1 million de Chinois ?
» [Arlequin - Récit - A faire vivre] Détresse
» Vraies règles de Soif de Sang ?
» Le règlement de base pour bien vivre sur LBP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden, A New Beginning :: • Outside • :: Le désert-
Sauter vers: