Eden, A New Beginning


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Insomniac Night (Sven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Insomniac Night (Sven)   Sam 15 Mar - 20:02

Cela devait bien faire trois heures que Vanille tentait de s'endormir. Elle n'avait pas fait grand chose aujourd'hui, faisant de son mieux pour qu'on ne la remarque pas. Elle s'était éclipsé comme elle le faisait toujours et était restée dans son coin, écoutant de temps en temps les discussions qui venaient de loin avec un peu de curiosité, sans jamais donner signe de vie car elle craignait beaucoup trop de se faire disputer. En effet, elle restait bien souvent assise toute la journée à contempler ses ongles ou à jouer les mains dans le sable, s'imaginant dans une situation toute autre et bien plus plaisante que celle dans laquelle elle était. Il fallait dire qu'elle aurait pu tout simplement ne pas se joindre aux renégats, mais elle avait préféré le petit groupe dû au sentiment de sécurité que lui donnait le chef. Mais ce n'était pas une question à l'ordre du jour, elle se sentait en sécurité dans sa situation du moment et n'irait certainement pas se plaindre. Elle n'en avait tout simplement pas le courage, de toute façon.
Ainsi donc, elle n'arrivait pas à dormir. Elle ne savait pas l'heure qu'il était mais préférait se coucher lorsque le soleil disparaissait totalement. C'était pour elle la seule source fiable lorsqu'elle voulait dormir et Vanille avait pris l'habitude de s'endormir au coucher du soleil et de se lever à l'aube, ce qui rendait les journées plutôt longues lorsqu'on ne fait rien, mais elle semblait bien s'en acclimater. Mais ce soir-là, elle n'arrivait pas à se tenir tranquille et après de longues heures à tenter de s'endormir, ne trouvant pas le sommeil, elle avait décidé d'aller se promener et peut-être de s'éloigner du campement, tant qu'à s'occuper elle préférait aller se dégourdir les jambes histoire de ne pas devenir totalement oisive. Elle s'était donc levée, fixant tout autour d'elle pour tenter de voir où elle s'en allait. Il était peut être un peu tard, car elle entendit des voix de personnes, des renégats, probablement, qui se quittaient elle supposait. Il ne devait donc plus y avoir beaucoup de gens de levés à une telle heure, ce qui ne déplut pas à la petite blonde qui pourrait en profiter pour se promener toute seule où elle voulait sans savoir qu'elle dérangeait probablement quelqu'un. Après tout, elle ne servait pas à grand chose pour les renégats, valait alors mieux se montrer inexistante, c'était du moins ce qu'elle avait compris. Marchant rapidement tout en faisant de temps en temps des arrêts pour voir si elle n'entendait pas quelqu'un qui serait encore debout à cette heure et qui pourrait lui faire la morale. C'était automatique chez elle, Vanille croyait qu'on ne pouvait pas lui parler sans la disputer.

Personne ne sembla la remarquer, c'était d'ailleurs tout aussi bien comme ça puisqu'elle pouvait donc agir comme bon lui semblait. La jeune fille qui était partie de sa tente en silence se mit donc à marcher plus rapidement, sans vraiment faire attention à où elle s'en allait, se disant qu'elle devait s'en aller loin des autres tentes. Elle ne se doutait pas que bien au contraire, elle se rapprochait du campement. Vanille clignait de temps en temps des yeux, tentant de voir où elle allait, mais la plupart de ses pas étaient faits au hasard. Ses pieds calant dans le sable, elle manqua de tomber trois ou quatre fois, victime de son manque d'équilibre alors qu'elle trottait, finalement convaincue d'être toute seule d'éveillée à cette heure-là. Se disant qu'elle ne tomberait finalement pas, elle tenta de se diriger plus rapidement là où elle déciderait de s'arrêter, probablement pour observer les tentes à l'abris des regards. Sa certitude à propos du fait qu'elle ne retomberait pas furent remplacées à un moment ou Vanille s'arrêta brusquement et glissa légèrement, se reprenant en main lorsqu'elle sentit le contact de quelque chose contre sa jambe. Innutile de dire que sa chutte fut interrompue lorsqu'elle bondit d'un grand pas en arrière. La jeune fille paniqua, tentant de voir ce qu'elle avait vu, même si elle se doutait que ce n'était pas un animal. C'était encore plus inquiétant de savoir qu'un être humain était hors de sa tente et elle tenta de voir, plissant les yeux dans la noirceur malgré qu'il restait quelques lumières allumées au campement, ce qui lui permit de voir à qui elle avait affaire. Regrettant subitement de ne pas être restée à sa tente, Vanille rougit, son teint plutôt pâle changeant pour le rouge écarlate. Elle eut envie de s'éclipser mais au bout d'une petite seconde de réflexion, elle laissa simplement tomber


"Désolée Sven...Je regardais pas où j'allais."

Elle fixait le sol, mal à l'aise, toujours aussi rouge. Elle ne semblait d'ailleurs pas sur le point de changer de couleur et s'était expliquée en vitesse, comme si elle était très pressée de parler pour en finir le plus rapidement possible. Elle restait bêtement plantée là, se demandant s'il ne valait pas mieux s'en aller sur le champs. Il fallait admettre qu'elle était partagée entre le besoin de partir très vite et l'envie de rester, mais elle se doutait bien qu'elle partirait d'ici peu parce qu'elle n'arrivait pas à parler en la présence du renégat. Elle leva les yeux un instant, les dirigeant vers le sable à peine une seconde plus tard. Elle glissa une mèche de cheveux derrière son oreille et fit son possible, tentant de rester calme et en silence pour ne pas dire de bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 19 Mar - 14:12

La nuit...parfois elle revêtait l'habit du mysticisme devenant le seul moment de la vie de Sven où ce dernier se sentait bien. Il avait l'impression que les gens étaient plus vrais, plus enclin à la discussion. Il se sentait de plus en plus investi d'une mission. Peut-être que Dieu voulait qu'il soit le trait d'union entre EDEN et les renégats? Peut-être devait-il faire en sorte que les deux communautés humaines parviennent à mettre leurs différents de côté pour mieux vivre. Se considérait-il comme un prophète? Qui sait? La psyché du jeune homme était tellement bizarre, tellement complexe que même lui n'aurait su dire quelle était sa place dans cet unnivers où parfois il se sentait minuscule, grain de sable dans un désert sans fin.
Quelquefois, la nuit l'oppressait. L'absence de l'astre diurne et de sa chaleur douce le terrorisait. Il devenait alors une sorte d'enfant apeuré qui ne comprenait pas cette soudaine obscurité. Ces nuits-là, Sven était littéralement hanté par des images surgies du passé, des images qui remontaient à la surface de sa mémoire comme autant de cadavres engloutis qui s'arrachaient à la fange du fond de sa psyché pour resurgir plus nauséabond que jamais. Il restait alors prostré dans sa tente, enfoui sous des couvertures, en position foetale. Il essayait de retrouver cette tranquillité viscérale que persone n'a oublié. Cette quiétude que nous avons tous éprouvée il y a fort longtemps lorsque nous mûrissions encore au creux de notre mère, à l'abri des vicissitudes de la vie.

Cette nuit-là, Sven ne se sentait pas spécialement bien, mais elle n'appartenait pas non plus à ces soirées paisibles où il avait l'impression d'entendre battre le pouls du monde. Il s'était simplement réveillé alors que le campement était encore plongé dans le sommeil à part les quelques sentinelles qui veillaient toujours. Un vent froid soufflait sur les toiles ternes et ensablées des tentes disposées en spirale. Il savait qu'il ne dormirait pas. Le jeune toxicomane ne parvenait jamais à dormir une nuit entière. A tâtons, il chercha un de ses pulls à capuche épais, doux et chaud. Il l'enfila et sortit de ce que l'on pourrait appeler, à défaut d'autres termes, son chez lui. Le vent lui ébourriffa immédiatement les cheveux, quelques mèches noires comme l'encre barrant son visage. Nerveusement, il se passa une main sur le visage. Avait-il besoin d'une dose pour ce réveil? Il frissonna à cette idée. Autant essayer de tenir sans, la drogue se faisait rare, et ses réserves personnelles bien que scrupuleusement conservées ne durerait pas éternellement. Il s'accroupit en tailleur devant sa tente, comme un grand sachem amérindien. Lentement, il étira ses jambes ankylosées par le sommeil et baîlla lourdement.

Un choc. Un bruit étouffé et feutré. Un éclat doré qui semblait vouloir rejoindre le sol. Sven se redressa légèrement. Quelqu'un venait de chuter. Avant même que la personne ne se releva, il savait de qui il s'agissait. Une sorte d'aura que seul lui semblait être capable de voir parut irradier. L'ange. Vanille Cooper occupait une place bien particulière dans la cosmogonie tout aussi étrange de Sven. La jeune femme était l'incarnation de l'avenir. Elle était toujours accompagnée d'une sorte de lumière intérieure qui le laissait sans voix. Etait-ce les drogues qui lui faisaient voir ce genre de choses? Une sorte de délire de sa cervelle malade. Etait-elle vraiment une âme que l'on pouvait sauver et qui pouvait sauver des gens? Tant de mysticisme faisait toujours rire les renégats. Vanille n'était pas de ceux là, elle semblait vraiment l'écouter, le comprendre. l aimait sa compagnie, mais elle l'impressionnait grandement. Comment se comporter face à un ange qui ignore même la lumière qu'elle transportait en elle.
Lorsqu'elle se releva, elle paraissait gênée. Un mince sourire apparut sur les lèvres de Sven. Elle...s'excusait? Si seulement elle savait à quel point s'était inutile auprès du norvégien ce genre d'attitudes. Sven avait été la tête de turc et le souffre douleur des renégats jusqu'à ce que Marshall décide de faire de lui son petit chien fidèle.


"Soies pas gênée...ne t'excuses pas s'il te plaît. Tu veux rester un peu ici?"

Sven parlait d'une voix calme, grave, paraissant pleine de sagesse, de sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 19 Mar - 17:42

Il lui disait de ne pas s'excuser. C'était aussi simple que de demander à quelqu'un d'arrêter de respirer, tant c'était devenu un automatisme chez Vanille de le faire. Elle tirait à présent doucement sur une mèche de cheveux blonds, intimidée par la présence de Sven mais aussi ne sachant pas quoi faire. Il lui demanda si elle voulait rester ici. Elle leva les yeux, toujours aussi rouge, et baissa à nouveau la tête comme pour réfléchir, fronçant les sourcils un peu comme une enfant qui réfléchissait à une question qui lui vraiment difficile à répondre. Après à peine quelques secondes, la petite blonde releva la tête, tentant de maîtriser sa gêne apparante et acquieça finalement, choisissant qu'il valait mieux rester ici que d'errer toute seule. Elle finit par se ressaisir et regarda le renégat assis devant sa tente, se disant qu'elle agissait de façon plutôt stupide. Après tout, ce n'était pas comme si Sven était méchant, loin de là. Il était la seule personne qu'elle appréciait vraiment dans les alentours, et de loin d'ailleurs. Innutile de dire qu'elle tentait pourtant de garder son secret bien gardé. Vanille ne disait pas grand chose aux gens autour, et ça c'était encore plus défendu. La peur de se faire punir - sans aucune raison d'ailleurs - la tenaillait toujours et pour toutes les raisons du monde. Apprécier Sven à sa façon devait certainement être mal. Elle cligna des yeux et s'assit, prenant une légère distance pour ne pas être trop près de lui, et l'observa du coin de l'oeil en glissant ses doigts pâles dans le sable.

"Pourquoi tu dors pas ?"

Sa voix ressemblait à un murmure, pour être plus précis; un souffle. Elle se doutait que ce n'était pas de ses affaires, mais elle ne savait pas non plus s'il fallait rester en silence comme d'habitude. Regardant toujours le sable, elle redressa la tête et fixa Sven, ne disant plus rien et prenant un air sérieux, comme elle voyait si souvent les autres personnes du clan le faire. Elle poussa un léger soupire, baissant les yeux et tira sur un fil qui provenait de sa veste comme si c'était quelque occupation vraiment passionnante. Il fallait dire qu'elle trouvait tout à peu près bien, tant qu'à ne rien faire. Elle lâcha finalement le fil après l'avoir tiré assez pour faire une maille, et jugea qu'elle venait encore d'aboutir à un cul-de-sac. Elle devinait qu'elle resterait assise là sans rien faire probablement rien dire non plus parce qu'elle était trop intimidée, et en plus de tout ça, elle ne saurait pas comment partir sans se dire qu'elle aurait l'air ridicule. En imaginant déjà le scénario, Vanille sentit une petite vague de nervosité et glissa une mèche de cheveux derrière son oreille, passans ses doigts dans une autre avec beaucoup d'application, comme pour se calmer. Pourquoi fallait-il toujours qu'elle ait l'air aussi idiote? Et qu'elle soit toujours aussi gênée, aussi. Elle recommença son manège et observa légèrement Sven qui avait l'air toujours aussi calme, toujours aussi détaché, en quelque sorte. Vanille baissa les yeux, légèrement triste.

Pourquoi triste, par contre, ça même elle n'aurait pu le dire. Elle était simplement triste de voir qu'il n'y avait aucun espoir de conversation et qu'elle était peut-être en quelque sorte condamnée à ne jamais pouvoir rien dire en sa présence, trop muette en sa présence parce qu'elle avait peur de ne dire que des sottises, ce qu'elle semblait être douée pour dire. En fait, c'était ce qu'elle pensait, pour tout dire. Elle sentit les larmes monter à ses yeux et fronça les sourcils, arrêtant ses occupations pour se frotter les yeux. C'était probablement la fatigue qui faisait ça. Elle releva le capuchon de sa veste, se l'enfonçant sur la tête assez brusquement comme pour se cacher les yeux. Elle n'avait pas assez de courage pour s'enfuir en courant, alors elle resta simplement là, immobile. Elle ramena ses jambes vers elle et appuya son menton sur ses genoux légèrement sablonneux dû à sa chute, épiant les moindres gestes que pouvait faire Sven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 19 Mar - 18:07

Les conversations avec Sven n'étaient jamais chose aisée. De toutes façons, elles étaient toutes aussi différentes que son interlocuteur. Quelque fois, il était laconique, lâchant quelques paroles sans réel sens à part pour lui. Les occasions où il se montrait bavard étaient rares et obéissaient toujours à cet impératif pseudo mystique qui l'habitait depuis cette fameuse neige qui avait recouvert la Norvège et où il s'était rendu compte qu'il était l'un de ces rares survivants au virus.
L'attitude de Vanille révélait clairement au jeune homme qu'elle n'était pas à l'aise avec lui. Pourquoi être gênée? Il n'était pas une personne violente, bien au contraire. Certes, il avait un teint maladif, était maigre. Il n'avait aucune hygiène de vie, partageant son temps entre des sortes de méditations contemplatives et des fix dignes d'un Jim Morrisson. Un être bizarre parmi une meute de loups sanguinaires et enragés. Il posa son regard clair sur la jeune femme qui s'était installée à quelque distance de lui, comme si une barrière infranchissable les séparait. Nul jugement dans ce regard turquoise. Aucune animosité. Il était empli de cette candeur enfantine qui ne le quittait que très rarement. Cette logique puérile, dénuée de tout a priori, qui faisait preuve d'une réelle sagesse à condition de savoir décrypter ses propos.
Sven prit une profonde inspiration. Le vent sentait le sable, une odeur douce et amère à la fois. On l'associait autant à une période bénie, celle des souvenirs suaves, qu'à une autre bien plus sombre et désertique. Enfonçant ses mains dans la poche ventrale de son pull à capuche, Sven prit de nouveau la parole.


"Je ne dors jamais beaucoup. Mets ça sur le compte de ma santé plutôt mauvaise ou sur cette lucidité autant que ce détachement qui peuvent parfois m'habiter. La nuit est pour moi aussi douce que dangereuse. Ce soir, c'est différent. Je n'ai plus besoin de dormir, même s'il est encore tôt."

Des paroles sybillines, de celles qui irritent ceux et celles qui ne pensent quà survivre purement et simplement. Régulièrement, les yeux de Sven se tournent vers EDEN et il se demande alors si une union entre les deux communautés peut être possible ou si ce n'est qu'un simple rêve auquel il se raccroche désespérément.
Le mouvement vif et rapide que fit Vanille pour rabattre son capuchon attira son attention. Et en une fraction de seconde, il crut voir briller ses yeux d'une façoon qui ne signifiait qu'une seule chose...la peine. Il avait trop souvent croisé le chemin de cette dernière pour savoir la reconnaître aussitôt. Ce maudit sentiment qui, comme une vague, vous envahissait, vous nouait la gorge, transformait votre voix en un râle entrecoupé de sanglots que l'on ne pouvait contrôler. Sven fronça légèrement les sourcils. Une personne qui répandait une lumière aussi douce que Vanille n'avait pas le droit de se sentir malheureuse. Il ne voulait plus voir ce sentiment dans le regard des autres. Il se battait depuis trop longtemps avec ce dernier. Une lutte de longue haleine, un combat muet dont il sortait fréquemment vaincu. Il glissa calmement et avec des gestes lents et mesurés jusqu'à elle. Sven leva doucement la main pour ôter la capuche de la tête de la jeune femme. La crinière dorée de Vanille fut rapidement malmenée par le vent.


"Et toi? Pourquoi ne dors-tu? Pourquoi cherches tu à cacher ton visage qui est le seul endroit où notre humanité se révèle? Pourquoi es tu venue ici? Penses tu réellement que c'est uniquement le hasard qui a guidé des pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 19 Mar - 18:42

Quelque chose dans les premières paroles de Sven l'interpellèrent. Il n'avait plus besoin de dormir. Pourquoi? Il était malade? Elle ne saurait en douter, puisque Sven n'avait pas l'air de quelqu'un qui devait être pleinement en santé. C'était plutôt normal, étant donné ses activités néfastes pour lui-même qu'elle ne comprennait pas vraiment d'ailleurs, mais qui ne lui donnaient pas envie de le questionner à ce sujet. Elle resta quelques temps à réfléchir à la réponse à la question qu'elle se posait, s'il était simplement peu fatigué ou si c'était en effet une quelconque maladie qu'il avait attrappé qui le tenait éveillé. Elle se perdit dans ses pensées là-dessus, son regard vide toujours posé sur Sven. Elle ne le regardait par contre plus, dans son monde à nouveau, tentant de se maîtriser pour ne pas pleurer. C'était stupide pleurer, et elle tentait de se convaincre qu'elle n'était plus une gamine, qu'elle n'avait plus intérêt à le faire. Vanille connaissait très bien les résultats lorsqu'elle pleurait. Les gens se fâchaient et elle n'avait certainement pas envie que Sven se fâche, même si elle l'imaginait très mal le faire. Elle ne voulait pas subir son mécontentement, même si elle ne l'avait jamais vu riposter à n'importe quelle pique qu'on lui lançait. La jeune femme ne sentit pas le renégat qui s'approchait d'elle, pas plus qu'elle ne le sentit lui enlever sa capuche. Ce fut lorsqu'elle sentit ses cheveux virevolter qu'elle réalisa ce qui s'était passé, et elle essuya vivement une larme sur sa joue, se cachant tant bien que mal de Sven qui était à présent à ses côtés et qui prenait la parole, chose assez rare, sauf s'il disait des choses qu'elle ne comprenait pas.

Il lui demandait à elle aussi pourquoi elle ne dormait pas, ce qui n'était pas vraiment un problème à répondre. Par contre, sa deuxième question la gêna. Elle ne pouvait pas expliquer pourquoi elle se cachait, il allait la trouver stupide. Tout ce qu'elle faisait était pour elle considéré comme stupide ou une bêtise. Vanille resta donc muette, écoutant la voix calme de Sven, réconfortante mais à la fois intimidante. Elle prit une nouvelle mèche de cheveux entre ses doigts et tira sur celle-ci, l'entortillant autour de son index comme une fillette, réfléchissant à une façon de se tirer d'affaire avec une réponse évasive. Valait mieux pour elle une telle réponse qu'autre chose, mais quelque chose l'embêtait profondément dans les questions qu'il lui posait. Elle ne savait pas si elle devait répondre que c'était le hasard qui la menait vers sa tente ou si c'était comme il se plaisait beaucoup à y croire une force 'supérieure' . On n'avait jamais vraiment appris à Vanille à croire en quelqu'un de supérieur à tous les hommes. Ses parents ne croyaient pas à ce genre de sottises, comme ils appellaient ça, et elle ne comprenait pas assez de choses à ce propos-là pour se faire une réelle opinion. Elle avait lu des livres, certes, mais ce n'était pas la même chose. Elle ne voulait pas vexer Sven, mais ne voulait pas non plus mentir. Vanille déglutit et regarda le sable, parlant tout bas comme si elle aurait préféré qu'il ne l'entende pas.


"C'est pas ma faute, j'arrivais pas à dormir. Et je cache mon visage parce que le sable me fait pleurer. C'est tout."

Elle n'avait rien mentionné à propos du hasard, préférant encore ignorer la question de peur d'avoir la mauvaise réponse. Après tout, s'il y avait bien quelqu'un pour veiller sur elle, il ne l'aurait pas envoyé voir Sven en sachant qu'elle n'arrivait jamais à se dégêner en sa présence. Il l'intriguait beaucoup trop, lui faisant parfois un peu peur, mais il avait quelque chose qu'elle aimait bien tout de même chez lui. Elle ne saurait pas dire quoi, par contre. Vanille cessa d'entortiller la mèche de cheveux qu'elle avait entre les doigts depuis un moment, laissant les cheveux blonds flotter au vent. Elle leva la tête et regarda Sven dans les yeux, et regarda ailleurs, fuyant son regard. Elle rougissait à nouveau, se sentant parfaitement stupide, et légèrement tremblante elle glissa ses doigts dans le sable pour s'occuper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Ven 21 Mar - 18:17

"Le sable te ferait pleurer? Permets moi d'en douter..."

Sven pencha légèrement la tête en avant pour être face à Vanille. Son regard clair se posa sur le visage de la jeune femme, cherchant au-delà des apparences un indice, comme s'il pouvait voir ou deviner quoique ce soit en observant quelqu'un de la sorte. Les attitudes parfois très enfantines de la blondinette étaient régulièrement cause de railleries ou de mots guère aùmicaux murmurés du bout des lèvres. Si on savait où et quand laisser traîner ses oreilles entre les tentes du campement, on entendait les autres renégats émettre des jugements sans appel sur les autres membres de cette faction. Sven n'était pas du genre à aller laver son honneur dans un duel. De toutes façons, en avait-il encore, de l'honneur? Vanille n'était pas si différente de lui. Elle se raccrochait à ces petites mimiques, symbole d'une fragilité. Là où Sven se sentait complètement dans son élément avec les renégats, la jeune fille semblait en souffrir.
Calmement, il se rapprocha d'elle, glissant plus qu'autre chose sur le sable dans sa direction. Toujours assis en tailleur, il releva les jambes et les entoura de ses bras, posant son menton sur ses genoux. Un drôle de mimétisme entre ces deux êtres...

Malgré la pénombre relative qui régnait en cette heure extrêmement matinale, Sven remarqua le feu qui montait aux joues de la jeune femme. Mais il était bien incapable de l'expliquer. Il n'avait pas vécu avec des personnes qui montraient leurs sentiments. Quand à son éducation affective...sa famille s'était bien gardée de la lui faire. La suite de sa vie n'était qu'errance solitaire, liens avec des personnes qui bien que violentes à son égard formait ce qui se rapprochait de mieux d'une famille. Sven n'avait pas quitté les renégats et n'avait nulle envie de le faire car ils composaient, tous autant qu'ils étaient, cette cellule familiale qui lui avait tant fait défaut. Il les avait choisi. Parce qu'ils avaient besoin de son aide, parce qu'il savait qu'ils ne l'abandonneraient pas, parce qu'il préférait être une marionnette entre les mains de Marshall qu'être seul. La solitude il l'avait maintes fois éprouvée. Et il ne voulait plus sentir ce vide, ce creux au fond de son estomac. Sven voulait exister à travers le regard des autres. Il était à des années lumières des autres renégats et cette étrangeté aussi agaçante qu'intriguante lui plaisait. Et puis, il n'en était pas vraiment conscient de ces abus dont il était victime. Et personne n'avait trouvé le courage de le lui révéler. Ne dit-on pas heureux les imbéciles?


"Et si tu me disais tout simplement pourquoi tu es triste? Il n'y a que mes humbles oreilles qui en connaîtront la raison..."
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Ven 21 Mar - 18:48

Alors que Sven reprenait la parole pour annoncer qu'il doutait que ce soit le sable qui la faisait pleurer, Vanille releva la tête juste pour mieux l'écouter. Tombant presque nez à nez avec lui, elle ne pu que rougir de plus belle, les yeux légèrement bouffis par les minuscules larmes précédemment versées. Elle cherchait de tout cœur à éviter ses regards qui étaient pour elle terriblement gênants, puisqu'elle ne savait pas se maitriser face à ses regards. Cette timidité maladive ne lui avait jusqu'à présent que nuit et les rares fois où Vanille avait tenté de se 'décoincer' un peu, elle s'était donnée en spectacle et avait paru tout simplement ridicule devant les gens. Elle avait donc pris l'habitude d'éviter les regards, de se renfermer dans cette minuscule bulle qui pour elle représentait tout ce qui pouvait rester de rassurant dans un monde qui visiblement ne s'arrangerait pas. Elle pinça les lèvres en une moue enfantine à cette pensée et ses doigts toujours mêlés au sol se raidirent dans le sable froid. Elle sortit de ses pensées, réfléchissant à comment répondre à Sven pour qu'il la croit, même si elle ne cherchait pas vraiment à lui faire avaler ses mensonges. Elle poussa finalement un léger soupire impatient et leva les yeux, croisant un instant le regard de Sven, s'y attardant une seconde de trop avant de lui dire, sur un ton un peu maladroit, brusque mais qui n'était pas voulu:

"Qu'est-ce que t'en sais, de toute façon. Tu sais même pas ce qui se passe autour de toi."

Vanille baissa immédiatement les yeux, sachant très bien qu'elle n'avait pas à parler ainsi, et regretta immédiatement d'avoir ouvert la bouche, sachant que si ça parvenait aux oreilles de qui que ce soit, il n'en valait probablement pas très cher de sa peau. Elle frissonna plus d'effroi que de froid, jetant un regard qui voulait visiblement dire "je m'excuse" à Sven avant de regarder ailleurs. Elle ne voulait pas s'expliquer. Mais pourtant elle savait qu'elle avait un peu raison, et qu'elle n'avait à proprement parlé rien dit de vraiment mal. Sven ne pouvait pas prétendre en savoir plus qu'elle sur ce qu'elle ressentait et sur les raisons pour lesquelles elle pleurait. Après tout, il ne voyait même pas ce qui se passait autour de lui, à quel point il était manipulé. Tout le monde l'avait réalisé, bien sûr, sauf lui. C'était probablement parce qu'il était trop absent, mais Vanille ne s'attardait jamais sur la question, tentant de penser le moins possible à Sven et aux renégats lors de ses moments de solitude, même si le visage du norvégien se mêlait souvent au fil de ses pensées. C'était une des raisons d'ailleurs pour lesquelles elle était mal à l'aise en sa présence. C'était pire qu'avec les autres renégats, un point faible en quelque sorte. Même si ça pouvait paraitre ridicule, elle avait légèrement peur parfois qu'il sache ce qu'elle pensait. Ce qui naturellement était impossible.

Il reprit la parole, Vanille écouta sans le regarder pourtant. Il voulait qu'elle lui dise ce qui n'allait pas? Elle resta immobile, sans réagir, réfléchissant par contre en vitesse. Il ne devait pas savoir. C'était un secret. Personne ne devait jamais savoir de toute façon, parce qu'elle savait qu'elle se ferait punir, même si en vérité les renégats devaient bien se ficher de ce qui se passait dans la tête de la petite blonde. C'était probablement le dernier de leur soucis. Mais Vanille n'allait certainement pas en parler à Sven. Même s'il l'aurait supplié, en fait, elle n'aurait rien dit.


"Je peux pas te le dire, c'est un secret."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Sam 22 Mar - 21:19

Les soupirs et les yeux levés au ciel n'étaient jamais de bon augure. Ils annonçaient toujours une remarque cinglante ou des propos excédés. Bref, ce n'était que très rarement positif. Dès ces premiers signes d'agacement, Sven s'attendait à ce que la foudre lui tombe dessus. Il ferma lentement les yeux, baissant ses paupières sur l'azur de ses prunelles. Et la remarque tomba. Lourdement. Comme un couperet...

Il ne savait pas ce qu'il se passait autour de lui? Il se mordit encore plus profondément la lèvre, la meurtrissant douloureusement. Se serait-il trompé? Vanille ne serait qu'une renégate comme les autres? Voulait-elle vraiment retrouver cette humanité qui faisait défaut à beaucoup d'êtres humains appartenant à cette communauté? Il refusait de le croire. Sven baissa simplement la tête, comme si un poids trop lourd pour ses frêles épaules s'était subitement abattu. Il se passa une main dans les cheveux, incapable de répondre quoique soit à cette remarque. Quelques mèches sombres lui tombèrent en rideau devant son visage, masquant ses traits pendant quelques secondes jusqu'à ce qu'une rafale de vent les rejetta en arrière. Il semblait plus pâle que d'ordinaire, plus fragile que jamais.
Il ne vit pas le regard contrit de la jeune femme, il ne remarqua pas ces attitudes qui étaient un minuscule "je suis désolée" muet. Il avait peut-être tort tout simplement. Il ne devait plus écouter ces voix qui rampaient sous son crâne. Il ne devrait peut-être plus écouter Marshall. Peut-être devrait-il quitter les renégats? La solitude pouvait avoir des attraits. Il en trouverait bien un jour ou l'autre. Vanille reprit la parole pour lui répondre qu'elle ne pouvait lui expliquer la raison de sa tristesse. Que c'était un secret. Sven hocha silencieusement la tête. Il n'avait plus envie de parler...

Il releva la tête et plongea son regard clair dans celui de la jeune fille. Doucement, il porta la main à sa lèvre qu'il avait si durement mordue, essuyant du revers de la main la minuscule goutte de sang qui y perlait. Son visage semblait s'être vidé de cette candeur qui lui était coutumière. Il n'y avait toutefois aucune colère, aucune rage. Juste ce sentiment blasé qui s'imprimait si clairement. Sans dire un mot de plus, il serra plus fortement ses jambes contre lui, semblant pendant un instant vouloir se faire encore plus petit qu'il n'était. Enfin, ses yeux se détachèrent de ceux de Vanille pour se poser sur un point imaginaire droit devant lui. Il poussa un lourd soupir, un peu chevrotant. Et ce fut tout. De nouveau, il s'emmura dans ce silence oppressant, dérangeant.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Sam 22 Mar - 21:38

Voyant qu'il ne répondait pas, Vanille devinait qu'elle avait fait une bêtise. Elle avait été méchante, stupide, et beaucoup d'autres mots lui venaient à la tête. Elle se doutait qu'elle avait vexé Sven, mais c'était la vérité. Elle se doutait aussi que ce n'était pas la meilleure façon de le réveiller et de lui faire prendre conscience sur sa situation. Comme on ne doit pas réveiller un somnambule, en quelque sorte. Elle regrettait ses paroles et se dit qu'une fois de plus, elle aurait dû rester toute seule. C'était toujours mieux comme ça, maintenant Sven lui en voulait certainement. Elle baissa les yeux une nouvelle fois après l'avoir regardé, et légèrement tremblante elle fronça les sourcils, en colère contre elle-même. Il y avait de ces moments où elle se détestait. Et ce qu'elle détestait le plus, c'était l'impuissance qu'elle avait à ce moment-là. Elle savait très bien qu'elle ne pouvait pas s'expliquer, parce que c'était impossible s'expliquer sur ce qui se passait autour. S'il ne le voyait pas par lui-même, alors il ne le verrait pas du tout. Elle pinça les lèvres et poussa un long soupire elle-même avant de relever la tête, juste à temps pour appercevoir le mouvement de Sven qui se recroquevillait un peu plus sur lui-même. Elle sentit sa gorge se nouer. Elle n'avait pas voulu lui faire de mal. Tremblante, Vanille prit une mèche de cheveux, l'entortillant autour de son doigt. C'était mauvais signe. Elle savait maintenant qu'elle n'avait probablement plus aucune minuscule petite chance de pouvoir un jour s'expliquer sur la véritable nature de ses sentiments, même si c'était irréaliste et insensé de croire qu'elle aurait eu un jour de les avouer. Sans pourtant savoir pourquoi, elle ressentait le besoin de s'expliquer, de s'excuser. Elle se releva légèrement, se rapprochant de Sven malgré lui.

Elle tremblait encore plus qu'avant, n'entendait plus que son propre rythme cardiaque. Elle était vraiment près de lui, du moins pour elle, et en était nerveuse. Vanille préférait toujours se tenir éloignée de lui, parce qu'il l'intimidait. Mais elle ne voulait pas perdre sa confiance, si bien sûr il l'appréciait un tant soit peu. La jeune fille savait qu'elle n'était pas beaucoup appréciée parmis les renégats. Sven était le seul qui ne la narguait pas et ne lui lançait pas à tue-tête des menaces ou des insultes qu'elle ne comprenait pas, parfois.
Elle sentit son coeur s'arrêter alors que sa main se posa contre le dos de Sven, pour attirer son attention. Voyant que cela ne servait à rien, elle en vint finalement à s'approcher un peu plus, murmurant presque à son oreille, même si être trop près de lui le terrifiait :


"Sven? Je m'excuse..Je ne voulais pas dire ça. Je me suis emportée. C'est pas contre toi, c'est promis. Tu ne me détestes pas, hein?"

Sa voix se fit toute petite à la fin de ses paroles, entrecoupée par un sanglot qu'elle tenta de réprimée, paniquée à l'idée qu'elle venait peut-être de se le mettre à dos pour toujours, ce qu'elle ne souhaitait pas le moindrement du monde. Elle répéta le nom du renégat et chercha à le faire se tourner vers elle, ayant reculé légèrement son visage pour ne pas se prendre un coup s'il se retournait, et finit par laisser tomber, restant à côté de lui en ramenant ses jambes vers elle, cachant son visage entre ses mains. Elle se félicita une dernière fois dans sa tête d'être aussi stupide et resta immobile, ne voulant pas partir tout de suite."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mar 1 Avr - 0:24

Son esprit se ferma et plus aucune pensée ne vint le traverser. Sven était devenue une sorte de coquille vide au fond de laquelle il se trouvait certainement. Il laissa son regard flotter au loin. Il sentait que Vanille s'en voulait pour ce qu'elle avait dit. Lentement, elle s'approcha de lui comme l'aurait fait une biche. Sauf, que en l'occurence, il n'était pas un chasseur. Pourquoi aurait-elle peur de lui? Sven n'avait pas autant de sang sur les mains que les autres renégats. Il n'était guère porté sur les effusions de violence. Alors pourquoi éprouver une telle crainte à son égard?
Les questions que se posaient Sven s'éloignèrent une fois de plus de son esprit, tandis que Vanille posait presque timidement sa main sur son dos. Elle se rapprocha de lui au point où il pouvait sentir le souffle chaud de la jeune femme au creux de son oreille. Pourtant, là encore il ne bougea pas, ni ne donna aucune réponse à Vanille.
Puis, il l'entendit prononcer son prénom une fois. Deux fois. Trois fois. Les excuses de Vanille semblaient sincères. Elle s'éloigna de lui et se mura également dans un silence presque coupable. Alors, à ce moment là, le norvégien tourna la tête. Il leva la main jusqu'à la glisser sous le menton de sa compagne. Doucement, il lui releva le visage et, plongeant son regard clair dans celui de Vanille, il brisa le silence.


"Vanille...tu n'es pas comme eux."

Il écarta du bout des doigts une mèche de cheveux blonds qui barrait son visage. Haussant légèrement un sourcil, il poursuivit en indiquant brèvement de la tête le campement.

"Ils ont tous peur. Peur d'un retour à la civilisation. Peur d'eux même, des autres. Ils ont tous enivrés par leur liberté, persuadés de vivre pleinement. Vanille...je te le demande humblement, pas en tant que Sven, mais en tant qu'homme. Gardes ton humanité et ne te mures comme eux."

Un petit sourire flottant sur ses lèvres, il lâcha Vanille avant d'enrouler tendrement ses bras autour d'elle.
Il se rappelait ces dessins qu'il y avait dans certains livres. Prendre quelqu'un dans ses bras faisait toujours un bien fou. Dans tous les contes que Sven a pu lire, les bons et les justes remportaient la victoire. A la fin, tout se terminait toujours de la même. Par une magnifique esquisse où des gens s'étreignaient.
Le geste que venait de faire Sven était venu naturellement. Doucement, il posa sa tête sur l'épaule de Vanille, le visage tourné vers l'extérieur. Du bout des lèvres il murmura.

"Je ne détestes personne. Et encore moins toi."
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mar 1 Avr - 4:44

Elle restait toujours immobile, se sentant mal, sachant qu'il lui en voulait sûrement puisqu'il ne lui répondait rien. C'était obligé, maintenant, elle savait qu'elle devrait partir et retourner à sa tente d'ici peu, puisque ça ne servait à rien de rester en silence près de Sven qui ne l'appréciait plus, s'il l'avait déjà apprécié. Maintenant il était trop tard. Elle regrettait, mais peut-être ne pouvait-il pas comprendre. Pourtant, elle n'avait pas voulu dire ça pour faire mal. Peu importait, à présent. Vanille se mordit la lèvre, regardant ses genoux, se sentant mal à l'aise dans ce silence de mort. Il n'y avait pas de tension, mais une certaine mélancolie par contre planait dans l'air. Du moins, du côté de Vanille il en était ainsi. Elle ferma les yeux un instant, se cachant d'une légère brise qui venait se frotter à elle, de peur d'avoir ainsi du sable dans les yeux. Elle sentit à son grand étonnement, et surtout à sa grande panique une main qui lui relevait le menton. Elle savait d'avance qui c'était et ouvrit les yeux timidement, se retrouvant nez à nez avec le regard bleu et troublant de Sven. Elle tenta de rester impassible, mais une fois de plus son teint qui avait presque repris une couleur normale devint rouge. Ses paroles la rassurèrent, puisqu'il semblait ne pas lui en vouloir, mais son geste à son égard la rendit mal à l'aise. On ne la touchait pas ainsi, habituellement. En fait, on ne la touchait tout simplement pas. Ethan seulement avait osé par le passé lui jouer dans les cheveux. Ses parents bien sûr avaient agit de la sorte lorsqu'elle était enfant, mais le simple fait que Sven ait un contact minime avec elle la troublait. Rouge, gênée, elle restait pourtant immobile, le regardant dans les yeux comme s'il l'hypnotisait. Elle se serait enfuie en courant, s'il n'était pas si près d'elle. Parce qu'il était si près, plus près qu'elle se permettait de l'imaginer par moment qu'elle ne pouvait s'empêcher de rester près de lui.

Il reprit la parole et ce fut comme si elle buvait ses dires, ayant regardé elle aussi en direction du campement, l'immitant comme si elle tentait de comprendre ce qu'il disait, même si techniquement elle n'avait pas l'esprit aussi avancé, étant premièrement plus jeune et n'ayant jamais été instruite comme certains. L'insouciance et l'ignorance de la jeune fille transparaissaient dans le regard ébloui qu'elle présentait devait les explications qu'il donnait. Les mots sonnaient bien, et même si elle ne comprenait pas tout à fait ce qu'il tentait de lui faire comprendre, elle hocha la tête en signe qu'elle ferait comme il lui dirait. Et de toute façon, il y avait quelque chose d'autre qui avait déjà capté son attention. Sven souriait, et elle esquissa un léger sourire elle-même, tentant de le camoufler pour qu'il ne le voit pas. Il lâcha son menton, ce qui la déçu un peu durant quelques secondes, mais pas assez longtemps pour qu'elle puisse le lui faire remarquer tant le geste qui suivit la troubla et surtout manqua de lui faire oublier de respirer. C'était effrayant et tout à la fois terriblement agréable comme sensation. Elle rougit un peu plus qu'elle n'était déjà rouge, mais ne tenta pas de se détacher de l'étreinte qui s'était formée autour d'elle. Au contraire, la jeune fille sembla se loger dans ses bras, de peur qu'il ne mette fin à celle-ci ou que ce soit une mauvaise hallucination. Peut-être s'était-elle endormie, qu'elle rêvait. Lorsqu'elle entendit ses mots, ce fut encore pire. Elle se dit qu'elle allait bientôt se réveiller et devint pratiquement de la même couleur que la goutte de sang qu'avant précédemment essuyé Sven. Elle hésita un instant avant de poser sa main sur la nuque de celui-ci, avec douceur, tremblant légèrement. Vanille savait très bien qu'il essayait juste d'être gentil, qu'il n'avait probablement pas réalisé l'ampleur de ce que voulaient dire ses mots pour elle, parce qu'il ne savait rien de ce qu'elle pouvait penser... Mais elle ne pouvait pas s'empêcher non plus de penser égoïstement qu'elle avait une toute petite chance qu'il ait voulu dire pour de vrai ses paroles. C'est pour cette raison et avec en tête ce minuscule espoir qu'elle glissait sa main sous les cheveux noirs, timidement, et invitait Sven à la regarder alors qu'elle-même était gênée de ce qu'elle faisait. Son regard croisa finalement celui du renégat, et elle l'invita à lever la tête pour lui parler. Elle esquissa un léger sourire, discret, timide, avant de se décider à enfin prendre la parole, son regard toujours plongé dans le bleu fascinant de celui de Sven.


"J'ai eu peur que tu me détestes...Je veux pas ça. Je t'aime bien, moi. Et même si les autres trouvent que tu es un peu bizarre, moi ça ne me dérange pas, j'aime bien ça aussi."

Elle continuait de sourire, espérant ne pas l'avoir vexé par ses paroles par contre elle arrêta et se mordit la lèvre inférieure. Elle appuya sa tête contre Sven, de peur qu'il ne la repousse et ne se fâche lui prit ensuite la main. Enfant, elle s'accrochait aussi déséspérément à son père ou sa mère lorsqu'elle pensait avoir fait quoi que ce soit de mal. L'attitude lui était restée et elle leva simplement les yeux, ne réalisant pas vraiment qu'elle devait être parfaitement ridicule de par son attitude. Elle aurait simplement dû se taire et ne pas bouger. C'était nettement mieux, mais elle n'avait pas pu s'empêcher de parler et de lui dire ce qu'elle pensait. Bien sûr, elle aurait pu faire pire, mais c'était tout de même un grand pas pour elle que de ne pas rester paralysée devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Dim 6 Avr - 16:32

Les mains posées à plat sur le dos de Vanille, Sven se laissait envahir par ces sensations étranges qu'il n'avait pas l'habitude de ressentir. C'était doux comme contact. Agréable et bon, tout simplement. Il avait l'impression que son coeur se gonflait à chaque inspiration, qu'il était près d'éclater sous sa poitrine. La peau de Vanille exhalait une odeur sucrée qui envahissait ses narines. Il aurait pu rester ainsi des heures, tenant uniquement la jeune femme contre lui, semblant s'accrocher à elle comme un noyé à une bouée de sauvetage. Plus rien n'avait de réelle importance à ce moment là, Sven se trouvait dans une bulle imperméable aux autres personnes. N'existaient plus que lui et elle serrés l'un contre l'autre pour une chaste étreinte qui pouvait à la fois dire beaucoup de choses et rester parfaitement muette.
Sven sentit Vanille bouger légèrement mais il ne desserra pas son étreinte pour autant. Elle glissa ses mains le long de son dos jusqu'à aller s'enfouir dans ses cheveux sur sa nuque. A ce contact aussi léger, hésitant qu'un battement d'ailes de papillon, le renégat frémit brièvement. Vanille tremblait également, cela ne devait pas être dû au froid puisque la soirée avait simplement une fraîcheur relative. Il était bien incapable de deviner que la jeune femme était troublée par cet échange. Troublée de façon bien particulière. L'amour a toujours été un grand inconnu pour Sven. Ses parents ne se montraient jamais démonstratifs et les autres personnes qui avaient jalonnées sa vie et s'étaient montrées gentilles avec lui n'avaient agi que pour le duper ou mieux le manipuler. Le norvégien n'avait jamais été "aimé" à proprement parler.
Doucement, Vanille se détacha de lui et il la laissa partir presqu'à regrets. Plongeant son regard dans le sien, elle ouvrit la bouche pour parler. Leurs visages étaient plutôt proches. Plus proches qu'ils ne l'avaient jamais été. Prunelles bleues incendiaires contre regard timide et gêné. L'ébène des cheveux de Sven allant chatouiller l'or de celui de la jeune femme. Lorsqu'elle parla, le sourire du renégat se fit plus angélique que jamais.
Lui non plus ne voulait pas la détester. Il aurait été bien incapable d'un tel sentiment de toute façon. Mais éprouver une forme d'animosité envers elle était presqu'impossible. Dès les premières secondes où son regard s'était posé sur elle, Sven avait eu l'impression que la jeune femme était auréolée de lumière. Un ange. Il savait que beaucoup de personnes chercherait à ternir cette intense lueur qui semblait émaner d'elle. Des gens ne désirait qu'une chose, en faire une créature aussi sombre, noire et maléfique qu'eux. Et ils pourraient bien réussir. Sven devait la protéger, la préserver de la méchanceté des autres.


"Je ne crois pas qu'on m'ai dit une chose aussi gentille à propos de mon côté bizarre."

Calmement, Sven leva les mains et prit le minois de Vanille entre ces dernières. Il rapprocha son visage de celui de la jeune fille distinguant alors les paillettes d'or liquide dans ses iris, ses longs cils, son regard fuyant, le rose des joues. Détournant la tête au dernier moment, le renégat posa simplement ses lèvres sur la joue à la peau veloutée de sa compagne. Un baiser d'enfant. Doux et tendre. Il prit une profonde inspiration avant de rompre ce chaste contact. En un souffle, il lui murmura à l'oreille d'une petite voix.

"Merci..."

Sven s'éloigna de Vanille, s'installant à ses côtés et non plus face à elle. Attrappant du bout des doigts la couverture qui dépassait de sa tente, il tira dessus et la passa sur leurs épaules. Glissant sa main sur la nuque de la jeune femme et l'attirant doucement contre lui, il leva les yeux vers l'horizon qui se teintait lentement d'orangé. Le soleil semblait sur le point de se lever. Une nouvelle journée allait commencer, avec son lot quotidien de surprises. Bonnes ou mauvaises. Mais à cet instant précis, Sven s'en fichait un peu. Peu à peu, la vie allait reprendre dans le campement, mais la nuit tardait à quitter le ciel. Ce moment leur appartenait et le renégat avait presque l'impression que la nature retardait cette aube.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Dim 6 Avr - 22:29

Elle resta un moment tout près de lui, ne bougeant pas, ne se souciant de rien d'autre que du léger trouble qu'elle ressentait mais qui était pourtant agréable à ressentir. Elle ne s'était jamais permise d'aller aussi loin, d'approcher Sven d'aussi près, d'agir de cette façon-là avec qui que ce soit. Surtout pas avec des pensées qu'elle trouvait égoïstes comme celles qu'elle ressentait à ce moment-là. Vanille voulait rester près de lui parce qu'elle avait envie de savoir qu'il était là, parce qu'elle se sentait malgré son malaise évident terriblement à sa place. Autant elle aurait eu envie de partir plus tôt, autant maintenant elle aurait supplié pour rester ainsi, près de lui pour une éternité. Elle avait eu pendant un moment peur qu'il ne se moque d'elle pour ses mots qu'elle qualifiait de stupides, mais il ne semblait pas en être amusé. Au contraire, le sourire du renégat la rassura, elle savait qu'elle n'avait pas une fois de plus agit comme une idiote. Même que lorsqu'il lui répondit, elle rougit légèrement à nouveau, fuyant son regard en esquissant un léger sourire. Un sourire d'enfant, qu'elle n'esquissait que très rarement lorsqu'elle était toute seule. Et là encore, les larmes étaient plus fréquentes que les sourires, pour Vanille. Il pouvait donc très bien se compter privilégié d'avoir assisté à un de ses rares moments de joie. Et il ne se doutait même pas qu'il était à la fois la raison de son bonheur et de son malheur. La jeune fille faisait bien attention évidemment pour garder son secret, même si elle n'était pas la meilleure gardienne au monde, faisant fréquemment des erreurs idiotes comme se cacher entre les tentes pour l'épier. Mais ça, c'était du passé. Il y avait un petit moment où elle ne l'avait pas fait, puisqu'il finissait toujours par la trouver, où elle tombait sur un renégat et elle devait s'expliquer.
Les nombreuses pensées qui lui venaient en tête furent interrompues par les mains de Sven sur son visage. Il avait les mains légèrement rêches, mais la jeune fille s'en moquait bien, le regardant dans les yeux tout en fuyant son regard à chaque seconde de trop. Elle se sentait rapprochée de lui et ses mains devinrent moites. Elle se sentait maintenant observée, sentant son souffle tout près de sa peau. Des questions se mirent à défiler dans son esprit, la jeune fille se demandait maintenant ce qui se passerait ensuite. Est-ce qu'il allait l'embrasser? Quand elle était petite, elle rougissait toujours durant les films de cinéma. Elle se sentait intruse dans de telles scènes et fermait souvent les yeux parce qu'elle croyait que les personnages savaient qu'elle les regardait, sinon.

Elle sentit finalement qu'il déviait son visage vers sa joue et lorsqu'elle sentit le contact des lèvres contre sa peau, il lui sembla qu'elle allait s'évanouir sous le contact. Elle n'avait jamais ressenti ce genre de choses, et même si c'était parfaitement chaste, parfaitement pur et enfantin, la jeune fille se sentit privilégiée, importante. C'était comme si soudainement, tout s'était éclairé, tout avait changé. Elle s'était longtemps retrouvée devant Sven, en était venue à le représenter comme un coffre au trésor qui ne s'ouvrirait jamais et par le simple contact de ses lèvres contre sa joue, elle croyait qu'elle venait de saisir la clé. Ce qui paraissait si simple pour tant de gens lui apparaissait comme une montagne, et soudainement il n'y avait plus de montagne. Elle frissonna lorsqu'il la remercia au creux de son oreille et sourit, heureuse et à la fois triste car il s'éloigna d'elle à ce moment-là. Pourtant, elle ne songea pas à le retenir, et le laissa se diriger vers la tente, ce qui l'effraya, mais elle réalisa qu'il venait simplement s'assoir à ses côtés. Elle l'observa prendre la couverture de sa tente et frissonna lorsqu'il la glissa sur ses épaules en la rapprochant de lui. Il avait posé sa main sur sa nuque et Vanille observa son visage, définissant chaque trait qu'elle avait déjà de maintes fois contemplé sans jamais oser espérer être aussi près de lui qu'à ce moment-là, appuyée contre lui. Elle poussa un soupir de contentement et ferma les yeux, se demandant un instant si elle ne rêvait pas. Elle savait que le soleil allait bientôt se lever et entendit des gens remuer dans les tentes aux alentours. C'était signe que d'ici quelques minutes, les gens allaient apparaître en dehors et s'ils la voyaient avec Sven, ça ferait jaser. Et si les gens jasaient...Elle frissonna, imaginant tout de suite qui que ce soit la réprimander. Elle baissa les yeux et se serra un peu plus contre le renégat, tentant d'attirer son attention vers elle. Elle le regarda et hésita avant de prendre la parole, parlant tout bas.


"Sven...Est-ce que je peux te dire quelque chose?"

Elle n'attendit pas sa réponse, sachant que si elle attendait ce serait encore pire parce qu'elle manquerait de temps et on la surprendrait, et en plus elle risquait de perdre sa petite dose de courage qui était venue miraculeusement grâce à lui. Pourquoi était-ce si difficile pour elle, alors qu'Ethan lui avait de nombreuses fois répété que c'était facile? Elle approcha son visage du sien, tremblante et intimidée, et balbutia avec maladresse ses mots du fait qu'il était impossible de comprendre ce qu'elle venait de dire. Après plusieurs tentatives infructueuses à quelques centimètres de son visage où ses paroles étaient une rivière de mots sans sens, elle recula légèrement, rouge, gênée, humiliée. Elle avait l'habitude de l'être, l'habitude aussi de paraître ridicule quand elle tentait de l'approcher. La clé du coffre semblait lui glisser des mains, il fallait trouver un moyen de lui faire comprendre ce qu'elle voulait lui dire. Elle regardait Sven dans les yeux et avait pris entre ses doigts une mèche qu'elle tirait nerveusement, comme à son habitude, et elle entendit quelqu'un parler plus loin. De peur que ce soit Marshall, la jeune fille rapprocha son visage de celui du renégat et l'embrassa furtivement sur les lèvres, de crainte d'être vue ou qu'il ne la repousse. Elle resta ensuite immobile devant son visage, à quelques centimètres de sa bouche et le minuscule "je t'aime" qu'elle lui lança se perdit probablement dans la nature. Silencieuse, elle ne bougeait plus, son regard plongé dans celui de Sven cherchant le verdict final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Ven 11 Avr - 4:15

Un court moment d'abandon. Une véritable tranche d'humanité où les masques tombaient. Sven n'avait pas besoin de jouer un rôle ou de lier sa langue parce que ses propos étaient fréquemment mal perçus, incompris. Il était simplement lui-même. Un pauvre junkie qui trouvait un peu d'apaisement avant sa proche crise de manque qui se soldera, une fois n'est pas coutume, par un niveau fix qui l'emmènera dans ces contrées oniriques aussi terrifiantes que rassurantes. Avec Vanille serrée de cette façon, il avait l'impression de revêtir une certaine importance. On dit communément que l'on vit à travers le regard d'autrui. Sven voulait exister pour et par les autres. Il ne sera pas une personne en vue, populaire ou célèbre. A sa petite échelle, il essayait d'imprimer sa marque en chaque personne qui croisait son chemin. Et cette marque consistait simplement à avoir un peu plus confiance en l'être humain, en soi, en ses sentiments. Ne plus avoir d'être ce que l'on est. Ne plus mentir, ne plus jouer. Etre vrai tout bêtement.
Vanille frissonna, mais il était là pour la réchauffer. Il sentait qu'elle s'agitait doucement contre lui. Elle n'aimait peut-être pas ce contact rapproché. Loup, une renégate, n'était pas du genre tactile et Sven avait eu l'occasion de discuter avec cette dernière. Toujours sur la défensive. Il s'écarta de Vanille, lui laissant une grande partie de la couverture qu'il avait sortie. Il tourna la tête et baissa le regard sur le visage de la jeune femme. Ses lèvres se crispèrent, comme si elle prenait sur elle pour parler. Il hausa les sourcils, s'apprêtant à lui répondre.
Elle approcha son visage du sien, les yeux brillants, visiblement plus que stressée. Les secondes s'envolèrent et Sven oublia ce qu'il allait lui répondre. Perdu dans ce regard clair qui avait envie de dire tant de choses et qui restait muet. Vanille s'éloigna de lui une fois de plus. Trois pas en avant, deux en arrière. Le norvégien repensa à ces petits animaux frêles et fragiles qui s'approchent précausionneusement des hommes. Ils s'avancet toujours à pas mesurés pour mieux reculer et se mettre hors de portée au cas où on lui ferait du mal. Vanille avait attrappé une de ses boucles blondes et la malmenait comme elle avait l'habitude de faire lorsqu'elle était mal à l'aise (c'est à dire fréquemment en présence de Sven) Il secoua légèrement la tête, l'encourageant par ce geste à oser.

Un éclat de voix se fit entendre près de sa tente. Coulant un regard sur le côté, Sven distingua une haute silhouette mais fut incapable de l'identifier. De toutes façons, en voyant la suite des événements qui aurait pu se concentrer sur quelque chose? Vanille se rapprocha une fois de plus. Plus près. Encore plus près que d'ordinaire et posa rapidement ses lèvres sur celles de Sven. Instinctivement, il eut un léger recul, la regardant à la fois sidéré et paniqué. Levant sa main, il effleura ses propres lèvres du bout de l'index. C'était doux...
Mélange brut de sensations. Euphorie. Peur incontrôlable. Le rythme de sa respiration s'accéléra sensiblement. Son estomac semblait se tortiller sous la peau de son ventre. Son coeur menaçait de sortir de sa poitrine pour pulser comme un furieux entre lui et Vanille. Incapable de réagir, les yeux rivés à ceux de la jeune femme, les derniers mots qu'elle prononça flottèrent un instant entre leurs deux visages.
Je t'aime...elle ne bougeait plus, semblant attendre une réponse que Sven ne trouvait pas.
Qu'éprouvait-il? Il l'aimait bien c'était certain. Mais était-ce cet amour dont parlaient tant d'histoires? Etait-ce cette force capable de renverser des montagnes? D'une voix calme et sereine, il lui répondit enfin.


"C'est plutôt...inattendu, Vanille. Je ne sais pas quoi te répondre. J'aimerais sincèrement te répondre la même chose, malheureusement..." Il lui prit doucement le poignet, éloignant la main de la jeune femme de sa mèche de cheveux. "Je ne crois pas t'aimer pour l'instant autant que tu ne m'aimes. Mais cela ne signifie pas que tu n'as aucune importance pour moi. Bien au contraire." Lâchant le poignet de la blondinette, il lui prit le visage entre ses mains, plongeant son regard opalescent dans le sien. "Aimes toi d'abord...ensuite tu pourras aimer autrui."

Sven esquissa un mélancolique demi sourire avant de lâcher le visage de Vanille en effleurant sa joue veloutée. Il savait qu'il risquait de la perdre en disant cela. Que la jeune femme pourrait aisément se tourner vers certains renégats aux idées beaucoup moins nobles que lui. Il ne voulait pas l'abuser en lui faisant miroiter quelque chose qu'il ne pouvait pas lui offrir. Il baissa la tête, rompant ainsi d'une certaine façon le contact qu'il avait avec elle. C'était à son tour d'être gêné. De craindre pour le futur de leur "amitié". Les mains jointes, nouant ses doigts entre eux et les dénouant à la façon d'un gamin qui se sent coupable, il lui demanda d'une petite voix éteinte.

"Maintenant c'ets à mon tour de craindre d'être détesté par toi. Comme c'est ironique..."
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Ven 11 Avr - 5:36

Dès qu'elle sentit le silence s'installer, elle devina qu'elle avait fait une erreur. Ses paroles étaient de trop, son geste aussi. Elle aurait dû ne jamais dire quoi que ce soit. Elle le regardait simplement, regrettant, et espérait pouvoir se cacher de lui, ce qu'elle ne pouvait pas faire dans la position où elle était. Comment avait-elle pu être aussi stupide et s'imaginer qu'elle avait la moindre petite chance que ses sentiments soient réciproques, après tout elle était niaise et un fardeau partout où elle passait. Qu'est-ce qu'elle attendait à observer le visage de Sven, en quête d'un miracle qui n'arriverait pas? Lorsqu'il se mit à parler, elle baissa les yeux, devinant la suite des mots en avance, manquant de le repousser et de s'en aller en courant. Elle aurait dû y réfléchir, de toute façon il n'y avait que dans les films où tout finissait bien. Et là encore, c'était tout relatif. Elle tentait de ne pas laisser entrevoir ses émotions, comme Ethan le lui avait longtemps conseillé par le passé, et il lui fallu presque toute sa concentration pour ne pas partir maintenant vers sa propre tente, ou même ailleurs pourquoi pas. De toute façon, personne n'irait la chercher si elle s'en allait. Vanille frissonna de peur, écoutant à moitié le verdict final, triste. Elle ne lui en voulait pourtant pas, sachant que ce n'était pas sa faute à lui. Ce genre de choses ne se commandaient pas, elle l'avait compris au travers le temps. Elle tira légèrement sur son poignet alors qu'il le lui prenait, sans être brusque, voulant simplement éviter un contact avec lui. Il lui lâcha par contre uniquement la main lorsqu'il eut terminé de parler. Elle eut l'impression d'avoir arrêté de respirer durant un instant et la première chose qu'elle sût, il avait ses mains sur son visage et la regardait dans les yeux. Le picotement au niveau de ceux-ci lui fit deviner qu'elle devait détourner le regard avant de se dévoiler encore et de pleurer. Il n'avait pas besoin d'en ajouter, elle se sentait déjà assez mal comme ça.

Vanille ferma les yeux alors qu'il lui caressait la joue, une larme roulant sur celle-ci malgré qu'elle tentait de les refouler. Elle ne vit pas Sven sourire, et c'était autant mieux ainsi. Ses paroles avaient suffit à lui couper l'envie de discuter, et il lui tardait de partir à présent, sachant qu'elle n'avait plus rien à faire ici. Elle s'était ridiculisée devant lui et avait simplement appris qu'elle n'aurait pas sa chance. La petite blonde le sentit finalement s'éloigner un peu d'elle et après un long moment de silence, il reprit la parole. Vanille leva les yeux qu'elle avait baissé et le regarda, souriant tristement. S'il pouvait simplement s'imaginer comme elle ne le détestait pas. En fait, elle refoulerait simplement, comme tout le reste. Il n'avait pas à se sentir coupable. Elle n'osa pas lui prendre la main pour lui parler, alors elle prit une mèche de cheveux et se mit à l'entortiller autour de son index, regardant devant elle. D'une toute petite voix, elle prit la parole.


"C'est pas ta faute, tu sais. J'ai l'habitude, je vais très bien, c'est pas grave..."

Elle avait bafouillé ses mots, en fait elle tentait de se convaincre elle-même que tout allait bien. En général, elle faisait toujours ça, mais aujourd'hui, ça semblait difficile. Dûr à accepter et à simuler. Elle ne le détestait pas, elle était juste triste. Après tout, elle ne pouvait pas être joyeuse dans de pareils cas. Elle baissa les yeux à nouveau sur le sol, et se mit à réfléchir. "Aimes toi toi-même". C'était curieux. Elle ne pouvait pas s'imaginer s'aimer elle-même, puisqu'on lui avait trop souvent répété qu'elle n'en valait pas la peine. Et d'ailleurs, comment pouvait-il prétendre savoir qu'elle ne s'aimait pas? Elle faisait attention à se tenir à l'écart pour éviter des commentaires sur sa présence, depuis qu'Ethan était parti surtout elle s'isolait, mais elle ne voyait pas comment on pouvait remarquer qu'elle ne s'appréciait pas. C'était un comportement plutôt normal, pour elle. Rares étaient ceux qui l'avaient appréciée; ils étaient tous partis. Après de longues minutes de réflexion, elle murmura, de peur qu'on l'entende, presque de peur que lui-même l'entende, une question qui le tracassait.

"Comment tu peux savoir si je m'aime ou pas?"

Elle réalisa la stupidité de sa question et se glissa hors de la couverture, se recouvrant du capuchon de son pull. Elle poussa un long soupir avant de marmonner dans le tissu, de façon à ce que l'on entende rien:

"Laisse tomber."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mar 22 Avr - 17:02

Sven avait essayé d'être égal à lui même dans cette triste réplique. Gentil. Doux. Mais le cas de figure était on ne peut plus délicat. Et pour tout dire...il n'avait jamais été confronté à ce genre de chose. Il a toujours été celui qui avait besoin des autres, un total dépendant incapable véritablement se prendre en main. Certes, il y avait eu des filles autour de lui mais, il avait rarement eu de petite amie. Et encore moisn de petite amie qui lui voulait foncièrement du bien comme Vanille. C'était inédit. Inattendu.
La déception et la tristesse voilée de la jeune femme le secoua aussi sûrement qu'un coup de poing ou qu'une gifle retentissante et piquante. Il ne voulait blesser personne. Il ne voulait pas être la cause de souffrance pour qui que ce soit. Sven n'avait jamais éconduit qui que ce soit. Et oui, il existait toujours des êtres humains comme lui. Et sa présence au sein des renégats n'en était que plus étrange. Il n'était ni manipulateur, ni hypocrite. Lorsqu'il sentit une larme rouler sur la joue de Vanille, lorsqu'il sentit cette marque de peine venir mourir entre sa peau et celle de la jeune femme, il eut l'impression (désagréable et inquiétante) que quelque chose venait de se briser. En voulant l'aider à se relever, à ne plus se mésestimer, en essayant de guider ceux qui pouvaient entendre ses paroles, il avait provoqué un désastre. C'est ainsi qu'il ressentait la chose. Ses mots, choisis avec soin, n'avaient pas eu l'effet escompté. Et après tout, à quoi s'était-il attendu? A ce qu'elle le remercie? A ce qu'elle s'en fiche? Il avait toujours lu dans les contes qu'il chérissait que l'amour était la plus belle chose au londe. Ce serait-il trompé? Il déglutit péniblement, l'âme à l'agonie et le coeur déchiré.
"J'ai l'habitude" lui avait-elle répondu. Sven était-il devenu ce qu'il combattait de toute la force de son innocence? Pourquoi cette puissance supérieure qui le guidait par d'infimes signes ne se montrait-elle pas? Ne lui montrait pas la route à suivre? La gorge nouée et douloureuse, il murmura du bout des lèvres et d'une voix rendue plus rauque par ces larmes qui lui piquaient les yeux.


"Vanille...je suis désolé de ne pouvoir répondre à tes sentiments à l'heure actuelle. Je ne vais pas très bien moi même. Comment pourrais je t'apporter quoique ce soit?" Il leva aussitôt un index qui réclamait aucune réponse pour le moment. "Je t'entraînerais à coup sûr dans ces abysses où je plonge avec encore trop de plaisir pour m'en détacher. Je prône le libre arbitre et suis moi même esclave." Une rafale de vent emmêla ses cheveux. "Comment je sais que tu ne t'aimes pas? Parce que je ne m'aime guère moi même et que nous avons un comportemen presque identique. Nous nous confortons presque dans notre douleur, comme si elle prouvait que nous sommes encore vivants."

Sven se rapprocha de Vanille, la forçant à le regarder en face. Il ne voulait pas qu'elle s'enfuit comme un faon effrayé. Il ne voulait pas qu'elle se renferme. Le simple fait de s'entortiller une mèche de cheveux autour de son doigt était un signe on ne peut plus éloquent. Un renégat passa devant eux, il ne lui accorda aucun regard. En cet instant, il se foutait bien de leur avis. Que cette silhouette anonyme qui se détachait sur une aurore rouge sang aille raconter ce qu'elle voulait.

"Je ne te laisserais jamais tomber, et chaque mot que tu prononces a une importance. Construisons nous seul pour le moment en sachant que l'on peut compter l'un sur l'autre. Lorsque cela sera fait, on pourra chacun penser à un avenir. Dans l'immédiat, ce dernier ne nous fera plus de mal que de bien."
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 23 Avr - 2:49

Elle tremblottait, des sanglots silencieux s'étaient emparés d'elle alors que le silence s'était à nouveau immiscé entre eux. Elle n'avait plus rien à faire, elle ferait mieux de quitter. Une voix à l'intérieur d'elle-même semblait crier à Vanille de s'en aller très loin, parce qu'elle était ridicule et qu'elle n'avait pas à faire subir sa présence plus longtemps, mais une autre partie d'elle-même voulait rester. Elle voulait savoir ce que pourrait répondre Sven à sa question, s'il y avait une réponse. Pourtant, elle était presque certaine qu'il lui répondrait, elle ne savait comment et pourquoi, mais elle savait qu'il prendrait la parole et qu'il lui dirait toutes ces choses belles et intelligentes qu'elle ne comprenait pas toujours mais qui ne quittaient pas son esprit tant il arrivait à la fasciner avec ses histoires. Même si elles n'étaient pas contées à elle, il lui arrivait d'écouter. Malheureusement, ce soir, ce n'était pas des histoires ou des paroles belles et intelligentes qui sortaient de sa bouche, mais bel et bien des coups qui faisaient mal à la jeune fille. Chaque mot était de trop. Et il ne semblait d'ailleurs pas apprécier les prononcer, puisque Vanille pouvait sentir que son ton de voix n'était pas habituel et qu'il semblait retenir quelque chose, probablement des larmes ou d'autres paroles, elle ne savait d'abord pas. Ses yeux s'assombrirent lorsqu'il se mit à parler réellement et la jeune fille tenta de ne pas l'écouter, chose qui paraissait impossible et qui bien évidemment l'était.

Pourquoi s'excusait-il? Savait-il seulement qu'il était le dernier qui avait à s'excuser dans cette histoire? Que tout était de sa faute à elle, puisqu'elle avait osé se mettre en tête qu'elle avait la moindre chance d'être aimée en retour? Elle voulu lui dire que ce n'était pas grave, à nouveau, mais lorsqu'il lui dit qu'il n'allait pas très bien Vanille se sentit mal. Peut-être était-ce sa faute à elle? Elle voulait se faire pardonner, à présent, et voulu lui répondre tout de suite, lui dire que ce n'était pas sa faute à lui, qu'il avait le droit de ne pas l'aimer, qu'elle le comprenait, même, de ne pas l'aimer. Il lui parla de l'entraîner dans des abysses. Quelles abysses? De quoi parlait-il? Elle n'en avait pas la moindre idée, même si bien sûr elle savait que Sven se droguait, même si elle ne comprenait pas toujours ce qu'il faisait et avait même parfois un peu peur de le surprendre en train d'y vaquer. Il disait qu'il ne voulait pas l'entraîner dans ces abysses. Si seulement il savait à quel point elle était prête à n'importe quoi pour lui. Quitte à l'oublier, même, mais elle aurait tout de même préféré de l'amour, mais elle devrait faire son deuil. Elle le regardait à présent, l'air de le supplier d'arrêter de parler, et lorsqu'il poursuivit sur le fait qu'elle ne s'aimait pas, elle sembla se déchirer en plusieurs petits morceaux puisqu'il prétendait être comme elle. Ses cheveux furent bercés par le vent et elle eut l'irrésistible envie d'aller glisser ses doigts dans ceux-ci, mais elle chassa l'idée furtive pour entendre les derniers mots de Sven, du moins les derniers pour le moment, puisqu'il semblait vouloir se rapprocher d'elle. Et même si elle voulait qu'il soit plus près, elle eut le réflexe de reculer légèrement. C'était pour son propre bien surtout, pas pour ses envies, et de toute façon le renégat sembla se rapprocher d'elle. Elle ne résista pas et resta face à lui, même si son regard eut l'effet de la faire rougir. D'embarras et de honte, surtout, mais elle ne pouvait rester près de lui sans rougir déjà au naturel. Elle ferma les yeux un instant, mais pas assez longtemps pour rater la venue du renégat. Qui était-il? Elle ne le savait pas. Il lui rappellait quelqu'un, mais elle n'en était pas certaine. Pourtant, la simple idée qu'un renégat l'ait surprise dehors avec Sven alors que tout le monde dormait lui fit peur. Vanille eut soudainement peur d'être punie, alors elle se mordilla la lèvre inférieure et reprit sa mèche en main alors que Sven ne se remette à parler. Ses mots lui firent l'effet d'un coup, et soudainement, elle n'était plus la petite fille faible. Changement de situation, elle reconnaissait trop bien les mots qu'il lui disait.
On les lui avait répété trop souvent déjà dans le passé.

Elle avait rencontré des gens qui lui avaient dit qu'ils la prendraient sous leur aile. Chacun était parti. Mort ou simplement las d'avoir une enfant sur le dos. D'autres plus proches, comme ses parents, avaient promis que la maladie guérirait. Le virus les avait pourtant emporté. Ethan, lui, n'avait même pas promis. Probablement qu'il savait d'avance qu'il finirait par partir. Les gens pensent toujours trop peu. Le simple fait que Sven ait lui aussi promis ne fit que la faire enrager. Elle jeta un regard noir au renégat, mais resta immobile. Elle n'avait pas terminé avec lui, et c'est hors de son contrôle qu'elle ne fut pas capable de sortir les mots de sa bouche mais elle tenta de faire comprendre ce qu'elle voulait dire avec dans son expression qui se voulait dûre, une tristesse absolue. Elle aurait préféré le silence. Il n'était pas trop tard pour partir, mais elle ne voulait pas. Elle voulait en profiter, sans doute ne le reverrait-elle pas par la suite de crainte de le rencontrer. Ses paroles auraient pu la faire réfléchir, mais elles ne firent que rendre la jeune femme furieuse. Pourquoi se donnait-il la peine de promettre des choses qu'il ne réussirait pas à tenir? Il l'abandonnerait. Tout le monde l'abandonnait, après tout. Elle devait probablement être de très mauvaise compagnie, ou tout simplement qu'il y avait toujours mieux. Sven était naïf s'il croyait vraiment à ses paroles, naïf de croire qu'il pourrait ne pas l'abandonner et naïf de penser qu'il y avait un avenir. En toute autre situation, elle aurait été séduite par cette idée et même qu'elle y aurait probablement cru, parce qu'il disait ainsi. Mais aujourd'hui, parce qu'il lui faisait une promesse non-tenue d'avance, il était impossible de croire.


"Tu n'as pas la moindre idée de ce que tu avances, Sven. Pas la moindre idée de ce que tu peux promettre là.Elle déglutit et reprit son souffle, regardant le renégat avec tristesse et résignement. Tu vas voir, tu vas finir par me laisser tomber toi aussi. Tu n'as pas non plus besoin de me persuader que c'est pour mon bien que tu ne m'aimes pas, on me ment bien assez comme ça. Tu sais, je suis pas aussi stupide qu'on le dit. Je peux comprendre, tu n'as pas besoin de t'expliquer. Je ne veux simplement pas de faux espoirs.

Sa dernière phrase fut prononcée en un seul souffle, et elle s'éloigna légèrement encore, reculant un peu plus loin dans le sable. Elle se sentait coupable, mais au moins elle avait été franche. Peut-être qu'il le prendrait mal, même que c'était presque une évidence. Pourtant, elle était au courant que les choses devaient se faire, de peur qu'il se décide à en rajouter et à lui faire des promesses qu'il ne serait pas capable de tenir. Elle eut tout de même peur de le vexer et d'une voix assez forte mais secouée de petits sanglots nerveux, elle lui dit, le regardant avec espoir :

"Ne le prends pas mal, s'il te plaît."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 23 Avr - 14:28

Sven qui était réputé pour parler de façon sybilline et généralement monosyllabique avait été pris d'une frénésie orale. Il avait débité ces paroles en désespoir de cause. Cela lui coûtait beaucoup, car dans un certain sens, il se mettait carrément à nu. Il n'avait jamais exprimé ses doutes, ses angoisses aussi clairement qu'en cette morne matinée sanglante. Avec cette lucidité qui le caractérisait, il avait étalé la façon dont il se concevait. Il savait qu'il était quelqu'un de faible, il savait qu'il avait trop besoin des autres pour pouvoir prendre son envol seul. En vérité, il était très loin de s'apprécier. Certains soirs, il revivait certains moments de la journée et bien souvent il avait envie de se gifler lui même violemment pour qu'il se seocue un peu, se libère de ses chaînes. Qu'elles soient incarnées dans une poudre blanche, une seringue ou même dans un homme aux cheveux et au regard sombre qui se nommait Marshall. Il avait toujours cru que Vanille serait l'une des personnes qu'il parviendrait à sauver et que par cette occasion, elle le sauverait également. Visiblement, il s'était fourvoyé. Elle pensait qu'il était comme les autres. Une personne sans moralité. Un être qui était incapable de tenir sa parole. Un traître. Un beau parleur et rien de plus.
Les sourcils froncés, il écouta la jeune femme et peu à peu, une étrange colère commença à envahir son corps. Ses épaules s'affaissèrent, ses poings se serrèrent. Il se mordit violemment l'intérieur de la joue. Même si l'attitude de Vanille restait attendrissante, un mélange de tristesse et de rage, il n'avait plus envie de la ménager. S'il devait se montrer aussi sec et abrupt qu'elle, autant y aller franchement. Il la laissa finir. Attendant patiemment. Ne perdant pas une miette des paroles qu'elle prononçait. Se redressant, il perdit l'attitude soumise qu'il arborait généralement. Dos voûté, tête basse, regard fuyant. Un léger tremblement secoua ses lèvres. Sa voix avait perdu cette fragilité qui le caractérisait. L'intonation n'était plus celle de l'agneau.

"Fort bien. Si tu crois sincèrement que je suis comme tous ceux qui t'ont meurtri, blessé, abusé, restes avec ces illusions. Car c'est bien ce dont il s'agit. Des illusions. M'as tu une seule fois entendu proférer un mensonge? Rien qu'une seule...je ne crois pas. La seule chose qui peut briser une de mes promesses c'est la mort. Et je n'ai pas prévu de crever avant quelques années." Sven soupira bruyamment. De colère? De dépit? "Te donner des faux espoirs? J'en ai assez souffert par le passé pour ne pas ingliger à autrui ce que je ne veux pas que l'on m'inflige." Il pencha légèrement la tête sur le côté, un rideau de cheveux sombres masquant la moitié de son visage tandis que l'autre était éclairée par la lueur rouge sang du soleil naissant. "J'aurais pu te dire "oui Vanille. Formons un couple.", j'aurais pu te donner ce que tu voulais ici et maintenant et les choses auraient certainement mal tourné. J'aurais pu faire semblant d'éprouver la même chose que toi et agir comme le fait beaucoup de personnes, jouer un rôle, porter un masque, te mentir. Mais je ne l'ai pas fait. Je ne suis pas celui qui abuse ici. Alors si tu veux me juger pour ma prévoyance, fais le. Mais ne me colles pas une étiquette sur le front qui ne me correspond pas." Rageusement, il écarta ces mèches qui lui chatouillaient les cils. "Alors oui. Je prends très mal ce que tu viens de dire. Oui, je suis en colère. Mais bizarrement, pas contre toi, mais contre ce manque de confiance dont tu fais preuve à mon égard et cette si piètre image que tu as des êtres humains. Certains sont des cons finis, j'en sais quelque chose, mais d'autres ne te veulent pas nécessairement du mal ou se jouer de toi."

Le renégat poussa un profond soupir. Une tirade comme il en fait rarement. Il avait l'impression d'être lessivé. D'ordinaire, il pouvait prévoir la suite de ce genre de discussion, mais là, il se trouvait dans un brouillard épais et cotonneux. Serrant les dents, un muscle palpitant sous la peau de sa joue creusée, il détourna le regard pour fixer un point invisible parmi le sable.
Non. Il n'en voulait pas à Vanille. Non, il n'allait pas la rejetter. Loin de là. Il avait certainement envie plus que jamais de lui montrer que l'on pouvait trouver du bon dans chaque personne. L'abandonner? La lâcher? Cela ne lui était même venu à l'esprit. Il croyait qu'elle aurait compris que ses paroles n'étaient pas un refus, mais bel et bien une acceptation. Mais cette dernière était réfléchie. On ne pouvait construire quelque chose de solide sur des bases sapées par le passé ou sur un sol spongieux. Et le coeur, l'âme de Sven était ainsi. Plein de rêves brisés, peuplé de fantômes qui le hantaient certaines nuits propices à leur apparition, rempli de blessures et de plaies qui se refermaient avec une lenteur horripilante.
Sven avait envie de s'excuser pour son emportement, et tandis que le rouge de la rage qui avait envahit ses joues pâles s'estompait peu à peu, il se ravisa. S'excuser...pourquoi l'aurait-il fait? Il n'avait fait qu'exprimer son point de vue. Si cela blessait la jeune femme et bien, elle s'en trouverait que plus aguerrie et dans ce cas là, il aura réussi quelque chose. Si au contraire, cela l'abattait et bien il reviendrait la soutenir, comme il l'a toujours fait. L'envie et le désir d'un fix pour se détendre prit possession de ses sens avec une rapidité fulgurante. Il avait soudain les mains tremblantes et l'hideuse sensation que sa paupière palpitait. Il réfréna cette envie, la refoulant le plus loin possible avec une force qu'il s'ignorait.
Plus tard...bien plus tard...lorsqu'elle sera partie, il s'accordera ce petit moment d'abandon.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Jeu 24 Avr - 3:36

Alors qu'elle avait terminé de parler et qu'elle attendait de voir la réaction qu'il aurait à ses paroles, elle le voyait se renforcer, changer cet air qu'il avait à l'habitude, cette quiétude qui ne le quittait jamais pour devenir soudainement plus rude. Il était en colère. Elle ne voulait pas qu'il soit en colère. Elle ferma les yeux, se mettant à trembler, nerveuse. Elle ne voulait pas de dispute. Elle les détestait. Mais il était tout de même là, l'air dûr et méchant pour elle. Il allait certainement faire une crise en prenant la parole. L'insulter. Elle ne voulait pas qu'il soit comme les autres mais devinait qu'il serait fâché. Il la détestait peut-être même déjà en ce moment-là. Elle se sentait mal. Idiote. Pourquoi ne s'était-elle pas simplement tut? Elle aurait dû partir. D'ailleurs, pourquoi ne partait-elle pas tout de suite déjà? Parce qu'elle avait trop peur qu'il ne la retrouve? Parce qu'elle ne voulait pas partir, même si elle savait qu'elle n'avait plus rien à faire là et qu'elle aurait mieux fait de laisser Sven à lui-même? Elle attendait son supplice, jusqu'à ce que Sven prenne finalement la parole. Elle tressaillit. Elle était maintenant réellement terrifiée, parce qu'il lui en voulait certainement. Parce qu'il devait la détester et il avait raison de le faire. Il devait être vexé, elle l'avait carrément insulté avec ses paroles. Elle avait été égoïste de penser qu'il était comme les autres, qu'il n'avait pas sa part de problèmes, qu'il ne voulait que lui nuire. Sven n'était pas ainsi, elle le savait. C'était pour ça qu'elle l'aimait. Malheureusement, elle devait être trop banale pour lui. Il valait toutefois mieux ne plus trop penser à ça. Elle écoutait donc ses mots, qui semblaient être dits avec colère, et se sentait coupable. Immobile, ramenant ses jambes à elle en prenant une position presque foetale, elle attendait, se mordant la lèvre inférieure, sachant qu'il avait raison.

Il n'avait pas tord, Sven n'avait jamais menti. Elle hocha la tête négativement lorsqu'il posa la question, mais ne le regarda pas. Ses jambes étaient toujours collées à sa tête, et elle ne voyait pas grand chose, car elle n'osait pas le regarder. Si elle le faisait, elle se doutait que ce serait alors tellement plus compliqué de se maîtriser. Elle l'entendit soupirer bruyamment, et se sentit encore plus mal. Elle avait la gorge nouée, à présent, et savait que c'était sa faute si Sven était en colère. Elle et ses idées d'accuser tout le monde. Elle était non seulement stupide, mais en plus paranoïaque. Elle se mut les mains sur les oreilles pour ne pas en entendre plus, mais elle l'entendait tout de même prononcer ses mots. Il se tut finalement, pour un instant, et elle se sentit enfin en paix. Il ne tarda pas à se remettre à parler et Vanille leva la tête vers lui et lui murmura, d'une voix chevrottante et implorante :


"Tais-toi..."

Il ne l'avait malheureusement pas entendu et elle se sentait encore plus mal, parce qu'il continuait de parler. Encore et toujours, et c'était désagréable. Il lui disait qu'il aurait pu faire semblant de ressentir la même chose qu'elle, mais qu'il ne voulait pas faire comme tant de gens, se cacher sous un masque. Elle eut envie de lui dire que pourtant, Marshall le faisait bien avec lui et il ne semblait pas avoir de problème avec ça. Elle savait pourtant qu'elle n'avait pas à se mêler de ses affaires à lui. Tout ça ne la regardait en rien. Il lui disait de ne pas coller d'étiquette qui ne lui correspondait pas. Que voulait-il dire par là? Elle n'avait rien fait de mal. Elle avait simplement dit ce qu'elle pensait être la vérité. Elle n'avait plus envie de croire en fait que les gens pouvaient être gentils pour de vrai. Elle en avait eu sa dose avec tout ceux qui étaient partis, l'ayant laissée tomber. Elle éclata une nouvelle fois en sanglots silencieux et se cacha avec ses bras pour qu'il ne voie pas qu'elle pleurait. Elle n'avait pas envie de montrer à Sven qu'elle était faible. Elle n'avait pas envie avec personne, en fait, mais lui c'était encore plus dûr. Elle devait se montrer forte, ne pas lui donner une mauvaise image de gamine qui pleurait toujours au moindre coup porté. Elle l'écoutait toujours parler et lorsqu'il lui dit qu'il était en colère contre sa vision des êtres humains, elle ne comprit d'abord pas beaucoup. Pourquoi aurait-elle une image positive de cette race qui ne lui avait jamais voulu de bien? Mis-à-part Sven, personne n'avait jamais été franc avec elle. Personne n'avait jamais tenu de promesses. Tout le monde était parti, personne ne l'avait aidée à s'en sortir. Sauf Sven. Elle n'osa plus le regarder et ferma les yeux, tremblante. Elle murmura, juste assez fort pour qu'il l'entende :

"Je suis désolée Sven. Je suis désolée."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Lun 12 Mai - 2:24

Elle s'excusait, une fois de plus. Sven serra silencieusement les poings et se mordant la lèvre inférieure. Elle n'avait rien fait de mal à part exprimer son avis. Bon il est vrai que dans la forme c'était un peu abrupt mais dans le fond...encore heureux qu'elle avait exprimé ses craintes, et ses doutes surtout. Les plus difficiles à accepter pour le norvégien.
Vanille semblait rétrécir à chaque parole qu'il prononçait. Avec un mélange d'horreur et de stupéfaction, il se rendit compte que sa mère arborait la même attitude lorsque son père lui hurlait dessus. Généralement avant d'abattre le poing sur elle. Sven ne connaissait que trop bien ce dos courbé, cette façon qu'a le corps de se faire de plus en plus petit, comme si en se recroquevillant de la sorte il trouvait un certain bien-être ou un échappatoire. Le renégat baissa la tête faisant couler du sable entre ses doigts. Tandis que le soleil commençait sa lente ascension, le visage de Sven était baigné de cette douce lumière dorée matinale. Il tourna la tête dans la direction de Vanille. Il était temps de clore l'incident. Des choses avaient été dite, mais la vie continuait. Le renégat était loin d'être quelqu'un de rancunier. Et à voir la façon dont ses paroles avaient touché la jeune femme aussi sûrement que des coups, ses entrailles se nouèrent. La colère...si seulement on pouvait ne jamais sortir de ses gonds...si seulement on pouvait se contrôler. Il n'osa pas toucher ou même effleurer la jeune femme. Se passant une main dans les cheveux, Sven ouvrit la bouche et reprit la parole.


"Vanille...tu n'as pas à être désolée. Nous avons eu une conversation franche et directe. Sans faux semblants. Rien que la vérité et ce que l'on ressent. " Sven se redressa et s'agenouilla devant la blondinette. "C'est ce que font deux personnes qui s'apprécient. Ne commence pas à penser à tout ce qu'il vient de se passer."

Avec la douceur d'un félin, Sven prit le visage de Vanille entre ses mains, effleurant du bout des doigts la peau de sa joue. Il n'y avait nul sourire ou plissement malicieux de paupières sur ses traits et pourtant, à cet instant, avec le soleil qui le nimbait d'une chaude couleur, Sven n'avait jamais eu l'air plus innocent. Il lâcha la jeune femme, ses prunelles cristallines rivées à celle de sa compagne.

"Je te l'ai déjà dit...je ne suis pas mauvais." Sven étouffa un baîllement. "Excuses moi...mais je crois que le sommeil est en train de me retenter sérieusement." Il se leva, époussetant ses genoux du sable du désert avant de se pencher sur Vanille et déposer un léger baiser sur son front. "Tu veux rester encore un peu? Enfin, je veux dire tu veux entrer?" Et il écarta des pans de la toile qui obturait l'entrée de sa tente.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Lun 12 Mai - 5:57

Elle restait immobile, attendant le verdict final. Elle s'était excusée, une nouvelle fois sans raison sauf peut-être parce qu'elle était persuadée d'avoir fait quelque chose de terriblement mal. Elle lui cachait toujours son visage, ne voulant toujours pas se dévoiler à lui. Elle n'aurait jamais osé, de toute façon, et le faire n'aurait qu'envenimé les choses. Vanille tentait donc de contenir ses larmes, sans grande capacité de rétention d'ailleurs, attendant qu'il prenne la parole. D'ailleurs, lorsqu'il le fit, elle ne broncha d'abord pas. Elle n'avait donc pas à être désolée? Elle n'était pas de cet avis. Tout était de sa faute, après tout. Elle l'avait blessé, probablement, et cette discussion n'avait servi à rien, même s'ils avaient plus parlé durant la dernière heure que durant les derniers mois tout entier. Elle avait à l'habitude terriblement peur de lui parler et ce soir-là, elle était allée plus loin que jamais. Elle se mordit la lèvre inférieure et se mit à tirer légèrement sur une mèche blonde qui lui tombait devant les yeux. Il semblait vouloir lui expliquer quelque chose dans ses paroles, et lorsqu'elle sentit qu'il était à présent posté devant elle, elle hésita un petit moment et releva la tête, observant Sven qui continuait de parler. Elle esquissa un petit sourire triste lorsqu'il lui dit que c'était le genre de conversation qu'avaient les gens qui s'appréciaient. Au moins, il l'appréciait. C'était déjà un début. Comment par contre pouvait-elle ne plus penser à tout ce qui s'était passé... Elle ne pouvait pas juste comme ça tout oublier, c'était pour elle infaisable. Elle ferma simplement les yeux, soupirant, ne lui répondant pas. Elle frémit lorsqu'il posa ses mains sur son visage, mais laissa ses doigts effleurer sa joue. C'était assez étrange, mais le contact était agréable.

Vanille ouvrit finalement les yeux, au même moment qu'il détachait ses mains de son visage, à son plus grand regret. Sven aurait pu passer ses doigts durant une éternité sans qu'elle n'ait bronché. Son simple contact aurait pu suffir à la faire vivre, il était bien probable, tant ce qu'elle ressentait était fort. Elle croisa toutefois son regard, plongeant son regard bleu dans l'océan des yeux de Sven. Elle s'y serait probablement noyée volontière, si on le lui avait demandé. Elle restait simplement là en silence, sans bouger, rivant son regard au sien même si elle savait pertinament qu'elle se faisait du mal en restant là. Il fallait qu'elle comprenne, pas qu'elle ne s'accroche. Pourtant elle n'y pouvait rien, c'était plus fort qu'elle. Plus fort que n'importe quoi, en fait. Elle sourit et baissa légèrement la tête lorsqu'il lui dit qu'il n'était pas méchant. Elle se sentait mal d'avoir cru qu'il était comme les autres, après tout il était évident qu'il n'était pas méchant. Et il était évident qu'il était différent. Ce qu'elle ressentait était bien différent auprès de lui qu'avec les autres, c'était déjà une très grosse différence.

Elle sourit lorsqu'elle le vit retenir un bâillement, mais se dit que cela voulait probablement dire qu'il la renverrait à sa tente sous prétexte qu'il voulait dormir un peu. Il s'excusa, disant qu'il était en effet rattrappé par la fatigue. Il se releva et époussetta les grains de sable et de poussière qui tombèrent sur le sol. Elle observait pour sa part les mouvements de ses mains, son visage sur lequel la lumière du jour qui se levait tappait doucement, semblant l'éclairer d'un halo de lumière. Puis il se pencha et son geste ne fit qu'élargir son sourire. Elle rougit aussi doucement, un peu gênée par ce qui se passait. Il l'embrassa sur le front, et elle se demandait pourquoi il avait fait ça. Il savait pourtant la nature de ses sentiments, pourquoi ce geste d'affection à son égard? Ça ne ferait certainement que rendre les choses plus difficiles pour elle, même s'il ne le savait pas. Il l'invita à entrer dans sa tente et elle l'observa entre-ouvrir les pans de l'ouverture de celle-ci. Que faire dans de tels moments. Refuser et partir ou accepter et rester à ses risques et périls, même si elle risquait simplement de repartir un peu plus déçue? La deuxième option, quoi que plus compliqué et plus risquée, lui restait plus intéressante. Elle se leva à son tour, se débarassant du sable en vitesse, tremblante, et reporta son regard à Sven. Elle s'approcha de lui, hésitante, et lui demanda, incertaine:


"Est-ce que c'est une proposition pour rester, ou une invitation à partir? Parce que je ne voudrais pas que tu me trouves lourde, tu sais..."

Elle le regardait toujours, quoi qu'un peu gênée, lorsqu'elle aperçu le minuscule cil au coin des yeux de Sven. Elle hésita un petit instant puis se rappela qu'il ne semblait pas se gêner, lui, pour faire bien pire qu'elle en terme de gestes 'rapprochés' . Elle approcha sa main du visage de Sven, tremblante, et déposa le minuscule cil sur son pouce. Elle sourit naïvement et sans y penser, lui dit :

"Avant qu'elle meurt, quand j'étais petite, ma mère m'a dit que si on soufflait sur un cil en faisant un voeu, il se réalisait.." Elle le regarda timidement avant de poursuivre, disant sur un ton incertain la suite de ses paroles."Peut-être que si tu fais un voeu, les choses vont s'arranger?"

Bien entendu, les chances que son voeu se réalise étaient très faibles, mais elle pouvait tout de même espérer que cette fois-ci, le voeu se réalise. Elle souhaitait plus que tout que les choses s'arrangent, comme il l'avait dit plus tôt. Elle gardait son pouce devant le visage de Sven, attendant que celui-ci se décide ou non à faire un voeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mar 20 Mai - 23:41

"Bien sûr que c'est une invitation."

Sven haussa les épaules comme si la chose coulait de source. Il y a quelques minutes il était dans une colère plutôt sévère et le revoilà redevenu l'agneau que l'on connaissait. On a qu'une seule vie, est-ce une bonne chose de se mettre à dos ses proches? Depuis des siècles les hommes se regroupent en factions, dans des villes, des immeubles. Mais ils n'ont jamais été aussi seuls. Sven ne voualit pas être seul. Cette simple idée le terrorisait. Lorsqu'il était seul, les vieux démons du passé revenaient le hanter. Images fugitives. Flashes lumineux. Des cris, de la douleur, des illusions. Rien de très reluisant. Vanille approcha la main de son visage. Il ferma un oeil tandis qu'elle ôtait quelque chose sur ses cils.

Tandis qu'elle s'adressait à lui, elle lui révéla qu'elle avait perdu sa mère. Même si beaucoup de survivants avaient perdu leurs parents, même si Sven s'en doutait pour Vanille, elle ne le liu avait jamais dit. Jamais on n'avait prononcé une évidence et que cette dernière acquérait soudain un tel point. Un voeu? Cet aveu évident, ce geste enfantin persuada le norvégien d'agir véritablement comme un enfant. Il fixa Vanille, prenant une petite inspiration, ferma les yeux. Et, souffla sur le pouce tendu de la jeune femme. Lorsqu'il les rouvrit il avait disparu.
Ce qu'il avait souhaité? Que les voeux de Vanille se réalisent. Il tenait toujours un apn de la toile de sa tente. Il se glissa à l'intérieur et se laissa tomber sur l'immense natte qui recouvrait le sol de la tente. A l'intérieur régnait une "saine" pagaille. Un joli bric à brac mais rien de pourrissant dans un coin. Sven ne s'injectera rien dans les veines devant Vanille. Il opta pour un anodin joint. Rapidement, il fut roulé et prêt à être fumé.

Etalés non loin de ce qui semblait presque être un "nid" de couvertures et de coussins traînaient des livres de contes. La couverture en était usée, les pages jaunies et cornées, mais ils étaient encore lisibles. Quelques vêtements plus ou moins pliés s'empilaient dans un coin. Rien de personnel ne s'offrait au regard d'autrui. Sven alluma son joint, recrachant une épaisse fumée bleutée.


"Bienvenue chez moi, Vanille. A bien y réfléchir, il n'y a pas beaucoup de personnes qui y ont mis les pieds." Il tira à lui un cendrier. A demi allongé sur son tas de coussins, la tête posée au creux de sa main, il leva les yeux sur la jeune femme. "Parles moi de ta famille. On ne m'a jamais demandé de faire un voeu en soufflant sur un cil."

La demande était étrange. Sven ignorait beaucoup de chose sur la cellule familiale en en ayant té privé durant son enfance. Il avait pour les récits de familles unies un intérêt particulier. Lorsqu'il pouvait poser la question de savoir comment son interlocuteur avait vécu son enfance, ilé coutait avec la même attention qu'un gamin écoutant un conte.
D'un autre côté, il pouvait espérer pouvoir raconter ce que lui avait vécu. Ses démons intérieurs le torturaient encore malgré les années passées. Les laisser s'échapper les rendraient peut-être moins agressifs? Qui sait...il pourrait trouver quelqu'un qui l'aiderait à porter ce poids. Vanille?
Il tira une nouvelle bouffée sur la roulée attendant la réponse de son invitée.
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 21 Mai - 1:24

Elle n'eut pas à attendre très longtemps avant que Sven ne souffle sur le cil qui disparut. Elle frissonna, pouvant sentir la respiration de celui-ci contre la peau de son doigt. Comme elle était intimidée par cette présence. Il la troublait toujours autant, et lorsqu'il releva un pan de sa tente pour s'y immiscer, elle hésita longuement avant d'y entrer à son tour. Il le lui avait certes permis, mais elle ne savait pas si elle pouvait tout de même le faire. Elle finit par entrer. Le pire qui arriverait serait qu'il lui dise de quitter sa tente, après tout. Elle plissa les yeux en entrant, hésitant, ne sachant pas vraiment où s'assoir. Elle balaya le décor du regard. Comme c'était différent de sa tente à elle... Le bazard de Sven contre les habitudes de Vanille de tout replacer au bon endroit, fixation qui lui venait de sa mère qui détestait le désordre, voir tout le bric à brac et les choses traîner ça et là lui donnèrent mal à la tête. Elle fit mine que rien ne se passait et ferma les yeux avant de s'assoir sur le sol, gardant ses distances avec Sven. Elle ne voulait pas être trop près de lui, de peur tout simplement de faire une bêtise. Elle préférait garder ses distances, c'était un peu normal. Quelque chose par contre piqua sa curiosité. Il se roula un joint. Vanille fronça les sourcils et regarda le sol, embarassée de se trouver là alors qu'il semblait occupé. Sa mère, lorsqu'elle était plus petite, roulait les cigarettes de son père avant qu'il ne rentre du travail. Elle avait une fois de trop osé toucher à une de celles-ci déjà allumée dans le cendrier. Elle était avec une autre fillette, enfant de l'amie de sa mère, et celle-ci l'avait défiée de fumer. Les claques étaient venues ensuite lorsque son père l'avait surprise. Elle tenta d'éloigner les images de son père dont elle remplaçait souvent le visage par celui de Quentin, car elle trouvait que son attitude lui était plutôt proche. Elle sentit bientôt l'odeur piquante du joint de Sven, pas si désagréable mais pas non plus des plus agréables. Elle n'allait tout de même rien dire, c'était sa tente, et de toute façon elle n'aurait jamais osé lui dire quoi que ce soit.

Il prit la parole et Vanille rougit, un peu embarassée et surtout enchantée d'entendre ses mots, même si elle n'allait pas lui répondre. Il n'y avait pas beaucoup de gens à être entrés dans sa tente? C'était un honneur, en tout cas pour elle, d'y avoir le droit. Elle ne s'était pas imaginé pouvoir un jour seulement aller jusqu'à entrer dans sa tente. Jamais ou presque on ne lui donnait cette autorisation, après tout. Et quand on la faisait entrer dans une tente, c'était pour lui faire la morale. La jeune fille réfléchissait à son cas lorsqu'elle entendit la suite des mots que prononçait Sven. Elle le regarda avec un petit regard intrigué. Pourquoi est-ce qu'il lui demandait ça? Après tout, ce n'était pas particulièrement intéressant, ce n'était que des histoires stupides de gamine. Elle sourit légèrement, timidement, et prit une mèche de cheveux, rougissant en croisant son regard. Elle hésita avant de prendre la parole.


"Ma mère avait souvent des idées comme ça. C'est elle qui me racontait des histoires. Mon père, lui, n'était pas vraiment amusant. Il n'aimait pas les gens différents de lui. En fait, il n'aimait pas beaucoup de chose, pour être honnête..."

Son regard s'assombrit, elle regarda Sven avec un peu de honte dans le regard, réfléchissant à tout le parcours qu'elle avait fait depuis la mort de ses parents. Comment elle avait eu de la difficulté à briser l'image qu'elle s'était faite des gens 'différents' . Comme Sven, entre autre. Elle le regarda dans les yeux, à nouveau, avant de reprendre la parole.

"Mais ils me manquent, parfois. Enfin, sauf mon père... J'ai pas vraiment envie de parler de lui, en fait. Je préfère ma mère. Elle t'aurait probablement bien aimé, pas comme mon père. Lui, il n'aimait personne d'autre que sa famille et les gens qu'il jugeait 'dignes d'intérêt' comme il les appelait."

Elle regarda Sven, puis apperçu les contes au pied du lit. Elle esquissa un petit sourire, se levant pour s'approcher du lit, regardant le renégat comme pour lui demander silencieusement si elle avait le droit de s'approcher. Elle retint une quinte de toux lorsqu'elle passa dans un nuage de fumée odorante, puis attrappa un des vieux livres, faisant très attention pour ne pas les abîmer plus qu'il ne l'était. Elle regarda le livre, puis Sven, et lui dit tristement:

"Mon père aimait pas les contes. Il ne me laissait pas les lire. Ma mère a tenté de le raisonner quelques fois, mais j'ai dû me résigner. Il fallait pas le contredire, mon père."

Elle remit le conte sur la pile et hésita avant de s'assoir près de Sven, lui demandant ensuite même si elle avait peur qu'il refuse de lui répondre :

"Pourquoi est-ce que tu me demandes ça?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mar 27 Mai - 23:14

Visiblement Vanille n'était guère habituée à entendre ce genre de questions. Il est vrai que les choses étaient pour le moins bizarre. Extrêmement attentif, le visage sérieux et le regard suspendu aux lèvres de la jeune femme, Sven attendait la suite avec l'impatience contenue d'un petit enfant.
Elle commença, doucement, d'une voix légère, puis, peu à peu elle s'enhardit. Le norvégien savait qu'il y avait un instant fragile qui se passait, que rien ne devait le briser. Les souvenirs...ces images brèves mais puissamment présentes dans les mémoires. Des flashes qui pouvaient vous emplir d'une joie nostalgique ou au contraire vous plonger dans le désarroi le plus total. Vanille avait eu la chance de pouvoir compter sur sa mère qui semblait être une femme adorable. Son père ne bénéficiait pas du même traitement de faveur. La jeune femme semblait lui vouer une rancoeur sans borne pour son étroitesse d'esprit. Sven se disait que lui, malgré ce que lui avait fait subir ses propres parents, il ne les détestait plus. Il les considérait comme de pauvres gens, qui sont passées à côté de leur unique chance de vivre sur Terre. Ils avaient gâché leur vie et trahi leurs propres parents. Elle sous-entendait qu'il était différent...un fin sourire se dessina sur ses lèvres à ses mots. Un léger nuage de fumée bleue fut recrachée et Sven replongea dans l'écoute des souvenirs de Vanille. Elle s'approcha de ses contes, ces vieux livres qu'il ne se lassait pas lire. Dans chaque histoire, les gentils tromphaient des méchants grâce à leur courage, leur amour, leur intelligence. Vanille se rapprocha à nouveau de lui, il nz la quitta pas des yeux.
Du bout des lèvres, elle lui demanda la raison de cette étrange question qui l'avait amené à se dévoiler d'avantage. Sven baissa le regard et se mordit la lèvre inférieure avant de déposer les cendres de son joint dans le cendrier prévu à cet effet et d'en tirer une nouvelle bouffée. Il veilla à ce que la fumée ne dérange pas son auditrice.


"Je n'ai pas l'impression d'avoir eu une famille. Ou même des parents. Ils passaient plus de temps à se hurler dessus et à boire. Et quand l'alcool ne suffisait plus...et bien, ils fallaient bien qu'ils se calment. Je remercie Dieu de ne pas m'avoir donné de frère ou de soeur." Du bout des doigts, Sven se gratta l'intérieur du poignet relevant plus haut sa manche, révélant une cicatrice en Z. Il n'avait jamais montré les stigmates "Ils ne m'ont jamais demandé de faire un voeu en soufflant sur un cil. Ils ne m'ont jamais embrassé. Ces livres, je les ai volé. C'était le seul moyen de m'évader avant..." Il leva le joint à la hauteur de ses yeux. "Avant de découvrir ça."
Revenir en haut Aller en bas
Vanille Cooper

avatar

Nombre de messages : 1299
Age : 28
Age du perso : 18 ans.
A Eden depuis : 6 mois...Une éternité.
Humeur : I need my chill pill.
Date d'inscription : 08/03/2008

• Log Book•
About Love: Keep it to yourself.
Relationship:
Esprit de combativité:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   Mer 28 Mai - 5:49

Vanille laissait Sven fumer son joint malgré que l'odeur n'était pas des plus accomodantes et des plus agréables. Elle aurait voulu lui dire d'arrêter de fumer, du moins en sa présence, mais elle craignait de le vexer en lui disant ça. Elle retint son souffle lorsqu'il souffla une nouvelle fois la fumée de son joint après avoir écrasé quelques cendres dans un cendrier près de son lit. Elle se demandait comment il pouvait trouver de la drogue en dehors d'Eden et surtout en dehors de toutes sociétés réelles où en général se plaçaient les dealers. Puis elle pensa à Marshall, son regard s'assombrit. Elle n'y pensa heureusement pas assez longtemps, puisque Sven prit la parole pour expliquer le pourquoi il voulait qu'elle lui raconte sa vie. Elle se sentit automatiquement mal alors qu'il commença ses explications. Il n'avait pas eu de famille? Elle lui fit les yeux ronds, un peu choquée, ne sachant pas quoi dire. Une réaction typiquement enfantine, qui laissait deviner qu'elle ne savait pas ce que c'était que de ne pas avoir été encadrée un tant soit peu. Elle n'avait pas eu ses parents pour elle durant très longtemps, mais assez longtemps au moins pour savoir qu'ils lui manquaient énormément et qu'elle ne serait jamais autant fonctionnelle que si elle l'avait eu près d'elle à ce moment-là. Il lui parla du fait qu'il ne trouvait pas qu'il avait eu des parents. Que ceux-ci passaient leur temps à se battre et à boire, chose qu'elle pouvait très bien imaginer. Ses parents se criaient un peu dessus, de temps à autre, lorsque son père perdait le contrôle. Il n'avait jamais vraiment frappé sa mère par contre. Vanille avait surtout écopé des coups de son père à la place de celle-ci, mais ça c'était une autre histoire. Il parla d'un petit frère ou d'une petite soeur. Son père n'avait jamais voulu d'autre enfant sous prétexte que ce serait trop compliqué d'élever "deux mômes comme elle", comme il disait souvent.

Lorsqu'il releva la manche pour montrer à Vanille sa cicatrice, la jeune fille pâlit. Cela lui rappellait des souvenirs, certes, mais ce qu'elle trouvait déplaisant était les petites marques que laissaient les shoots, probablement. Elle approcha sa main du bras de Sven, tremblante, et replaça la manche. Elle ferma les yeux et soupira, glissant sa main dans celle du renégat alors qu'il continuait de parler. Ses parents n'avaient jamais rien fait pour lui, en fait. Ils ne lui avaient jamais démontré d'affection. Elle se sentait maintenant coupable, son sort n'était rien contrairement à celui de Sven. Il lui annonça qu'il avait volé les livres, et elle serra un peu plus la main de Sven par réflexe, hésitant avant de parler. Elle avait envie de lui dire qu'elle aussi avait des cicatrices, pour lui prouver qu'il n'était pas seul, mais peut-être avait-il simplement besoin de s'ouvrir. Il disait que les livres de contes étaient la seule façon dont il pouvait s'évader avant la drogue. Elle regarda le joint et de son autre main le lui enleva, le déposant dans le cendrier, le laissant se consummer. Elle plongea son regard dans celui de Sven, elle semblait un peu triste. Elle ferma les yeux un instant, ne sachant quoi lui dire. Elle se sentait mal pour lui et aurait aimé pouvoir l'aider à se soulager, lui donner une nouvelle façon d'oublier, de s'évader. Elle lâcha la main de Sven et enleva sa veste, la déposant sur le lit. En t-shirt dessous, elle étendit ses bras de façon à ce que Sven puisse voir les marques sur ses avants-bras. Des ecchymoses qui ne voulaient pas disparaître. Comme si on l'avait frappé, mais que la couleur n'avait jamais disparue. Elle regarda Sven dans les yeux et lui adressa un sourire triste.


"J'ai les cicatrices zébrées, aussi, mais je préfère pas te les montrer celles-là."

Les cicatrices zébrées étaient des longues cicatrices, des lignes sur ses cuisses qui se terminaient entre ses jambes. Elle n'avait jamais compris pourquoi des lignes, en fait, mais savait leur provenance. Les coups de son père lorsqu'il s'emportait pour une bêtise quelconque qu'elle avait commise. Elle se mordit la lèvre inférieure et regarda Sven dans les yeux, se sentant un peu gênée. Elle n'aimait pas la situation, celle d'exposer un à l'autre sa douleur. Elle soupira mais ne remis pas sa veste. Elle dégagea une mèche noir du visage de Sven avant de reprendre la parole.

"Je ne sais pas quoi te dire, tu sais. Je me sens mal, je n'aurais pas dû te rappeler tes souvenirs, ça doit être difficile. Mais est-ce que je peux me permettre... Pourquoi prends-tu de la drogue, maintenant? Je...Je veux dire ils sont bien morts, non?"Elle poussa un soupire et le regarda dans les yeux, profondément, lui prenant la main à nouveau comme si ça lui donnait une certaine force."Tu détruis ta santé sans te soucier qu'il y a des gens autour qui veulent ton bien, Sven."

Elle le regarda tristement, retirant sa main de la sienne, et l'embrassa sur la joue timidement avant d'hésiter et de lui murmurer:

"Tu sais, même si tu ne m'aimes pas, moi je tiens à toi et j'ai pas envie que tu fasses des bêtises."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Insomniac Night (Sven)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Insomniac Night (Sven)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shadow Night
» Fight Night Round 4
» Armée du chaos, Night Lord
» Le Golem dans Night slashers ?
» SVEN CO-OP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden, A New Beginning :: • Outside • :: Camp des Renégats :: Tente de Vanille-
Sauter vers: